Iconographie pour la guerre de 14-18

publié le 28 août 2014 à 08:26 par Jean-Pierre Rissoan   [ mis à jour : 30 juin 2016 à 06:38 ]

    Voici quelques documents grappillés ici ou là qui permettent d'illustrer l’évolution des conditions de combat depuis août 1914 jusqu’à 1918. Je cite l'historien Marc FERRO : "en 1914, on répète 1870 ; en1918, on prépare 1939".
Deux parties principales : 1914 et la guerre de mouvement ; 1915 et le guerre de position.
 Travail complété lors de la conférence sur le roman de G. Chevallier 'LA PEUR" "LA PEUR", roman autobiographique de Gabriel CHEVALLIER

Quelques aspects de l'armement en 1914 :



http://ulanen-tschapka.monsite-orange.fr/page7/index.html

  Au début de la Première Guerre mondiale, l'armée allemande alignait 26 régiments de uhlans (lanciers)  :3 régiments de la Garde, 21 régiments de ligne ainsi que 2 régiments de l'armée bavaroise autonome. Après avoir servi  comme cavalerie aux tout premiers mois de la guerre, les régiments de uhlans ont servi comme fantassins dans les tranchées ou ont été transférés sur le front Est  où les conditions plus primitives permettaient à la cavalerie de jouer un rôle décisif.
Ces uhlans semèrent la terreur en Belgique et dans le nord de la France

MITRAILLEUSE HOTCHKISS/
produites à 65000 exemplaires entre 1900 et 1920, cette arme qui tire 400 coups à la minute équipe l'armée française.

         




http://www.google.fr/imgres?imgurl=http://armesfrancaises.free.fr/Mitr%2520Hotchkiss%252014-VG-WEB.jpg&imgrefurl=http://armesfrancaises.free.fr/lexiqueM.html&h=311&w=500&tbnid=4cMfnmAPnVMCAM:&zoom=1&tbnh=90&tbnw=145&usg=__QqW7MBr90kjP-iEae_BmcUTqILQ=&docid=bFO_sA1yFXbK5M&client=firefox-a&sa=X&ei=GiwfVLytHcjraKGjgsAP&ved=0CC4Q9QEwAw&dur=441


   


   Photo prise sur le front russe. Les mitrailleuses firent des dégâts exceptionnels, surtout du côté allemand qui avaient des armes plus efficaces que les Alliés.   Ces armes sont connues depuis la Guerre de Sécession américaine et la guerre russo-japonaise de 1905. Les "sorties" de tranchées et l'assaut de la partie adverse équipée de ce type d'engins s’avérèrent catastrophiques.

 
   
En revanche, dans le domaine de l'artillerie de campagne, celle qui suit les mouvements de l’infanterie, l'armée française avait une nette supériorité sur le 77 mm allemand. (Je rappelle que 75 signifie que l'obus a un diamètre de 75 mm).






Quelques aspects de l'armement à partir de 1915

   
Sur la guerre de position, lire aussi sur ce site, La guerre, l'horreur, Arras, ville martyre. ainsi que La guerre de 1914-1918, l'horreur, Reims ville martyre. Ainsi qu'une illustration de "la guerre des mines" dans La guerre : l'année 1915
   
    Voici l'énorme mortier allemand, dramatiquement efficace pour la "préparation d'artillerie" . Observez l'échelle qui permet d'accéder à la culasse et qui donne une idée des dimensions de l'engin. 420mm = 42 cm de diamètre pour l'obus. Cet engin ne se déplace pas facilement comme le 75, il est utilisé pour la guerre de siège ou de position.




    l'aspect fondamental de la "guerre de position" est la tranchée. C'est bien connu. Voici une tranchées à Verdun. Observez -entre autres - le changement de couvre-chef : on est passé au casque.

    

    Les Allemands sont à l'origine de deux cruelles inventions : le lance-flammes et le gaz asphyxiant
le casque permet de dire que nous sommes du côté français.

on peut douter de l'efficacité de ces masques à gaz improvisés.
    Il manque une illustration sur l'arme nouvelle des CHARS.

    Enfin, insistons sur le rôle des populations colonisées que les Français comme les Anglais n'hésitèrent pas à mobiliser pour défendre les ... colonies que l’Allemagne convoitait. Ici, des soldats indochinois (Annamites).

    Tous les hommes valides ayant été mobilisés, la main-d’œuvre manquait et l'on sait le rôle des femmes dans le travail tant agricole qu'industriel durant la guerre.

 PROLONGER PAR "LA PEUR", roman autobiographique de Gabriel CHEVALLIER

Comments