Le centre politique de Paris : l’hôtel de ville

publié le 4 déc. 2013 à 09:20 par Jean-Pierre Rissoan

    La trame de ce texte est fournie par un article de l’Humanité publié le 27 avril 1982. Eh ! oui, c’est le privilège de l’âge de pouvoir posséder de vieux documents qui devaient servir à ma tâche. Et voici qu’aujourd’hui, je peux -enfin- en faire usage. Pourquoi 1982 ? parce qu’alors, on célébra le centenaire de l’Hôtel de ville de Paris, le nouvel hôtel de ville, le précédent ayant été détruit par l’incendie dramatique de 1871. Je reproduis cet article in extenso mais je ne puis m’empêcher d’y faire des ajouts. Il y a deux axes majeurs qui structurent l’article : l’évolution architecturale du bâtiment et, surtout, le rôle mythique de cette maison des Parisiens, foyer et symbole de la liberté communale, donc des libertés de tous.

    Le texte de Claude PICANT est en noir, mes ajouts et citations seront en bleu.

    J.-P. R.

 

 

    L'on fête donc le centenaire de l'Hôtel de Ville de Paris. L'idée peut sembler bonne si l'on ne sait qu'en fait c'est l'anniversaire de l'inauguration d'un bâtiment vide qu'on va célébrer. En effet, l'Hôtel de Ville de Paris, celui qu'on connaît actuellement, a bien été inauguré il y a un siècle, le 13 juillet 1882 exactement. Mais en réalité, ce n'est que le 11 juillet de l'année suivante qu'y entrèrent les édiles parisiens. Et cela eût sans doute eu beaucoup plus de gueule de fêter le véritable anniversaire de l'Hôtel de Ville de Paris : cela fera 625 ans ce 7 juillet-ci qu’Étienne Marcel, prévôt des marchands de Paris, achetait à Jean d'Auxerre, prévôt des gabelles, la première maison communale.

LA MAISON DES PILIERS

    Elle se dressait à l'exact emplacement de l'actuel Hôtel de Ville de Paris, cette maison de Paris, connue alors sous le nom de Maison des piliers. Appelée ainsi parce qu'elle était portée par une suite de piliers énormes. Elle coûta à la ville de Paris la somme de 2.890 livres.

 

    Cette gravure montre la célèbre place de Grève. La "grève" est un terrain couvert de gravier en bordure d'une rivière ou de la mer, nous disent les dictionnaires et, effectivement, le site de Paris s’appuie sur cette rive concave où les bateaux pouvaient s’amarrer. C’est un donc un port autrement dit un passage, entre l’eau et la terre. Paris est né de cette rupture de charge. Et, rapidement, les armateurs fluviaux, c’est-à-dire les propriétaires de bateaux, patrons des matelots et des dockers (portefaix) sont devenus la classe dominante à Paris. Voyez l’écusson de la ville. On les appelait les "marchands d’eau". Mais cela n’a rien à voir avec l’eau potable. Cette place est tout aussi rapidement devenue lieu de vie. On remarque le gibet : les exécutions capitales se tenaient ici. Les demandeurs d’emploi, travailleurs journaliers, venaient ici chercher un employeur. De là, vient l’expression "faire grève" : le salarié qui cessait son travail était comme celui qui allait place de grève…

    On remarque le côté est de la place exposé à l’ouest. La façade des maisons repose sur des piliers. Trois d’entre elles ont un gâble[1] orné de fleurons : c’est la maison des piliers. Une gravure infra montre encore mieux cette activité de transbordement au XVIII° siècle.

    Cela faisait déjà un bout de temps que les bourgeois de Paris y tenaient réunion régulièrement. Ce que l'on pourrait appeler la première assemblée municipale parisienne était la hanse de Paris, communauté des marchands qui prélevait sa dîme sur tout ce qui passait en bateau sur la Seine. Cela bien avant l'achat de la Maison des piliers. La hanse se transforma graduellement en une administration municipale. Elle se réunissait d'abord dans une maison du quai de la Mégisserie, puis dans une maison sise à l'emplacement de l'actuelle place du Châtelet. Que le bon peuple de Paris, jamais en retard d'un surnom, appelait le "parloir aux bourgeois".

    Puis de ce parloir aux bourgeois on passa à une des tours de l'enceinte de Philippe-Auguste, la tour Saint- Michel.

La lente prise de pouvoirs des marchands

Et l'assemblée dirigée par le prévôt des marchands était devenue une véritable autorité morale : c’est d'elle que Philippe Auguste, partant en croisade en 1190, fera son exécuteur testamentaire. Il lui confiera aussi la garde du trésor royal.

Bien qu'ils en fussent au départ que "fermiers" de leur charge (c'est-à-dire qu'ils l'achetaient au roi), les prévôts des marchands de Paris furent progressivement élus par une assemblée de 80 marchands cooptés par… les marchands. Dans la charge du prévôt des marchands entrait la ferme des impôts de Paris, c'est-à-dire que le roi encaissait une somme fixe, et le prévôt se chargeait d'encaisser les impôts, ce qui lui permettait de confortables bénéfices.

Cette lente prise de certains pouvoirs (y compris judiciaires) du prévôt des marchands explique qu'au XIV° siècle celui-ci fut capable de traiter d'égal à égal avec le roi. Parfois même de vouloir le diriger. Quand, en 1357, le prévôt des marchands de Paris, Étienne Marcel, décide l'acquisition d'une maison de la commune cela correspond à un besoin mais aussi à une affirmation politique.


    Cette maison civile est de style gothique. Au-dessus des piliers, l’étage est percé de fenêtres géminées, lesquelles sont surmontées d’un gâble percé d’un oculus. On voit trois gâbles ornés de fleurons. À l’arrière-plan, en rive gauche de la Seine -où l’on voit des embarcations- derrière des maisons d’habitation qui longent le quai, Notre-Dame avec ses tours. Le dessinateur est placé au nord et regarde au sud.

Le chaperon d’Étienne Marcel

    Le pouvoir royal, encore fragile, a besoin de Paris, et Étienne Marcel le savait fort bien qui se paye le culot de protéger le dauphin, le futur Charles V, en le coiffant de son chaperon à ses couleurs pour éviter qu'il lui soit fait le même sort qu'à ses maréchaux assassinés à ses côtés.

    Étienne Marcel, alors un des hommes les plus riches de France, est-il un apprenti dictateur ? Est-il le premier à avoir levé le drapeau des droits du peuple ? Les historiens n'arrivent pas à se mettre d'accord là-dessus. Une chose est sûre, il a marqué à jamais l'histoire de France : ce chaperon à ses couleurs était bleu et rouge. Ce seront les couleurs de Paris, puis sous la révolution, en y ajoutant le blanc du drapeau royal, on aura lé drapeau tricolore.

    Étienne Marcel était peut-être simplement en avance de plusieurs siècles, sur son temps. Et, chose étonnante, on retrouvera le même geste quand Louis XVI sera ramené à Paris : le maire de la capitale le coiffera lui aussi de son bonnet (rouge, cette fois) pour marquer sa protection.

LA MAISON DU BOCCADOR

    Mais n'anticipons pas. Car la "Maison des piliers" vieillissait. Et, bien qu'on lui eût adjoint plusieurs maisons contiguës, elle devenait trop petite. C'est sous le règne de François 1er, et sous son impulsion qu’on entreprit la construction d'un nouvel hôtel de Paris. Le 9 mars 1529, la Commune de Paris rachetait tout le pâté de maisons. Il fallut plusieurs procès et l'intervention personnelle de François 1er pour y arriver.

La première expropriation pour cause d'utilité publique.

    II semble bien que ce soit le premier cas d’expropriation pour cause d’utilité publique connu. Tant et si bien que la première pierre ne fut posée que le 15 juillet 1533. Et François 1er montre à nouveau l'intérêt qu'il portait à la construction en "prêtant" à la Ville de Paris un de ses "touche-à-tout" de génie qu'il avait ramené d'Italie, le plus célèbre étant évidemment Léonard de Vinci.

    Mais l'architecte de l'hôtel de ville de Paris fut Dominique de Cortone, alias Boccador (Boucle d'or) qui devait son surnom, dit la chronique, à la superbe moustache d'or qu'il arborait. Avec lui travaillait un maçon maître d'oeuvre du nom de Pierre Chambiges. Bien peu de ceux qui parcourent les deux rues de ce nom à Paris savent l'origine des dénominations.

    En ces temps troublés, l'argent faisait souvent défaut, partant le plus souvent pour alimenter les guerres constantes. Aussi ne faut-il pas s'étonner qu'il eût fallu un autre prévôt des marchands dynamique -François Miron- pour que les travaux soient relancés... en 1605. En effet, l'hôtel de ville ne sera achevé qu'en 1628, près d'un siècle après son commencement.


Vue de face. A droite, une batterie de canons est face à la Seine. L’immeuble est typique du style dit "Louis XIII" : deux tours de quatre étages à chaque extrémité ; toits en pente ; au centre, un ensemble de sept fenêtres est surmonté d’un toit également pentu avec en son milieu un clocheton qui domine tout l’édifice ; d’autres appendices donnent à l’hôtel de ville une allure héritée du hérissement gothique. Cette structure avec corps central flanqué de deux tours - héritée des châteaux médiévaux - est typique de l’architecture française.

A gauche (nord), toujours des maisons à piliers ; à droite (sud), encore des habitations.


Beaucoup d’animation au XVIII) siècle. .

















    Les vieux bâtis du moyen-âge de part et d’autre du bâtiment de Boccador ont disparu, remplacés par des agrandissements de l’hôtel de ville. Le quai sur la Seine a été stabilisé et empierré. Le pont suspendu qui arrive de l’île de la Cité est le pont d’Arcole.

L'incendie de 1871

    Mais l'édifice devenait, au fil des siècles, trop petit : en 1804, on expropriait une église, Saint-Jean-en-Grève, pour pouvoir agrandir les locaux Qui en restèrent là jusqu'en 1871 et la répression de la Commune de Paris Car le 24 mai 1871, l'hôtel de ville de Paris s'embrasait et allait brûler pendant huit jours. Sont-ce les fédérés Pindy et Dudach qui y mirent le feu ? Sont-ce les boulets rouges tirés par les batteries versaillaises ? Là aussi, les avis des historiens divergent profondément. Une chose est sûre : M. Thiers ne mit aucun empressement à faire éteindre l'incendie de ce qu'était devenu le symbole des libertés communales. Et de beaucoup d'autres libertés.

L’HÔTEL DE VILLE D’AUJOURD’HUI.

    Toujours est-il que le 25 mai 1872 était adopté le principe de la reconstruction de l'hôtel de ville. Sur le modèle de celui de Boccador. Mais en abattant les murs qui pouvaient encore servir. Un concours public, ouvert le 22 juillet 1872 et auquel participeraient soixante-six architectes, fut clos le 31 janvier 1873. Les gagnants étaient Ballu et Deperthes. Les travaux commencèrent en janvier 1874. Et, en 1882, le gros oeuvre était terminé. D'ou l'inauguration du 13 juillet 1882, présidée... par le président de la République, Jules Grévy. Quand il fut réellement terminé (en juillet 1883) l'hôtel de ville avait coûté 36.628.348 francs. Francs-or, bien entendu.

Le pont du serrurier Arcole

    Et si ce ne sont les murs d'époque qui sont là, depuis six cent vingt-cinq ans à peu près, tous ceux qui firent l'histoire de France sont venus. A peu près tous les rois, qui étaient traditionnellement servis lors des banquets offerts par la ville. Et le peuple de Paris qui se précipitait là quand sonnait le tocsin, ou que battait le tambour. C'est là qu'en juillet 1790 se réunirent les fédérés de toute la France. C'est là qu'en 1792 sera hissé un drapeau noir portant ces simples mots : "La patrie est en danger". C'est là qu'un gendarme du nom de Méda (ou Merda) tirera un coup de pistolet sur Robespierre au soir du 9 thermidor.

C'est autour de ces lieux qu'en 1830 on se battra contre les ordonnances de Charles X. C'est à quelques pas qu'un serrurier de quinze ans, porteur du premier drapeau tricolore porté à l'hôtel de ville, sera tué après avoir simplement dit "Souvenez-vous que je m'appelle Arcole". Le pont qui porte son nom sera le premier édifice à être ainsi baptisé du nom d'un ouvrier.

Les libertés de tous

C'est autour de ces lieux que se dresseront les premières barricades de 1848.


C’est à l’hôtel de ville de Paris que le gouvernement provisoire de la république française est proclamé après la victoire des insurgés de février 1848. La France - comme sous la Grande Révolution - vibre au rythme de Paris.

C'est dans ces murs que se réuniront les assemblées de la Commune de Paris de 1871.








C'est dans ces murs, autres mais semblables à ceux qui avaient disparus, que le 20 août 1944, 400 hommes "armés" de dix-huit mitraillettes, ou pistolets-mitrailleurs et quelques pistolets vont s'installer pour que les Allemands n'y entrent plus.

L’hôtel de ville est au centre des préoccupations des insurgés parisiens d’août 44.

    C'est là que le vendredi 25 août 1944, à 19h 15, Georges Bidault, représentant le Conseil National de la Résistance, et Georges Marrane, au nom du Comité Parisien de Libération, vont accueillir un certain Charles de Gaulle.

"Paris ! Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! Mais Paris libéré ! libéré par lui-même, libéré par son peuple avec le concours des armées de la France, avec l'appui et le concours de la France tout entière, de la France qui se bat, de la seule France, de la vraie France, de la France éternelle".

    Six siècles un quart d'une histoire qui n'appartient pas à un clan, mais à un peuple tout entier. Une histoire allant, vaille que vaille, toujours dans le même sens : la conquête et la défense des libertés de tous.

Claude PICANT

(avec le concours de votre serviteur).

 



[1] "Gâble" désigne un élément architectural consistant en un couronnement de forme triangulaire souvent ajouré et orné, qui coiffe l'arc d'une voûte ou d'une baie. Les gables sont fréquents sur les portails gothiques.

Comments