5. III° République : 1871-1918

  • Verdun 1916-2016 : commémoration par Antoine PROST « Qui n’a pas fait Verdun n’a pas fait la guerre »..., disent les survivants Antoine Prostprofesseur émérite, université Paris-I Vendredi, 19 Février, 2016L'HumanitéRepères 21 ...
    Publié à 8 sept. 2016 à 06:36 par Jean-Pierre Rissoan
  • 1895, Limoges : Naissance de la CGT     La création de la CGT est dans une large mesure la conséquence de la loi de 1884 autorisant la formation de syndicats professionnels. 1884 : grande loi républicaine, la loi sur ...
    Publié à 3 oct. 2015 à 05:43 par Jean-Pierre Rissoan
  • 1884 : grande loi républicaine, la loi sur l'organisation syndicale.    la situation sociale antérieure à cette loi de 1884 est dominée par le plus grand libéralisme1791 - 1884 : Le libéralisme dans le domaine économique et social. Le 21 mars 1884 ...
    Publié à 3 oct. 2015 à 05:42 par Jean-Pierre Rissoan
  • 3 juillet 1905, le projet de loi relatif à la séparation de l'Église et de l'État est adopté Jean-Paul Scot, historienVendredi, 26 Juin, 2015Humanité Dimanche NB.  Les intertitres sont de moi-même (JPR), les mots en gras le sont par l'auteur.                     Depuis les crimes ...
    Publié à 31 janv. 2016 à 15:13 par Jean-Pierre Rissoan
  • « ils ont tué Jaurès »…     Voici la page de mon livre où je parle de la mort de Jaurès. je tente de montrer que Jaurès n'est pas mort à cause d'un acte dément ...
    Publié à 1 sept. 2016 à 10:06 par Jean-Pierre Rissoan
  • La guerre de 1914-1918, l'horreur, Reims ville martyre.     Avec ARRAS La guerre, l'horreur, Arras, ville martyre.et YPRES, REIMS est la troisième ville-martyre de la Première guerre. Cela est dû à sa position dramatique : là où ...
    Publié à 3 déc. 2016 à 16:10 par Jean-Pierre Rissoan
  • L'année 1912 : La grève de la CGT en 1912      Malgré son échec ; la grève générale déclenchée par la CGT en 1912 restera une médaille d’honneur sur le plastron de ce syndicat. Je publie d’abord l’article d ...
    Publié à 27 oct. 2014 à 14:18 par Jean-Pierre Rissoan
  • L’année 1912 : il y a cent ans déjà…AGADIR et la haine anti-allemande     On entre dans la période anniversaire des années qui précédèrent la déflagration de 1914, année terrible aux conséquences incommensurables.     En 1912, le chauvinisme et le sentiment anti-allemand prennent une ...
    Publié à 24 nov. 2013 à 14:23 par Jean-Pierre Rissoan
  • PROGRAMMES, HISTOIRE, MEMOIRE : LE DEVOIR DE TRANSMETTRE…     Deux évènements d’actualité, de nature et d’importance différentes- m’interpellent, comme on dit sur les plateaux télé - et placent mon site au cœur de leur problématique : les nouveaux ...
    Publié à 26 nov. 2011 à 07:36 par Jean-Pierre Rissoan
  • La grippe "espagnole".     La grippe espagnole nous éloigne de l’actualité mais le journal l’Humanité nous offre un article fort intéressant sur la célébrissime grippe dite espagnole de 1918 [1]. Je dis ...
    Publié à 31 déc. 2013 à 09:58 par Jean-Pierre Rissoan
  • L'armée républicaine ? 20.07.2011. Je l’ai dit ailleurs : la fête du 14 juillet a été dévoyée par le général putschiste Georges BOULANGER qui l’a transformée en défilé militaire pour ...
    Publié à 20 juil. 2011 à 06:35 par Jean-Pierre Rissoan
  • La guerre, l'horreur, Arras, ville martyre.   18/04/2011      Nous avons passé ce week-end à Arras, chef-lieu du Pas-de-Calais chanté par Fernand Reynaud et son ami Bidasse. Nous devions participer à l ...
    Publié à 23 févr. 2016 à 07:50 par Jean-Pierre Rissoan
  • Le trafic des décorations…  02/09/2010  Ainsi donc le ministre du travail a reconnu jeudi devant des journalistes, avoir initié la demande de décoration pour le gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt : Patrice ...
    Publié à 24 oct. 2015 à 00:41 par Jean-Pierre Rissoan
Affichage des messages 1 - 13 de 13 Afficher plus »

Verdun 1916-2016 : commémoration par Antoine PROST

publié le 22 févr. 2016 à 05:52 par Jean-Pierre Rissoan   [ mis à jour : 8 sept. 2016 à 06:36 ]

« Qui n’a pas fait Verdun n’a pas fait la guerre »..., disent les survivants

Antoine Prost
professeur émérite, université Paris-I
Vendredi, 19 Février, 2016
L'Humanité

Repères

  • 21 février 1916. Début de l’offensive allemande. Quatre jours plus tard, le fort de Douaumont est enlevé.
  • 18 juin. Les Allemands, à portée de vue de Verdun, bombardent le secteur avec des obus au phosgène.
  • Du 21 au 24 octobre. Les Français pilonnent les lignes allemandes. Les Français reprennent Douaumont.
  • Mi-décembre. Après 300 jours, les troupes allemandes sont refoulées sur leurs positions de départ.
Infographie : Humanité

Attaques et contre-attaques. Les Allemands attaquent au nord de Verdun, sur la rive droite de la Meuse, le 21 février 1916, à 7 heures, par un bombardement massif. En cinq jours, ils avancent de 6 à 8 kilomètres et prennent le fort de Douaumont. Ils sont arrêtés par l’arrivée de renforts et la réorganisation du commandement, confié au général Pétain, mais, le 6 mars, ils attaquent aussi rive gauche. Jusqu’à la fin du mois de juin, attaques et contre-attaques font rage. Les Allemands parviennent à 4 kilomètres de Verdun, mais l’offensive alliée sur la Somme, le 1er juillet, les oblige à desserrer l’étreinte. Les Français passent à l’offensive, reprennent les forts de Douaumont puis de Vaux, et reviennent à leur front de départ, rive droite, le 15 décembre. Ils crient victoire mais ne reprendront qu’en août 1917 le terrain perdu rive gauche.

Texte de l’article d'Antoine PROST :

        La bataille de Verdun a été un massacre effroyable. Mais si elle est devenue « la » bataille, c’est en raison de la noria des divisions, de la crainte de perdre la guerre, de la résistance française et de la valeur symbolique développée ensuite par un immense travail de mémoire.

    De toutes les batailles de la Grande Guerre, celle de Verdun reste, dans notre mémoire nationale, la plus importante : c’est d’ailleurs la seule qui figure au programme d’histoire des collégiens. Comment expliquer ce statut exceptionnel ?

    Une première explication est l’extraordinaire violence des combats jusqu’à l’été. C’est ce que signifiaient, au moment même, les soldats et officiers quand ils disaient : « Qui n’a pas fait Verdun n’a pas fa it la guerre. » De fait, les documents témoignent d’une lutte d’une rare intensité : on se bat dans des trous d’obus, plus ou moins reliés entre eux pour former des tranchées, sous le bombardement constant d’obus souvent de gros calibre. Se montrer de jour est s’attirer aussitôt des balles. La nuit, on veille, on travaille à renforcer les positions, on ne dort pas vraiment ; les corvées en tout genre et les brancardiers sillonnent le champ de bataille. Les survivants qui descendent du front semblent revenir de l’enfer.

    Cette explication n’est pourtant pas suffisante. Verdun a été pire que les batailles précédentes, auxquelles les témoins la comparaient, mais les suivantes ont sans doute été plus dures encore, car l’escalade des bombardements n’a pas cessé ; après chaque échec, les états-majors ont conclu qu’ils n’avaient pas frappé assez fort, et ils ont frappé plus fort la fois suivante. Le million d’obus tirés par les Allemands le premier jour de l’offensive représente moins de quatre jours de la production française d’obus en 1918. Le nombre des morts de Verdun est impressionnant – 143 000 Allemands et 163 000 Français –, mais, compte tenu des effectifs, les pertes françaises sont plus lourdes sur la Somme qu’à Verdun. Les récits de la Somme ou du Chemin des Dames, en 1917, sont aussi terribles que ceux de Verdun : ils disent la faim, la soif, la boue – qui colle aux habits et happe parfois les soldats –, les bombardements incessants, les blessés, les cadavres et débris humains, la puanteur, les mouches, la mort présente à tout instant. Verdun est certes un peu différente : sur ce plateau entaillé de multiples ravins profonds, c’est un combat de petits groupes, à la grenade, alors que les autres batailles, en terrain moins mouvementé, mettent aux prises des lignes plus nettes, sur un front plus large. Mais c’est partout l’enfer.

    D’autres raisons interviennent. La première est la « noria ». Le commandement français a en effet remplacé les divisions épuisées par des divisions fraîches, alors que les Allemands reconstituaient sur place leurs unités par des renforts. De ce fait, 70 divisions françaises ont combattu à Verdun, sur une centaine. Verdun est la bataille qu’ont « faite » le plus grand nombre de soldats français. En outre, elle est purement française, car les alliés n’y ont pas participé directement.

Les soldats ont intériorisé l’enjeu

    Mais la vraie raison est l’importance de l’enjeu. C’était la première fois, depuis 1914, que les Allemands attaquaient, et en force. Tous les Français ont craint de perdre la guerre. À la fin de la semaine qui commence le 21 février, l’angoisse règne : la défaite sera-t-elle enrayée ? La population anxieuse guette les communiqués, la presse se veut rassurante, mais enregistre les reculs. Les hommes politiques s’agitent : c’est à Verdun que se joue le sort de la nation. Dans les semaines qui suivent, c’est là que ministres, parlementaires, journalistes, académiciens, diplomates, veulent aller, et pouvoir dire qu’ils y sont allés.

    Les soldats ont intériorisé l’enjeu : ce n’est pas une bataille comme les autres, c’est « la » bataille, et il est juste que chacun y passe à son tour : la noria trouve là sa justification. Le moral des soldats n’est pas constant ; il y a des moments de lassitude, et même des refus de monter en ligne, mais aux moments les plus décisifs, ils consentent des sacrifices surhumains, et l’on peut parler d’héroïsme. Il ne faut pas que les Allemands passent. Le « mythe » de Verdun se constitue pendant la bataille elle-même : c’est le symbole de la résistance française.

    Un immense travail de mémoire a développé ensuite la valeur symbolique de Verdun : les combattants sont revenus en pèlerinage, seuls, en famille, en groupes organisés par leurs associations ; un comité a construit l’ossuaire de Douaumont, grâce à des souscriptions de plus d’une centaine de villes françaises et étrangères, des manifestations commémoratives ont été organisées tous les ans. Les villes ont donné à des rues ou des places le nom de Verdun.

    C’est parce que Verdun avait acquis cette valeur symbolique exceptionnelle qu’il n’y avait pas de meilleur lieu pour manifester la réconciliation des deux peuples par un geste spectaculaire et silencieux, la poignée de main du président Mitterrand et du chancelier Kohl, le 22 septembre 1984.

VOIR AUSSI :     La guerre : l'année 1916.

1895, Limoges : Naissance de la CGT

publié le 2 oct. 2015 à 06:52 par Jean-Pierre Rissoan   [ mis à jour : 3 oct. 2015 à 05:43 ]

    La création de la CGT est dans une large mesure la conséquence de la loi de 1884 autorisant la formation de syndicats professionnels. 1884 : grande loi républicaine, la loi sur l'organisation syndicale. Pour ce 120ème anniversaire, je publie deux articles : une étude de l'historien Stéphane SIROT et un entretien avec le directeur de recherche (CNRS) Michel Dreyfus.

En 1895, le congrès de Limoges voit la naissance de la CGT

    Stéphane Sirot, Historien

    Vendredi, 25 Septembre 2015

 

    Du 23 au 28 septembre 1895, le VIIème Congrès national corporatif de Limoges fonde la Confédération générale du travail (CGT). Cette initiative vise à réduire l’émiettement des organisations ouvrières à partir de la Fédération des syndicats et celle des bourses du travail.

    En 1886, la Fédération nationale des syndicats (FNS) est le premier essai de regroupement interprofessionnel. Contrôlée par les amis de Jules Guesde, qui la voient comme un appendice du parti politique, elle se heurte à la Fédération des bourses du travail, créée en 1892 puis dirigée par l’anarchiste Fernand Pelloutier. Mais les aspirations unitaires progressent. En 1893, le congrès de la Fédération des bourses invoque "l’unité prolétarienne indispensable" et décide de tenir sa prochaine assemblée à Nantes, à l’instar de la FNS. Un congrès commun a lieu en 1894. Il en sort un Conseil national ouvrier chargé de susciter, pour l’année suivante, un congrès fédérateur. Les guesdistes, défaits sur leurs conceptions de l’action syndicale, campent à l’écart. Pourtant, l’élan est donné et "ces grandes assises du travail" s’ouvrent le 23 septembre 1895. À Limoges, 75 délégués représentent 28 fédérations, 18 bourses et 126 chambres syndicales. Quelques figures militantes sont là. Ainsi l’ex-communard Jean Allemane, ou Auguste Keufer, du Livre. Après des échanges sur les revendications, le congrès débat de la physionomie de la nouvelle organisation qui doit "grouper en un seul faisceau (…) toutes les forces prolétariennes".

    Le 27 septembre, ses statuts commencent à être votés, un nom lui est donné. Après le rejet de la proposition Keufer de la baptiser "Confédération nationale ou française", l’article 1er proclame la création d’"une organisation unitaire et collective qui prend pour titre : Confédération générale du travail"[1]. Reste à l’habiller de principes rassembleurs.

S’exonérer des querelles partisanes sans déserter le champ politique

    Si l’objectif de Limoges est de bâtir une maison commune aux travailleurs, il s’agit aussi d’échapper à l’influence des chapelles socialistes. Comme le dit Keufer, sauf à perpétuer les fractures syndicales, il faut se garder des "rivalités d’écoles qui veulent dominer le mouvement". Les congressistes s’entendent donc pour graver dans le marbre quelques postulats, au premier rang desquels l’indépendance de la CGT. L’article initial de ses statuts s’achève par ces lignes : "Les éléments constituant la CGT devront se tenir en dehors de toutes les écoles politiques". L’atelier et l’usine sont ses champs d’investigation. Ces lieux vivants de la lutte des classes sont jugés garants de la cohésion des ouvriers, puisque tous y subissent leur plus puissant dénominateur commun : le procès d’exploitation. C’est ainsi qu’il est annoncé dans l’article 2 des statuts que la CGT "a exclusivement pour objet d’unir, sur le terrain économique et dans des liens d’étroite solidarité, les travailleurs en lutte pour leur émancipation intégrale". La fin de cette phrase suggère une autre de ses valeurs historiques : si la CGT œuvre à améliorer les conditions d’existence quotidienne, elle prépare aussi l’éradication du système capitaliste. Ce que les syndicalistes révolutionnaires traduiront bientôt par l’expression de "double besogne". La centrale veut s’exonérer des querelles partisanes, mais elle ne déserte pas le champ politique.

Avec le congrès décisif de Montpellier, en 1902, la Confédération peut prendre son envol

    La manière de renverser le système d’ordre en place fait l’objet de discussions passionnées. L’idée de grève générale progresse, sans faire l’unanimité. Des congressistes profitent d’un débat "pour savoir si le conseil national aura la grève générale dans ses attributions" pour exprimer leurs préventions. Finalement, tant les "grèves partielles" que la "grève générale" sont inscrites au rang des prérogatives confédérales. Le 28 septembre, quand le congrès se sépare au cri de : "Vive la République sociale ! Vive l’émancipation des travailleurs !", les pères fondateurs de la CGT ne sont pas sûrs de sa pérennité, même s’ils ont choisi d’y admettre l’ensemble des organisations existantes. La Fédération des bourses garde ses distances et une myriade de syndicats de métier montre peu d’empressement à s’identifier à l’esprit confédéral. Les moyens de fonctionnement de la CGT sont en outre modestes. À Limoges, des échanges ont porté sur les subsides à octroyer à la Confédération par les organisations adhérentes. C’est la solution de la moindre cotisation qui a été préférée. Malgré cela, l’argent ne rentre guère. La CGT qui sort de Limoges est donc mal assurée. Ses statuts sont modifiés jusqu’au congrès décisif de Montpellier, en 1902. Elle se dote alors de structures reflétant "une unification aussi achevée que possible du mouvement syndical"[2]  et peut prendre son envol.

 

Le 23 septembre 1895, à Limoges, s’ouvrait le congrès fondateur de la CGT

 

    Entretien avec Michel Dreyfus, directeur de recherche émérite au Centre d’histoire sociale, université Paris-I (CNRS), réalisé par 
Yves Housson.

    L'Humanité, Mercredi, 23 Septembre, 2015.

 

    La CGT naît en 1895. Quel est alors le contexte ?

Michel Dreyfus La France est encore un pays en majorité rural, et donc proche sur certains points de l’Ancien Régime. Le basculement, c’est-à-dire le moment où les ouvriers deviendront majoritaires dans la population française, aura lieu en 1930. Ensuite, la France, comme la majorité des pays d’Europe, connaît un développement industriel qui débute dans les années 1820-1830, suivi d’une seconde vague en 1880-1890 ; ce développement se fait à un rythme assez nonchalant. Troisième point, comme souvent dans notre pays, il faut partir de la Grande Révolution. Au nom de la liberté d’entreprendre, et dans un contexte très différent de celui d’aujourd’hui, toutes les formes, rudimentaires, d’association que s’était données depuis le Moyen Âge le monde du travail, en particulier le compagnonnage, ont été détruites par un acte législatif essentiel, la loi Le Chapelier (14 juin 1791). Ce texte, défini par Jean Jaurès comme "la loi terrible contre les travailleurs", leur interdit toute organisation pendant près d’un siècle. Dès lors, de nombreux mouvements sociaux seront durement réprimés, notamment la révolte des Canuts (1831), les journées de juin 1848 à Paris et la Commune (1871). La légalisation des syndicats est réalisée en 1884 (...) La CGT est créée, en 1895, à partir de deux composantes, la Fédération nationale des syndicats et la Fédération nationale des bourses du travail, constituées quelques années plus tôt. Cela se situe au moment où l’État commence à intervenir dans le social et à construire, très lentement, le droit du travail. Mais les militants ont tellement subi la répression qu’ils ont beaucoup de mal à se faire à l’idée que l’État puisse mettre en place un certain nombre d’améliorations. Jusqu’à la Grande Guerre, l’idée qu’il puisse y avoir aussi un réformisme d’État passe peu chez les militants. La méfiance envers l’État et le patronat engendrée par les répressions du mouvement social au XIXème siècle est à l’origine de la culture d’affrontement qui s’installe pour longtemps au sein de la CGT. (...)

    À ses débuts, le syndicat est dominé par le courant dit du "syndicalisme révolutionnaire". Comment le définir ?

Michel Dreyfus Ce courant, qui est dominant à la CGT de 1906 à 1914, dénonce la société capitaliste, qu’il trouve injuste. Il faut donc l’abattre, par la grève générale : c’est la CGT qui le fera ; mais surtout pas les partis politiques ! La CGT se proclame complètement indépendante des partis politiques par le biais de la charte d’Amiens (1906), texte fondamental dans l’histoire du syndicalisme français. Le changement est absolu en 1914. La CGT, qui, comme le Parti socialiste, avait cru que la guerre pourrait être empêchée par la grève générale, vire à 180 degrés et adhère à l’"Union sacrée". On passe très vite d’une CGT qui voulait détruire l’État à une CGT qui négocie avec lui. La prolongation de la guerre aura deux conséquences. Tout d’abord, les Français sont de plus en épuisés par le conflit ; d’autre part, la Révolution russe éclate en 1917. Aussi, la CGT se divise en deux courants. Le premier continue à soutenir la guerre, alors que le second prend de plus en plus ses distances, tout en soutenant la Révolution russe. Quelques années plus tard, en 1921, à l’issue d’une grande grève des cheminots et à la suite d’une scission, existent deux organisations, la CGT confédérée et la CGTU (unitaire). (...)

    L’histoire de ce syndicalisme "de combat" se conjugue avec celle des grandes grèves

Michel Dreyfus C’est une particularité française. Une première grève nationale pour la journée de huit heures a eu lieu en 1906, suivie de grandes grèves en 1920, 1936, 1947, 1968 et 1995. Mais elles présentent de grandes différences. Ainsi, celle de 1936 est la seule grève qui survient après la victoire politique de la gauche et qui représente une victoire syndicale, avec ces trois conquêtes : congés payés, quarante heures et conventions collectives.

    Vous situez le début d’un cycle d’affaiblissement de la CGT à la fin des Trente Glorieuses. Quels en sont les principaux facteurs ?

Michel Dreyfus Cet affaiblissement touche tous les syndicats. Tous sont affectés par les changements de l’organisation du travail. Elle reposait sur de gros bastions ouvriers, ce qui, depuis les années 1920-1930, facilitait relativement l’implantation du syndicalisme. Depuis, le travail est beaucoup plus morcelé, ce qui rend les choses plus difficiles. En effet, ces bastions ouvriers ont considérablement décliné depuis le début des années 1980. L’implosion du camp socialiste en 1989-1991 a également joué, mais beaucoup plus pour le PC que pour la CGT. Enfin, alors qu’il a existé depuis la Libération un secteur public nationalisé et puissant, de grandes structures où le syndicalisme était possible, on a beaucoup libéralisé ces dernières décennies : ces privatisations émiettent encore davantage le travail et compliquent la tâche du syndicalisme. Elles vont de pair avec la remise en cause du droit du travail, le poids du chômage et la montée du travail précaire sous de très nombreuses formes.

*

*        *



Addendum : 120 ans d’histoire sociale

    À l’occasion du 120e anniversaire de la CGT, l’Humanité a édité le hors-série de référence 1895-2015 : 120 ans de combats de la CGT. Récits de témoins et historiens, témoignages d’acteurs du mouvement ouvrier, débats et entretiens, articles sur plus d’un siècle de conflits sociaux accompagnés de nombreuses reproductions photographiques et de documents d’archives, ce numéro exceptionnel de 124 pages est à commander au prix de 9 euros sur le site à la boutique en ligne ou par courrier (L’Humanité/Service diffusion militante au 5, rue Pleyel, 93528 Saint-Denis Cedex, par chèque à l’ordre de l’Humanité). Autre initiative éditoriale importante, les éditions de l’Atelier publieront, d’ici à la fin de l’année 2015, l’ouvrage Histoire de la CGT, en lien avec l’Institut CGT d’histoire sociale. La boutique en ligne.



[1] Les citations sont tirées du compte rendu du congrès.

[2] Dans La CGT, de René Mouriaux, éditions du Seuil, 1982.


1884 : grande loi républicaine, la loi sur l'organisation syndicale.

publié le 1 oct. 2015 à 11:46 par Jean-Pierre Rissoan   [ mis à jour : 3 oct. 2015 à 05:42 ]


   la situation sociale antérieure à cette loi de 1884 est dominée par le plus grand libéralisme1791 - 1884 : Le libéralisme dans le domaine économique et social.

Le 21 mars 1884 paraissait au Journal officiel la loi qui reconnaissait aux travailleurs le droit à l'organisation syndicale. Cette décision parlementaire fut mal accueillie à la fois par le patronat - ce qui n'est pas étonnant - et par la classe ouvrière - ce qui l'est plus.

Ainsi, en octobre 1886, le congrès fondateur de la Fédération nationale des syndicats (que cet acquis avait rendue légale) n'eut rien de plus pressé que de demander, dans sa deuxième motion, "l'abrogation organique pure et simple de tous les articles de cette loi".

Apparent paradoxe qui mérite des explications !

   

   

    La loi La Chapelier avait la vie dure...

    Dès Leur installation au pouvoir, à la faveur de la Révolution française, les représentants majoritaires de la bourgeoisie de l'époque sous l'hypocrite prétexte de protéger la liberté des travailleurs et d'en finir avec les règles corporatives d'un autre âge,- décidèrent, avec la loi Le Chapelier (17 juin 1791), d'interdire toutes les organisations professionnelles. Cette loi Le Chapelier allait avoir la vie dure : elle traversa, en effet, sept régimes différents et survécut a dix constitutions avant d'être officiellement abolie. Elle fut successivement renforcée en 1810 par les articles du Code pénal de Napoléon tarifant les infractions et, le 10 avril 1834, par une loi draconienne que fit voter Adolphe Thiers, le futur bourreau de la Commune.

    A ce propos, il convient de se souvenir d'un autre anniversaire : à trois semaines près le 100ème anniversaire de la loi fondant le droit syndicat en France rejoint le 150e anniversaire de l'insurrection des tisseurs de Lyon - commencée le 9 avril 1834 - pour la défense de leur droit à s'associer et à se défendre contre l'oppression du capital. Cela veut dire qu'il a fallu à partir de cette date (1834) cinquante années de luttes jalonnées par les tragiques journées de juin 1848 et la semaine sanglante de 1871 avant que ne se dessine, par le syndicalisme enfin reconnu, l'émancipation du "quatrième Etat"[1].

    Le réveil du mouvement ouvrier

C'est dire que la loi sur les syndicats ne fut pas octroyée par grandeur d'âme démocratique, mais - comme toute loi sociale - arrachée par l'action des travailleurs.


    Déjà le 25 mai 1869, le droit de grève limité accordé par le second Empire n'avait fait qu'entériner une pratique imposée par les ouvriers en dépit des condamnations à la prison et à l'amende frappant les participants à une "coalition". Mieux, la loi autorisant la grève avait par les articles 414, 415 et 416 remaniés du Code pénal, renforcé le délit d'organisation illicite. A la veille de la Commune, Eugène Varlin, dans une lettre à Albert Richard - le leader lyonnais de la première "Internationale"- ironisait d'ailleurs le 26 janvier 1870 sur cette interdiction "Toutes nos sociétés, écrivait-il, sont en dehors de la loi. Elles n'existent que par la tolérance administrative. Mais cette tolérance est tellement passée à l'état d’habitude tellement ancrée dans les meurs qu'il serait impossible à l'administration de revenir dessus".

    Le terme « rapport de forces » n'était alors pas d'usage courant, mais la chose existait !

    En 1884, lorsque, enfin, la loi est votée, quelle est la situation exacte ? Cinq cents syndicats environ existent en dépit de leur illégalité formelle. Les grèves ? C'est justement, en mars 1884, pendant le vote, que se déroute le dur conflit opposant les mineurs d'Anzin aux patrons des Houillères. "La misère est affreuse dans cette ville", écrit à ce propos Laura Lafargue le 2 avril 1884 dans une lettre à Engels. "Les femmes ont une conduite admirable... " On comprend alors, dans cette conjoncture, la hâte que mettent tout à coup les républicains opportunistes à conclure. Le 6 février 1884, le journal lyonnais, le Progrès, vend la mèche en imprimant cet aveu : "Plus que jamais, en face de la crise économique et sociale, nous estimons qu'un petit progrès si minime qu'il soit vaut encore mieux que le statu quo". Autre témoignage convergent, celui de Georges Clemenceau - futur grand briseur de grève - qui s'écrie le 13 mars lors du vote définitif des députés "La loi ne fait que confirmer une liberté déjà prise et avec laquelle on doit compter". Pour, vaincre les réticences des sénateurs, le rapporteur du projet, Henri-Louis Tolain, transfuge réformiste de la première "Internationale", n'hésite pas à faire miroiter à leurs yeux l'avantage de sa loi "Les patrons pousseront eux-mêmes les ouvriers à constituer des syndicats réguliers avec lesquels ils pourront utilement entrer en relations".

    Cette façon de présenter les choses, le souci évident de limiter l’action syndicale aux aspects étroitement corporatifs et de soumettre les responsables à la surveillance de l'administration, explique les réticences, voire l'hostilité avec laquelle fut accueillie la loi.

    Les réticences des travailleurs

    Jules Guesde dans Cri du peuple est ainsi amené à sous-estimer l'importance de la conquête que représente le droit syndical, un droit que les ouvriers sauront plier à leurs objectifs. "Ce n'est pas en réalité" écrit-il, "l’abrogation de la loi Le Chapelier, c'est sa modernisation, son adaptation aux nouvelles nécessités capitalistes". Les restrictions imposées par la loi (syndicats ouverts aux seuls Français, impossibilité pour les unions syndicales de posséder des immeubles et d'ester en justice) indignent aussi un Jean- Baptiste Dumay, qui -au congrès fondateur de la Fédération nationale des syndicats tenu à Lyon en octobre 1886- proclame que cette loi est "nuisible aux intérêts des travailleurs". Lui succédant à la tribune, le guesdiste Gabriel Farjat affirme de son côté qu'il s'agit "d’une loi liberticide, confectionnée par nos adversaires d'origine, dans le but de tromper la masse ouvrière sur leurs véritables intentions".

    Certes, il est vrai, que toujours la bourgeoisie, faisant de nécessité vertu, s'ingénie à piéger le terrain, qu'elle est obligée de concéder, mais, cependant, la loi recelait de précieuses possibilités de développements ultérieurs.

    La peur des unions

C'est bien ce que redoutaient les sénateurs qui, le 2 février 1884, dans une dernière tentative pour limiter les dangers qu'ils

pressentaient votaient le rejet de l'article V de la loi autorisant la création d'unions de syndicats. Certes, quelques-unes existaient déjà sur une base corporative telle la fédération des chapeliers constituée en 1879 (ci-contre), celle du Livre en 1881, celle des mineurs en 1883. Mais, ce qui inquiétait le plus l'un des chefs de file de la réaction sénatoriale, le représentant de la Drôme, René Béranger, membre de l'Académie des sciences morales et politiques, c'était le danger que pourrait représenter pour la "paix publique" une union interprofessionnelle qui, au-delà de regroupement corporatiste, pourrait rassembler tous les ouvriers sur la base de leurs intérêts communs - c'est-à-dire de leurs intérêts de classe. "Il ne fallait pas", disait-il, "permettre aux horlogers de Marseille de s'unir avec les cordonniers de Lille" et, siégeant sur les bancs de la "gauche", un nommé Allou, clamait lui aussi son anxiété de voir faire des syndicats "une puissance formidable" capable de "supprimer, de tuer l'individu par l’organisation".

Dans sa réponse aux interpellateurs, Waldeck Rousseau (représenté sur le timbre commémoratif, cf. supra) jura ses grands dieux que cette faculté d'union serait, au contraire, "une garantie contre les grèves". Et, de fait, en 1886, lors de la constitution de la Fédération nationale des syndicats, ses successeurs firent le maximum pour obtenir qu'il en soit ainsi.

    Vers la naissance de la CGT

    La FNS réalisait une idée pour laquelle Varlin militait dès 1869 à savoir le regroupement de toutes les chambres syndicales. Pour tenter de: domestiquer le mouvement, les républicains opportunistes au pouvoir s'employaient à épauler les éléments mutuellistes et les coopérateurs gagnés aux conceptions réformistes. Un chef de bureau au ministère de l'Intérieur, Barberet, avec l'aide de l'administration et d'un journal Le Moniteur des syndicats ouvriers dirigea l'opération.

    A la veille du Congrès de Lyon, une correspondance fiévreuse (qu'on peut consulter aux archives départementales du Rhône) s'échangea entre le gouvernement et le préfet informé par les rapports du commissaire Baraban qui étudiait minutieusement la composition des congrès. Ce dernier notait que "la commission était animée d'un esprit assez avancé car les délégués sont toujours choisis parmi les plus militants". Sous l'impulsion des guesdistes, le congrès s'orienta, en effet, vers un syndicalisme de lutte de classes hostile à la tutelle étatique. Il se prononça à une large majorité pour la création d'une fédération nationale et contre les dispositions restrictives de la loi du 21 mars, C'est à partir de là que s'amorça le processus historique qui a donné au syndicalisme français moderne ses traits distinctifs.

    La Fédération des Syndicats étroitement contrôlée par un parti guesdiste, où avait cours une conception caporaliste des relations entre syndicalisme et politique, entra en rivalité avec la Fédération nationale des Bourses du travail créée en 1892 en partie sous l'inspiration des anarchistes. En 1895, les deux formations finirent par se réunir pour former la Confédération générale du travail, dont l'actuelle CGT, bénéficiaire d'une longue expérience, est la légitime héritière.


[1] On connaît les trois "États" de la société d’Ancien Régime : clergé, noblesse et Tiers Etat. Au XIX° siècle, on appelle Quatrième Etat - celui qui n’a rien - la classe ouvrière naissante.  


3 juillet 1905, le projet de loi relatif à la séparation de l'Église et de l'État est adopté

publié le 18 juil. 2015 à 06:41 par Jean-Pierre Rissoan   [ mis à jour : 31 janv. 2016 à 15:13 ]


Jean-Paul Scot, historien
Vendredi, 26 Juin, 2015
Humanité Dimanche

NB.  Les intertitres sont de moi-même (JPR), les mots en gras le sont par l'auteur.    
        
        Depuis les crimes de janvier 2015, tout le monde ou presque se réclame de la laïcité dans la plus grande confusion. Rien d’étonnant: elle est aujourd’hui trop souvent incomprise, falsifiée et dénaturée. Si la France est définie depuis 1946 comme une « République indivisible, laïque, démocratique et sociale », c’est à la suite des très longues luttes qui ont abouti à la séparation des Églises et de l’État par la loi du 9 décembre 1905, que la Cour européenne des droits de l’homme a qualifiée de « clé de voûte de la laïcité française».

AVANT LA III° RÉPUBLIQUE

    Sous l’Ancien Régime, le catholicisme était la seule religion d’État légitimant la monarchie de droit divin. Cependant, dès Philippe le Bel (XIII e - XIV e siècle), la France fut le premier État européen à rejeter la théocratie pontificale et la suprématie du pouvoir religieux sur le pouvoir politique.Néanmoins, les pouvoirs temporel et spirituel étaient seulement distincts, pas séparés, car ils avaient le même objectif: imposer à tous les sujets du roi les « devoirs envers Dieu».
 
    La France a également été le premier État à instaurer la tolérance. Alors qu’à la fin des guerres de Religion s’impose en Europe le principe « tel prince, telle religion », en France, Henri IV accorde à ses sujets protestants la liberté de culte et l’égalité civile par l’édit de Nantes de 1598, que Louis XIV révoquera. La tolérance n’est pas la reconnaissance d’un droit naturel, plein et entier, pour tous les hommes libres.    D’ailleurs le philosophe anglais Locke la refuse aux catholiques et aux athées jugés incapables de morale. Aussi les philosophes français des Lumières ont préféré lutter pour la pleine liberté de conscience et de pensée. La tolérance annonce certes la laïcité, mais les deux termes ne sont pas synonymes, même si beaucoup les confondent aujourd’hui encore. 
 
    C’est la Révolution française qui représente le tournant capital dans le long processus de laïcisation de l’État et de la société. La déclaration solennelle du 26 août 1789 opère une véritable révolution copernicienne: la société sera désormais fondée sur les « droits de l’homme » et non plus sur les « devoirs envers Dieu».
Puisque les hommes sont « libres et égaux en droits », « nul ne peut être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi». La liberté religieuse est assurée et le blasphème n’est plus un crime.   La Constituante laïcise l’origine du pouvoir en proclamant la souveraineté du peuple et l’égalité des citoyens.La Législative instaure l’état civil en 1792 et légalise le divorce. La Convention affirme les principes de la laïcité scolaire, renonce à salarier les prêtres et proclame même en 1795 une première « séparation » de l’Église et de l’État.
 
    Mais, pour rétablir l’ordre public et la paix religieuse, Napoléon Bonaparte signe avec le pape Pie VII le Concordat de 1801 et établit en 1802 le régime pluraliste des « cultes reconnus »: les cultes catholique, protestant, puis israélite, deviennent des institutions publiques; les membres du clergé sont rémunérés et contrôlés par l’État tels des quasi-fonctionnaires. Le concordat devint vite un « discordat » en France alors que la plupart des États européens admettent toujours la collaboration avec les anciennes religions selon le régime des « cultes reconnus».
 
LE GRAND COMBAT

    
En effet, un conflit récurrent opposa tout au long du XIX e siècle les républicains anticléricaux
et l’Église catholique condamnant tous les principes de la modernité. Au nom de l’infaillibilité pontificale en matière de dogme et de mœurs proclamée en 1870, le pape Pie IX prétendait que les lois de Dieu étaient supérieures aux lois des hommes. En France, le clergé catholique était alors plus nombreux que jamais et scolarisait la majorité des enfants. Même si de nombreux républicains étaient très hostiles à un clergé accusé d’être une « faction politique », Gambetta répétait sans cesse: « Nous ne sommes pas les ennemis de la religion. Nous sommes au contraire les serviteurs de la liberté de conscience, respectueux de toutes les opinions religieuses ou philosophiques. » Maîtres de tous les pouvoirs en 1880, les républicains établirent l’école publique, gratuite et obligatoire, laïcisèrent les programmes et le corps enseignant, mais permirent aux élèves de recevoir un enseignement religieux hors de l’école. Ils laïcisèrent progressivement les administrations, les hôpitaux, les cimetières, mais ils ajournèrent la séparation de l’Église et de l’État pour ne pas aggraver les conflits entre les « deux France».    Cependant l’affaire Dreyfus révéla en 1898 la gravité du triple danger antisémite, nationaliste et clérical. La majorité des catholiques, à la différence des protestants, ne s’était pas ralliée à la République. La séparation devenait urgente. La poussée de la gauche aux élections de 1902 déclencha un véritable mouvement populaire en faveur de la lutte contre les congrégations religieuses et pour la dénonciation du Concordat.    Dès 1904, Jaurès définissait l’esprit de la future séparation: « C’est par un large et calme débat où nous discuterons avec tous les républicains, avec l’opposition elle-même, les conditions les meilleures du régime nouveau (...) conforme au droit de l’État laïque mais aussi acceptable par les catholiques. (...) La démocratie fonde en dehors de tout dogme religieux toutes ses institutions, tout son droit politique et social. (...) Laïcité et démocratie sont synonymes. »
 
    Préparée pendant 18 mois par une commission parlementaire animée par des socialistes proches de Jaurès, dont le rapporteur Aristide Briand, la proposition de loi fut finalement adoptée, après 3 mois de débats, par 341 voix contre 233. Elle a été votée par la cinquantaine de députés voulant faire la « guerre à la religion », par la totalité des socialistes jaurésiens et des radicaux-socialistes anticléricaux, par des radicaux désireux de contrôler encore les religions, bref par quasiment tous les républicains en dépit de leurs différences de sensibilités anticléricales. La loi de 1905 consacre la rencontre inédite entre un fort mouvement populaire d’émancipation et une initiative parlementaire très cohérente. C’est volontairement que les pères de la loi ont regroupé ses deux premiers articles sous le titre « Principes », pour que les législateurs s’y réfèrent toujours à l’avenir.
 
    L’article 1er proclame: « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l’intérêt de l’ordre public. » La liberté de conscience est reconnue comme le premier droit naturel, égal pour tous les hommes, croyants et incroyants. D’elle découle la liberté de croire ou de ne pas croire. La liberté de religion relève du choix personnel de chacun et n’est pas mentionnée pour cela; mais son expression collective, la liberté de culte, est garantie par la République, y compris dans l’espace public après autorisation.
 
    L’article 2 déclare: « La République ne reconnaît, ne salarie, ni ne subventionne aucun culte. » Les religions ne sont plus reconnues comme des institutions d’État ou des services publics. Les fidèles s’organiseront en associations cultuelles de droit privé, comme les autres associations civiles. L’État laisse les religions s’organiser selon leurs propres « règles générales », fussent-elles non démocratiques, car il ne connaît que des citoyens, pas des croyants ou des incroyants.Tous les budgets des cultes sont supprimés car les Églises doivent vivre des seules contributions volontaires de leurs fidèles. Néanmoins, des aumôneries sont autorisées dans les milieux fermés (prisons, hôpitaux, internats, casernes) afin d’assurer la liberté de culte des personnes n’ayant pas la liberté de se déplacer. Pour acheter et bâtir des lieux de culte, les associations cultuelles peuvent créer des fondations déposant leurs ressources en valeurs françaises à la Caisse des dépôts et consignations.
 
    La séparation est une « double émancipation », comme dit Briand: émancipation de l’État qui se déclare neutre en matière confessionnelle et émancipation de toutes les religions, plus libres que jamais. L’État ne peut intervenir en matière religieuse que pour faire respecter la liberté de conscience et l’ordre public par la police des cultes, mais les Églises ne peuvent prétendre imposer par la loi leurs normes à ceux qui ne partagent pas leurs croyances. En France, la laïcité a donc été fondée sur les principes de liberté de conscience et d’égalité des droits, ce qui implique la séparation des religions et de la politique. Les Constitutions de 1946 et 1958 stipulent que la République « assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens, sans distinction d’origine, de race ou de religion». La laïcité n’a jamais été en France une idéologie antireligieuse, ni un athéisme philosophique, pas même une religion civile comme aux États-Unis et encore moins une idéologie d’État comme en URSS.

parenthèse : la querelle des inventaires :

    Définition : La Querelle des inventaires est un ensemble de troubles survenus en de multiples régions de France, consécutif à la loi de séparation des Églises et de l'État de 1905 et au décret du 29 décembre 1905, prévoyant l'inventaire des biens des Églises, notamment de l'Église catholique, afin de préparer la dévolution de ces biens aux associations cultuelles définies dans l'article 4 de la loi. La mise en œuvre de cet inventaire suscita des conflits dans certaines régions de France, essentiellement les régions fortement catholiques (l'Ouest et une partie du Massif central).
texte en bas à gauche : le 1er février 1906, l'inventaire des biens de l'église sainte-Clotilde située à deux pas de la chambre des députés, suscite la réaction des militants catholiques. L'édifice a été barricadé avant l'arrivée du préfet et les chaises servent de projectiles une fois la porte enfoncée par les forces de l'ordre. .

retour au texte de J.-P. SCOT
AUJOURD'HUI
 
    Pourtant la loi de 1905 n’a cessé d’être contestée à chaque fois que les forces de gauche ont reculé, surtout après 1958 et plus encore depuis 2002. 1910: la séparation n’est pas appliquée dans l’empire colonial, pas même dans les départements français d’Algérie. Le statut de l’indigénat est maintenu: ainsi fut empêchée une première rencontre entre l’islam et la laïcité. 1919: le gouvernement d’Union nationale maintient le régime des cultes reconnus dans les trois départements recouvrés d’Alsace-Moselle, où il se perpétue toujours. 1940: le régime de Vichy adopte des lois anti-juives et accorde toutes ses faveurs à l’Église catholique. 1959: au nom de la « liberté d’enseignement », la loi Debré instaure le financement public des écoles privées sous contrat. Les écoles confessionnelles à 95 % catholiques reçoivent le privilège de choisir leur personnel enseignant recruté et payé par l’État. 1984: le président Mitterrand renonce à sa promesse d’unification du service public de l’éducation nationale. L’enseignement privé sous contrat sera traité à parité avec l’enseignement public, sans en avoir les charges. 1989: la loi d’orientation scolaire autorise les élèves à manifester leur religion à l’école. D’où 15 ans de focalisation sur le « voile » à l’école. 2003: Nicolas Sarkozy organise le culte musulman mais privilégie l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), qui estime pourtant que « la laïcité met en question l’essence même de la foi » et qui exige une « composition du droit français avec les dispositions du droit musulman». 2010: Marine Le Pen lance son OPA sur la laïcité tout en invoquant les « racines chrétiennes de la France » pour mieux stigmatiser les musulmans.
 
    Si l’on peut comprendre que des jeunes identifient par erreur la laïcité à des discriminations, il faut clamer haut et fort que le FN et l’ex-UMP se réclament de la laïcité pour mieux la dénaturer. Depuis 1989, ce sont toutes les organisations religieuses, et pas seulement les islamistes, qui remettent en cause la laïcité, au nom du respect qui leur serait dû en raison des fonctions sociales et culturelles, humanitaires et spirituelles, voire politiques qu’elles assureraient dans la société.
    Au nom d’une laïcité « positive », « ouverte », « multiculturelle », voire « européenne », toutes les religions veulent reconquérir une place dans l’État.
 
LA SÉPARATION EST FAITE Discours du citoyen Aristide Briand
« Ce grand débat sur la séparation des Églises et de l’État est arrivé à son épilogue, à sa conclusion logique et certaine, à l’heure de la décisive sanction. C’est la séance que rendra solennelle un vote historique. Une opposition sans grandeur ni puissance a épuisé ses manœuvres chétives et ses intrigues puériles. Elle n’a plus que le souffle nécessaire à une protestation superficielle et vaine... »

 





« ils ont tué Jaurès »…

publié le 31 juil. 2014 à 01:18 par Jean-Pierre Rissoan   [ mis à jour : 1 sept. 2016 à 10:06 ]

   

Voici la page de mon livre où je parle de la mort de Jaurès. je tente de montrer que Jaurès n'est pas mort à cause d'un acte dément d'un individu isolé mais que cet acte est le produit d'une hystérie collective. Phénomène ressenti par les contemporains qui ont crié "ILS"  -marque du pluriel - alors que le singulier s’imposait, en principe, puisque Villain fut immédiatement arrêté.


    L'Action française n'est pas seule à accabler un homme qui incarne la lutte pour la paix. Un homme pour qui une seule guerre compte : "la guerre à la guerre". C'est Jaurès.

    Les fauteurs de guerre ne vont lui faire aucun cadeau. En 1913, le Temps, journal présenté comme "modéré", écrit : "voilà dix ans que Jaurès est contre l'intérêt national, l'avocat de l'étranger" (4 mars), La Croix publie les photos juxtaposées de Guillaume II et du leader socialiste français avec la légende "deux amis" (12 mars). Le 27 avril de la même année, Charles Péguy publie "l'Argent (suite)" où il écrit, avec sa nouvelle charité, "il ne faut pas se dissimuler que la politique de la Convention nationale, c'est Jaurès dans une charrette et un roulement de tambour pour couvrir cette grande voix"[1]. Et, de la Liberté à l’Écho de Paris, la litanie peut s'allonger de ceux qui -dans la droite dite "raisonnable"- accablèrent Jaurès. Mme Rebérioux a donc raison d'écrire : "II existe (…) un véritable florilège des accusations, à la limite de l'appel au meurtre, produites contre Jaurès".

    La crise de l'été 1914 déchaîne le fanatisme.La crise de juillet 1914  Le 18 juillet, Maurras écrit dans l'Action française : "chacun le sait, M. Jaurès, c'est l'Allemagne" et le 23 juillet, il surenchérit : "Nous ne voudrions déterminer personne à l'assassinat politique, mais que M. Jaurès soit pris de tremblement". Mais l'extrême-droite pré-fasciste est rejointe par les "modérés" – quel sens peut avoir ce mot, parfois ! – et, nous dit Mme Rebérioux, "par des «nationalistes» venus de l'extrême gauche. Ainsi Urbain Gohier, ex-dreyfusard, condamné comme responsable de l'Association internationale antimilitariste" mais qui a tourné casaque : «S'il y a un chef en France et qui soit un homme, M. Jaurès sera collé au mur en même temps que les affiches de mobilisation» (Le Matin du  16 juillet 1914). "L'Action française, décidément, n'était pas seule" peut conclure l'historienne[2].

    Effectivement "Villain a tué dans un certain climat" poursuit-elle. "Ils" ont tué Jaurès ! Mais pourquoi ce "ils", ce pluriel, alors que l'assassin est bien identifié, et qu'il n'a pas comploté avec des comparses. Pourquoi l'histoire a-t-elle conservé, elle aussi, ce pluriel ? Tout le monde sent bien qu'il y a là une responsabilité collective. Les quelques citations que j'ai faites à l'instant –il y en aurait des centaines d'autres– montrent assez l'état d'hystérie publique. J'aimerais reprendre ce que disait un historien américain au sujet des meurtres politiques à la fin XVI°, début XVII° siècle. "Toute crise politique ne conduisait pas inéluctablement au tyrannicide. Il fallait pour cela que l'ensemble du corps social fût gagné à cette idée. Ce fut le cas en France au tournant des XVI° et XVII° siècles. On assiste alors à l'apparition d'un véritable rituel du tyrannicide, c'est-à-dire un ensemble de pratiques répétitives auxquelles la société tout entière adhéra et recourut. Seule, cette adhésion permit en définitive, le passage à l'acte du tyrannicide"[3]. Tout se passe comme si l'assassin ressentait derrière lui le consensus approbateur de l'opinion, de la majorité en tout cas. Au demeurant, la suite des évènements montre que la ligne politique de l'assassin – ici, l'entrée en guerre – est acceptée. Cela fait penser à l'assassinat de Itzhak Rabbin. Le passage à l'acte du criminel fut rendu possible par un rejet virulent des accords d'Oslo par une majorité d'Israéliens. Et le camp politique de l'auteur de l'attentat gouverne toujours le pays.

    Eugen Weber qui a accompli un travail formidable de documentation sur la période, nous donne des éléments qui montrent ce caractère consensuel. Quelques jours après l'attentat, Villain écrivait à son frère : "ainsi donc, j'ai abattu le porte-étendard, l'archi-traître de la Loi des Trois Ans, la bouche de fournaise avalant tout appel en provenance de l'Alsace-lorraine. Je l'ai châtié, et mon acte est le symbole d'un jour nouveau". Aucune honte, donc. Dans son Journal d'un cochon de pessimiste, Sybille Riquetti de Mirabeau, comtesse de Martel de Janville, mieux connue des lecteurs sous son pseudonyme de Gyp [4], note qu'elle a reçu une lettre de Jules Soury, qui lui écrit pour exprimer "sa joie de la mort de Jaurès qu'il abhorrait". Gyp estime inutile la recherche de responsabilité. "Toute personne équilibrée, tout patriote d'esprit simple", assure-t-elle, "pouvait facilement avoir eu l'idée, au moment où la guerre devenait imminente, de détruire (sic) l'homme qui avait empêché la France d'armer. Mais si c'est l'Action française et son directeur qui ont vraiment rendu au pays ce signalé service, ils ont fait une bien jolie besogne"[5]. Et voilà. Exit Jaurès…[6]


    Dans son "journal", André Gide après avoir approuvé l'entrée en guerre, note, treize jours seulement après le 2 août : "voici que s'établit un nouveau poncif, une psychologie conventionnelle du patriote, hors quoi il ne sera plus possible d'être un "honnête homme", le ton qu'ont pris les journalistes pour parler de l'Allemagne est à soulever le cœur". Mais cela n'est que la continuation des méthodes de matraquage de l'avant-guerre, le bourrage de crâne continue. Le grand historien Jules Isaac, lui-même, fut victime de la propagande criminelle de ces folles journées de juillet 1914. Après 1918, il raconte comment on lui avait fait croire –lui, l'historien, dont le premier des devoirs est de vérifier les sources des informations, d'avoir toujours en éveil l'esprit critique- on lui avait fait croire que la Russie avait mobilisé après l'Allemagne alors que la Russie avait mobilisé la première, avant l'Allemagne, le 31 juillet 1914 au matin. Information capitale car, rappelons-le, l'alliance franco-russe était défensive.

    L'hystérie n'épargne pas ceux que la fonction aurait dû conduire à calmer les esprits. Les sermons de l'abbé Sertillanges dans l'église de Sainte Madeleine, à Paris, "sont tout entiers à lire" nous conseille J. Benda, "comme monument d'enthousiasme pour les instincts guerriers chez un homme d’Église. C'est vraiment le manifeste du clerc casqué. On y trouve des mouvements comme celui-ci, qu'on croirait, mutatis mutandis, extrait de l'ordre du jour d'un colonel de hussards de la mort : «Voyez Guynemer, ce héros enfant, cet ingénu au regard d'aigle, Hercule fluet, Achille qui ne se retire point sous sa tente, Roland des nuées et Cid du ciel français ; vit-on jamais plus farouche et furieux paladin, plus insouciant de la mort, la sienne ou celle d'un adversaire ? Ce «gosse», ainsi que l'appelaient couramment ses camarades, ne goûtait que la joie sauvage de l'attaque, du combat dur, du triomphe net, et chez lui l'arrogance du vainqueur était à la fois charmante et terrible»"[7].

    Célébration de l'insouciance de la mort des autres par un père dominicain… Il n'est pas inutile d'écrire que l'on verra ce "clerc casqué", se précipiter à Vichy, en 1940, faire ses hommages au gouvernement et idolâtrer le Maréchal.




[1] Outre son nationalisme meurtrier, son hostilité à Jaurès, le catholique Péguy était farouchement hostile au Sillon de Marc Sangnier, "un misérable démocratisme prétendu catholique". Il détestait Sangnier, "un jeune homme assourdissant, d'autant plus insupportable que les lauriers de Jaurès l'empêchent de dormir".

[2] Article du Monde du numéro des 30/31 juillet 1989.

[3] O. RANUM, université de Baltimore, "Guises, Henri III, Henri IV, Concini, trente ans d'assassinats politiques", L'HISTOIRE, n° 51, décembre 1982, pp. 36-44, page 38. Voir -sur ce site, dans mon livre- "La Compagnie du Saint-Sacrement".

[4] Célèbre femme de lettres nationaliste, 1849-1932. Elle descend du comte de Mirabeau, dont on sait qu'il trahit la Révolution pour passer dans le camp de Louis XVI (secrètement). Amie de la famille Lyautey et de Barrès, elle faisait des piges dans les journaux pour gagner sa vie et dissimuler sa gêne financière d'aristocrate déchue. Elle a, par exemple, travaillé pour La LIBRE PAROLE d’Édouard Drumont. Elle tenait un salon distingué… son fils Thierry Martel, président de la corporation des médecins, militera au Faisceau après la guerre.

[5] Eugen WEBER, page 111.

[6] Le procès de Villain aura lieu en 1919, alors qu'on est encore en pleine fièvre nationaliste (voir le chapitre suivant) et l'assassin sera acquitté, Mme Jaurès condamnée aux dépens ! En 1924, après la victoire du Cartel des gauches, le corps de Jaurès sera déposé au Panthéon.

[7] Cité par J. BENDA, "la trahison des clercs", page 170.

La guerre de 1914-1918, l'horreur, Reims ville martyre.

publié le 1 avr. 2014 à 10:27 par Jean-Pierre Rissoan   [ mis à jour : 3 déc. 2016 à 16:10 ]


    Avec ARRAS La guerre, l'horreur, Arras, ville martyre.et YPRES, REIMS est la troisième ville-martyre de la Première guerre. Cela est dû à sa position dramatique : là où le front s'est stabilisé après la "course à la mer" qui a suivi le bataille de la Marne. Les canonniers allemands avaient les tours de la cathédrale en ligne de mire et ne se privèrent pas d'effectuer quelques exercices. Et que l'on ne parle pas de "bavures" ! Les Allemands visèrent sciemment des objectifs non militaires, chers au cœur des Français. Voici ce qu'écrit l'historienne Danièle Voldman :
        "Paris peut servir d'exemple pour suivre la progression des nouvelles armes et leur utilisation contre les civils. A l'automne 1915, la ville avait reçu 58 bombes explosives et incendiaires, qui avaient fait 34 blessés et 6 tués. Les endroits particulièrement visés avaient été la tour Eiffel, Notre-Dame, les gares du Nord et de l'Est, mêlant cibles symboliques et cibles militaires. Reims, à cause de sa proximité avec le front, subit le même type d'attaques tout au long du conflit. Bombes et obus allemands y ravagèrent les quartiers ouvriers mais aussi la cathédrale, haut lieu de l'identité française. En janvier 1918, tous les arrondissements (de Paris) avaient été touchés ; on déplorait 30 morts. L'intensité des attaques et des dégâts suivit les perfectionnements de la technique : en mars 1918, après une vingtaine de bombardements par des obus de 210 tirés d'une batterie éloignée de 110 km, on dénombra 118 tués et 236 blessés. Les attaques du printemps culminèrent avec un impressionnant bombardement de l'église Saint-Gervais, qui sembla un temps déstabiliser les Parisiens. (…).
"



    (photo prise avant 1914 -observer le véhicule automobile, futur "taxi de la Marne"-)
    La cathédrale pendant la guerre...
et
après

Cathédrale de Reims en ruinesPHOTO DE PRESSE PRISE EN 1919



File:Statues de la cathédrale de Reims après le bombardement.jpeg      
 
Cette catastrophe artistique peut être focalisé sur un point singulier de la cathédrale, une de ses sculptures les plus légitimement célèbres, je veux dire "l'ange au sourire". Je reprends sans vergogne l’article de Wikipaedia auquel je vous renvoie pour une lecture complète.    
        L'Ange au Sourire
, dénommé aussi Sourire de Reims, est une statue dont l'original avait été sculpté entre 1236 et 1245. Cette statue se trouve au portail nord de la façade occidentale de la cathédrale de Reims. Son nom est une appellation de la Première Guerre mondiale. Les anges de la cathédrale de Reims sont bien connus des érudits du XIXe et du début XXe siècle pour leur gracieux sourire. Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879) ne s’est pas intéressé à cette figure en particulier mais à l’ensemble des anges rémois. Émile Mâle, dans son ouvrage L’Art religieux au XIIIe siècle en France, paru en 1898, se contente de noter qu’à Reims, « saint Nicaise, le haut du crâne enlevé, marche avec une sérénité héroïque entre deux anges qui lui sourient ». C’est son alter ego, l’Ange de l’Annonciation, que remarque pour sa part André Michel dans son œuvre encyclopédique publiée en 1906. Il s’intéresse notamment à la qualité du sourire des anges de Reims : « La cathédrale de Reims est par excellence la cathédrale des anges. Et de ceux de l’abside à celui de l’Annonciation, on peut suivre dans l’expression de plus en plus aiguë du sourire, dans les particularités de la facture de plus en plus libre et dans le style de la draperie, l’évolution de la sculpture elle-même ».
        Voici dans quel état était cet ange avant et après l'incendie criminel (source : manuel de A. Roubaud, 1927).


    File:Ange au sourire.jpg


Reprise de l’article Wiki : L'Ange est décapité par une poutre de l'échafaudage en flammes, lors de l'incendie de la cathédrale de Reims, le 19 septembre 1914. Après une chute de quatre mètres cinquante, sa tête se brise au sol en plus d’une vingtaine de morceaux. La tête de l’Ange au Sourire est ramassée par l’abbé Thinot dès le lendemain de l’incendie, et mise en sûreté dans les caves de l'archevêché de Reims. C'est là qu'elle est découverte par l'architecte Max Sainsaulieu, le 30 novembre 1915. Elle sert alors de support pour la propagande française, devenant le symbole du génie français et du patrimoine détruit par l'armée allemande. Après la guerre et à partir des fragments d’origine et d’un moulage conservé au musée des monuments français (ancien Palais du Trocadéro), cette célèbre figure est reconstituée et remise à sa place, le 13 février 1926

    Ci-contre, l'ange reconstitué. Merveille de l'art gothique, incarnation de la "sérénité gothique", sublimation de la civilisation médiévale à son apogée (XIII° siècle). 








Bibliographie :

- Danièle Voldman, Les populations civiles, enjeux du bombardement des villes (1914-1945), dans l'ouvrage collectif "La violence de guerre", Éditions COMPLEXE, 2002

- L'ART GOTHIQUE, chez Flammarion, collection "la grammaire des styles", sous la direction de Henry MARTIN, copyright 1930, réédition 1974.


L'année 1912 : La grève de la CGT en 1912

publié le 9 nov. 2012 à 06:25 par Jean-Pierre Rissoan   [ mis à jour : 27 oct. 2014 à 14:18 ]

     Malgré son échec ; la grève générale déclenchée par la CGT en 1912 restera une médaille d’honneur sur le plastron de ce syndicat. Je publie d’abord l’article d’un historien professionnel avant d’apporter des compléments.

 

EN 1912, LA CGT SE LANCE DANS UNE GRANDE MOBILISATION QUI SE VEUT "GÉNÉRALE". BATAILLE DE CHIFFRES. DÉCEPTION.

 

    par Alain Dalotel,

    historien [1].

 

    Le 16 décembre 1912, la CGT organise une grève qui se veut générale pour faire "la guerre à la guerre". Le conflit menace compte tenu de la tension internationale (crises de 1905 et de 1911 entre la France et l'Allemagne pour le Maroc, guerre des Balkans qui oppose la Serbie, la Bulgarie et la Grèce à la Turquie). Ce mouvement semble s'inscrire dans les efforts déployés par la IIe Internationale, mais les syndicalistes révolutionnaires, qui se réfèrent toujours aux principes de l'autonomie préconisés par la charte d'Amiens de 1906, font cavaliers seuls.


    L'Union des syndicats de la Seine invite tous ceux qui ont déserté chantiers et ateliers à participer à une vingtaine de meetings. On compte dès midi 22 000 "chômeurs", qui se livrent à la "chasse aux renards", aux "jaunes", pénétrant dans les entreprises pour faire cesser le travail. Des rassemblements tumultueux se forment, suivis d'affrontements avec les forces de l'ordre. En province, la grève touche surtout les bassins miniers. Dans les meetings parisiens, 133 orateurs et 4 oratrices analysent la situation internationale, tout en attaquant le capitalisme français, sa "république pourrie" et ses parlementaires, "les employés du palais bourbeux" ; ils dénoncent violemment "le guignol abject, l'assassin Clemenceau", le "traître-renégat Millerand" et "ce salaud de Briand". Les orateurs développent la même argumentation : la classe ouvrière n'a aucun intérêt à se mêler au conflit des Balkans, qui n'est qu'une "réclame pour Krupp et Schneider". L'on s'en prend bien sûr à la presse "bourgeoise", qui est "aux ordres du capital". Si les leaders de la CGT ont, pour répondre à la mobilisation, le mot d'ordre d'"immobilisation", qui serait pour une dizaine d'orateurs synonyme de "grève générale" et de "révolution sociale", une douzaine d'autres préconisent le sabotage, tandis que vingt-quatre veulent opposer l'insurrection à l'appel sous les drapeaux. Fait notable, soixante-dix orateurs ne proposent aucune consigne, une indécision reflétée par les seize motions votées - neuf d'entre elles se contentant d'émettre une protestation contre "la façon de faire des gouvernants".


    Au lendemain de la grève, une bataille de chiffres oppose la CGT et ses ennemis. Les autorités comptent 80 000 grévistes pour tout le territoire, et les syndicalistes 600 000. Au-delà d'un certain triomphalisme, on perçoit la déception. Cet échec s'explique en partie par l'équivoque dans laquelle s'est engagée la direction de la CGT. Certains dirigeants, tel l'anarchiste Georges Yvetot, grand antimilitariste, avaient une attitude de mépris pour les masses, opposant la "foule moutonnière" et la "minorité consciente et agissante", qui devait "faire honte aux lâches", ces "viandes à patrons", un antidémocratisme parfois remplacé par l'irresponsabilité. Mais le plus grave, c'est l'équivoque chauviniste. En 1908, Victor Griffuelhes, secrétaire de la CGT, déclarait : "L'ouvrier allemand a peur", concluant à "la supériorité de la décision et de l'initiative française". Son successeur, l'ex-anarchiste Léon Jouhaux, lui emboîte le pas en 1912, en écartant des responsabilités de la tension internationale "la France républicaine, berceau de la liberté". Comme d'autres, il n'est pas opposé à une guerre de "défense nationale", pour soutenir "la démocratie française", thème qui contient les prémisses du ralliement à l'Union sacrée d'août 1914. Jaurès l'avait lui aussi pour une part développé dans l'Armée nouvelle - ce qui ne l'avait pas empêché de lutter pour la paix jusqu'à son dernier souffle. Un réflexe patriotique républicain qui remonte à 1793, mais qui se complique aussi chez certains de tolérance à l'égard de la colonisation et de cécité face aux ambitions impérialistes.


    Il faut aussi souligner le fait qu'au congrès de la CGT, au Havre en septembre 1912, des éléments réformistes, guesdistes et jauressistes ont opéré une percée, assortie d'une attaque contre les syndicalistes révolutionnaires. Le "four" du 16 décembre n'est toutefois pas à mettre au compte des seuls dirigeants. On déplore "l'ignorance de la classe ouvrière", due à son indifférence, à une certaine presse, à l'école primaire et à son "éducation pourrie" (cf. Buisson, JPR). Soulignons aussi la faiblesse de l'implantation syndicale chez les travailleurs : 400 000 cotisants en 1912, au moment où on dénombre 7 millions de salariés dans l'industrie. Les femmes, rebutées par la misogynie persistante de certains cégétistes, sont très peu syndiquées. La journée du 16 décembre permit à une minorité composite d'exprimer son irréductible opposition à la future Union sacrée. Certains voulaient "revoir les scènes de la Commune de 1871", d'autres, "crever la peau des bourgeois". Plus nombreux étaient ceux qui s'opposaient d'avance à tous les "massacres", au nom de cet antimilitarisme dont l'héritage sera recueilli par le PCF entre les deux guerres mondiales. Ils étaient déjà dans l'esprit de ceux, hommes et femmes, qui participèrent aux actions pacifistes durant la Grande Guerre. La journée du 16 décembre 1912 fut d'abord une démonstration de pacifisme.

Fin de citation.

Échec de la C.G.T., échec de la paix.

    Voici un document écrit par un policier des Renseignements Généraux qui assiste à l'un des meetings organisé par la Confédération pour préparer la grève.

    "Dijon, 14 décembre 1912. Réunion organisée par la C.G.T.. Sujet : opposition par tous les moyens à une guerre éventuelle ; Nombre de personnes: 500 environ ; des curieux, des ouvriers, très peu de femmes. Un responsable de la C.G.T. dit : «Devant l'attitude belliqueuse des puissances, le congrès extraordinaire a décrété une grève générale de 24 heures». Un conseiller municipal socialiste : «Si nous étions attaqués, je connais beaucoup de gens au Parti Socialiste et à la C.G.T. qui n'hésiteraient pas à défendre l'intégrité du territoire, mais j'en connais d'autres qui ne marcheraient pas». (On entend alors dans la salle : « Si, on marcherait, Non ! on ne marcherait pas »). Le citoyen Calhomen clôt la séance : « Nous, travailleurs, nous n'avons pas de patrie, et nous n'avons qu'une chose à défendre, notre peau et notre vie... Nous ne voulons pas la guerre. Si on nous envoie en guerre, nous répondrons par l'insurrection » (textuel). Le commissaire de police, signé : Biaggi. Nota : remarqués dans la salle : un militaire du 109e de ligne, un gardien de prison en tenue et M. Mairey, conseiller municipal".


    Cette grève fut un échec. Ce document montre bien les divisions qui traversent alors le mouvement ouvrier, « on marcherait ! non ! on ne marcherait pas ! », divisions qui furent à l'origine d'un embarras et finalement de l'échec du mot d'ordre. L'intervention du conseiller municipal socialiste est symptomatique. Au lieu de critiquer les politiques qui conduisent à la guerre, il se place dans le cas de figure de l'invasion, « si nous étions attaqués », où, forcément jouera le réflexe patriotique. Ce faisant, il se montre défaitiste, pour lui, il y aura, un jour, la guerre et il l'accepte comme inévitable. Mais la masse des militants pense comme lui. Le document confirme la misogynie ouvrière de l’époque évoquée par l’historien Dalotel, « très peu de femmes ».

    Ainsi que je l’ai dit dans mon livre -accessible gratuitement sur ce site- l’esprit de lutte de classe a été défait pendant cette période. En lieu et place, les nationalistes ont réussi à placer dans les esprits, la lutte des peuples les uns contre les autres. Le nationalisme est devenu l’idéologie dominante et la guerre était dès lors inévitable.

    La CGT aura fait ce qui était dans ses moyens pour l’éviter.

    Ses meilleurs adhérents continuent néanmoins le combat avec Jean Jaurès qui lance son fameux « guerre à la guerre ! ».



[1] Dernier ouvrage paru : "André-Léo, 1824-1900, la Junon de la Commune", Cahiers du pays chauvinois, n 29, 2004 (BP 64, 86300 Chauvigny). Cet article est paru dans l’Humanité du 29 Mai 2004.

L’année 1912 : il y a cent ans déjà…AGADIR et la haine anti-allemande

publié le 20 sept. 2012 à 06:40 par Jean-Pierre Rissoan   [ mis à jour : 24 nov. 2013 à 14:23 ]

    On entre dans la période anniversaire des années qui précédèrent la déflagration de 1914, année terrible aux conséquences incommensurables.

    En 1912, le chauvinisme et le sentiment anti-allemand prennent une ampleur nouvelle. A cause, entre autres choses, de l’affaire d’Agadir qui eut lieu l’année précédente. Lire l’article de Wikipaedia « Coup d’ Agadir ». En 1911, pour mater une révolte à Fès où certains de ses ressortissants étaient menacés, la France intervint militairement ce qui était contraire à de précédents accords (Algésiras, 1906). Outre le fait que l’Allemagne réclamait une compensation au Congo français - c’est l’époque de l’impérialisme triomphant, les colonies ne sont que des pions sur les échiquiers européens - l’acmé de la crise fut atteint lorsque, le 1er juillet 1911, la canonnière Panther, de retour du Sud-Ouest africain allemand, entra dans le port marocain d’Agadir alors que depuis 1906 la police des ports marocains était du ressort de la France. C’est le « coup d’Agadir »... La guerre ?

    On échappa à la déflagration grâce au soutien anglais à la France. Une part du Congo est cependant donnée à l’Allemagne laquelle ne s’oppose plus au protectorat français sur le Maroc. Chose faite le 30 mars 1912. De part et d’autre, les faucons s’en étaient donné à cœur joie.   

 

    Après la crise marocaine de 1911, les éléments se déchaînent. Le lieutenant R. (anonyme) d'Agathon [1] est ravi, les mentalités ont changé : "devant les provocations allemandes, lors de l'affaire marocaine, quelle ne fut pas notre indignation ! Nous sentons qu'entre l'Allemagne et nous il y a une question qu'il faut liquider. Tant que l'Alsace et la Lorraine seront "à eux", il ne faut pas parler de paix. Il faut prévoir la guerre, être constamment prêts à la déclarer"[2]. Et le lieutenant belliciste de narrer ses entretiens avec ses subordonnés : "j'eus l'occasion de parler de cette guerre qu'on pensait prochaine. «Oh ! Lieutenant, vienne la guerre, et qu'on se débarrasse enfin de ces gens-là»". Il observe l’anéantissement du "moi" de ses soldats : "ce qui me frappait le plus, c'était leur attitude. Instinctivement, leurs jambes serraient davantage les flancs de leur monture, leurs mains rassemblaient les rênes. (…). Ainsi, en moins de dix ans, on est passé d'un internationalisme nébuleux, d'un humanitarisme décevant à la saine notion de la patrie". On relèvera le mot "instinctivement" : la spontanéité qui court-circuite le passage par le cerveau est le comportement ad hoc. Mais l’époque n’est plus au rationalisme, c’est au contraire la dégénérescence du culte de la raison. "L'intelligence, quelle petite chose à la surface de nous-mêmes" dit Barrès. Non sans raison pour ce qui le concerne.

 

    André Tardieu, futur président du Conseil durant l'entre-deux-guerres, est alors journaliste au Temps et diplomate, il n'a rien fait pour calmer les tensions. Le 12 mars 1912, il publie un livre-bilan sur la crise franco-allemande, Le mystère d'Agadir, qu'il conclut par ces mots pleins de pacifisme : "Pendant les quatre mois qu'ont duré les négociations franco-allemandes j'ai soutenu pied à pied la thèse française contre l'exigence allemande... La lutte finie, c'est l'heure d'en dégager les leçons. (…) Au total la France est maîtresse du Maroc et ce n'est pas un résultat négligeable (…) Le Maroc est désormais français. L'Allemagne a eu des "compensations", c'est-à-dire, par définition, autre chose que ce qu'elle voulait, elle n'a pas eu le Maroc... Agadir c'est aussi et surtout un échec allemand" [3]. C'est ce qui s'appelle jeter de l’huile sur le feu.

 

    Étienne Rey publie, dans le courant de l'année, un livre retentissant au titre significatif "La renaissance de l'orgueil français" dans lequel il félicite "la république de Clemenceau et de Poincaré", en phase avec de larges secteurs de l'opinion, "de ne pas céder devant l'Allemagne". Réflexion intéressante qui montre que certains, après l'affaire Dreyfus, avaient encore des doutes sur le patriotisme de la République et que la République de certains est aussi belliqueuse que celle des nationalistes. Étienne Rey écrit : "Le "coup d'Agadir" donna une impulsion vigoureuse et définitive au mouvement, il ne créa pas, à vrai dire, le patriotisme, mais il lui fournit une occasion magnifique de se révéler... Sans se montrer belliqueuse, la France n'eut plus peur de la guerre et fut prête à l'accepter et les consciences s'exaltèrent... On pouvait craindre que le mouvement national ne survécût pas à la crise. Mais au contraire il n'a cessé de se développer. Le gouvernement le favorise avec un esprit de décision et un tact extrêmement heureux ; la presse, qui dans cette circonstance a joué un rôle utile et beau, en a parlé avec le zèle le plus louable et le plus patriotique et quelques grands journaux ont mis au service de cette cause leur énorme puissance d'action ; la jeunesse enfin s'y est donnée tout entière et l'opinion publique a répondu à tous les appels".

    "Quelques grands journaux ont mis au service de cette cause leur énorme puissance d'action" constate Étienne Rey : Le Temps (organe le plus influent, c'est là que signe A. Tardieu), Le Matin (journal ayant le plus fort tirage), La République Française, L’Écho de Paris, La Croix (journal des assomptionnistes, monarchiste, nationaliste), La Libre Parole (journal de Drumont. antisémite, nationaliste) et, bien sûr, l'Action française. En face, il n'y a guère que L'Humanité (journal de la SFIO sous le contrôle de Jaurès) et La Bataille syndicaliste (organe de la CGT). La presse nationaliste laisse croire que la guerre est imminente, alors on serre les rangs. On observe le regroupement de catholiques comme Albert de Mun, Péguy, Psichari et de nombreux Radicaux autour des leaders du nationalisme. L'imprégnation de la gauche par l'idéologie de droite et d'extrême-droite est largement entamée. Les jeunes comme Péguy, Psichari qui rejoignent le camp catholique et belliciste enchantent leurs aînés, "la jeunesse s'y est donnée tout entière", et Bergson qui s'y connaît peut s'agenouiller :"l'évolution de la jeunesse actuelle m'apparaît comme une sorte de miracle" (Le Gaulois du 15 juin 1912).

 

    C'est en 1912 que le thème de l'Alsace-Lorraine retrouve sa puissance d'émotion au sein de l'opinion publique française, notamment à cause de la publication des albums du célèbre dessinateur alsacien Hansi. Hansi montre une Alsace persécutée mais rebelle à la domination allemande. L'assassin de Jaurès, Raoul Villain, était membre de la Ligue des Jeunes Amis de l'Alsace-Lorraine.

 

    N.B. sera poursuivi....



[1] AGATHON est le « pseudo » d’un auteur, dont je reparlerais, qui fit une enquête, en 1912, sur « les jeunes gens d’aujourd’hui ». Il évoque ici un jeune lieutenant qui -comme beaucoup d’autres- se lamentait que les mentalités fussent plutôt pacifistes et qui, maintenant, sont délibérément tournées vers la guerre.

[2] On notera le passage du Maroc à l'Alsace-Lorraine. Quel est le rapport ? Il n'y en a pas. Mais on est à l'époque où l'argumentation rationnelle n'est plus de mise.

[3] Cité par Michel JUNOT, "Tardieu, le mirobolant".

PROGRAMMES, HISTOIRE, MEMOIRE : LE DEVOIR DE TRANSMETTRE…

publié le 25 nov. 2011 à 06:34 par Jean-Pierre Rissoan   [ mis à jour : 26 nov. 2011 à 07:36 ]

    Deux évènements d’actualité, de nature et d’importance différentes- m’interpellent, comme on dit sur les plateaux télé - et placent mon site au cœur de leur problématique : les nouveaux programmes d’histoire et les propos de R. Guédiguian qui vient de sortir un nouveau film[1].

    Concernant le premier point, il faut savoir - c’est la partie émergée de l’iceberg - que l’histoire et la géographie disparaissent des programmes de terminales scientifiques. Tout est transféré en classe de première à l’issue de laquelle les lycéens passeront une épreuve comptant pour leur baccalauréat. Les programmes sont à l’avenant. Pour faire rentrer les connaissances il faut comprimer les programmes de la classe de première, des pans entiers de notre histoire de France disparaissent. Je renvoie le lecteur à une tribune publiée par mon collègue et ami Gilbert Dumas (avec Jérôme Tressallet) Une lecture du XXe siècle rendue illisible pour les lycéens d’aujourd’hui [2]. Laurence de Cock, quant à elle, déclare que "la suppression de l’histoire en terminale S est symptomatique d’un pouvoir qui considère que, dans notre société, l’acquisition de compétences techniques prime sur l’acquisition d’un esprit critique"[3]. Pourquoi, il y a quelques années, les élèves de terminales scientifiques avaient-ils 4 heures d’histoire-géo par semaine et pourquoi passe-t-on à zéro ? Y-a-t-il, à ce point, effondrement du niveau scolaire ?

    Je suis bien placé pour savoir que parents et élèves sont avant tout - dans leur grande majorité - préoccupés par la recherche d’un emploi et « l’histoire-géo » apparaît comme superfétatoire. Mais rappelons-nous que le peuple peut être sollicité par referendum : le dernier en date, 2005, sur le traité constitutionnel européen (TCE) était extrêmement important. Il faut une culture générale pour exercer son devoir de citoyen. Faute de quoi, certains démissionnent et s’abstiennent de voter. Or, le TCE a des conséquences sur l’emploi en France, en Europe. Notre démocratie est donc en danger. Mais qui s’en soucie ? L’avis du peuple donné en 2005 a été contourné par un vote du Congrès (c’est quoi ? ) sur le traité de Lisbonne.

    Un grand historien français a porté sur mon livre, Traditionalisme & Révolution, une appréciation plutôt négative en disant qu’on ne savait pas, à sa lecture, si "c’était un manuel ou un essai". Un manuel, c’est-à-dire un exposé didactique des faits, un récit, ou un essai c’est-à-dire -comme le nom l’indique- une tentative d’explication, une nouvelle interprétation de l’histoire de tel ou tel phénomène, l’expression d’une pensée personnelle. Cette critique est juste. Mais comment réfléchir et faire réfléchir le lecteur s’il ne possède pas, si l’on ne possède pas la connaissance des faits ? J’ai lu des essais -de grande qualité- qui font référence à une quantité élevée de faits historiques relevant de plusieurs pays et qui, de facto, sont réservés à l’élite. Mais précisément, je voulais, je voudrais m’adresser au plus grand nombre. On se dirige vers deux types de publications : l’Histoire de France pour les Nuls, d’une part, et les ouvrages de réflexion et de culture pour les happy few d’autre part.

Cette réforme des programmes ne va pas arranger les choses. Euphémisme.


    Quant à Robert Guédiguian, il pose aussi le problème de la place de l’histoire, mais celle du mouvement révolutionnaire. Ce qui est tout aussi essentiel, si l’on veut résoudre le problème précédent.

Face à la faiblesse actuelle du Front de gauche, - « Il est incompréhensible que le Front de gauche ne cartonne pas dans les quartiers populaires, dans les banlieues » dit le cinéaste - il faut « un travail de reconquête, que les idées re-pénètrent le peuple ». « Pour les uns, sur le terrain politique, le combat est mobilisé par le fait qu'il faut disposer de beaucoup d'élus ; pour les autres, sur le terrain syndical, pour que les acquis du siècle ne soient pas effacés, détruits. On a là deux grands axes mais le troisième, celui de la transmission, est absolument négligé  (c’est moi qui souligne, JPR)». « Je mesure l'immensité de la tâche. Elle demande de la patience. Il faut repartir. Il n'y a pas eu que du déclin mais une cassure de vingt-cinq à trente ans (idem) dans ces valeurs ouvrières, de gauche (…), ces traditions d'ouverture, d'internationalisme... Tout se passe comme sil fallait recommencer de zéro, comme si ces choses étaient une langue étrangère. Cela demande beaucoup d'habileté et d'humilité ».

    C’est la mission de ce site modeste -qui n’a pas attendu les consignes- de participer à ce devoir de transmission du savoir, à cette tâche de passage du témoin entre les générations, celle de mai 68 et celle du pôle emploi. Si la génération « perdue », située entre les deux, comme le dit Guédiguian, veut se joindre au combat, elle est bien venue. Cela va de soi.  



[1] Les neiges du Kilimandjaro, en salle.

[2] Journal L’Humanité du 15 novembre 2011, disponible sur le site de l’Humanité.fr  http://www.humanite.fr/search/sinequa_search/gilbert%20Dumas/one_month

[3] Laurence de Cock est coauteure de La fabrique scolaire de l’histoire publiée chez Agone en 2009 et membre du comité de vigilance contre les usages publics de l’histoire.

La grippe "espagnole".

publié le 4 nov. 2011 à 08:30 par Jean-Pierre Rissoan   [ mis à jour : 31 déc. 2013 à 09:58 ]

    La grippe espagnole nous éloigne de l’actualité mais le journal l’Humanité nous offre un article fort intéressant sur la célébrissime grippe dite espagnole de 1918 [1]. Je dis célébrissime mais en réalité les manuels d’Histoire en parlent très peu. Le professeur Zylberman dresse ici un tableau général et planétaire. Pour ce qui me concerne, je retiens les arguments qui plaident en faveur d’une démonstration de l’interaction entre les données structurelles et les phénomènes conjoncturels. Est-ce que la grippe aurait fait autant de morts si l’Europe l’avait reçue dans une ambiance de prospérité matérielle, de paix civile et de détente internationale ?

    Ce phénomène éminemment imprévisible "débarque" au contraire en 1918 après quatre années d’une guerre dont on sait l’ampleur catastrophique qu’elle eut. Ainsi, dans la ville du Havre, il ne reste plus que 18 médecins, tous les autres -ils étaient 90 en 1914- étant mobilisés. Et l’auteur parle fort justement "d’un grand désert médical" dans la plupart des régions françaises. De même, les blessés de guerre étaient-ils dramatiquement exposés à l’agression du virus : "les gazés lui ont offert des cibles de choix" écrit Zylberman. Etc…Les civils étaient exposés du fait de la raréfaction de la nourriture, du charbon et des médicaments à l’arrière, comme l’on disait alors. "25 % des femmes décédées dans la capitale durant l'épidémie étaient des bonnes à tout faire, sous- alimentées et vivant dans des chambres exiguës et mal chauffées".

    Bref, voici, je le répète, un document précieux qui abonde ce que pouvait affirmer le professeur Labrousse, par ailleurs grand admirateur et historien de la Révolution française, concernant les phénomènes qualifiés « d’évènementiels ». Il traite de la Peste Noire, catastrophe démographique du XIV° siècle.

« Je considère que la Peste Noire, aspect démographique d’une crise bien plus large, est au moins un phénomène conjoncturel. Et comme la conjoncture est liée à la structure, je dirai que, dans une certaine mesure, tous les accidents analogues -accidents démographiques compris, survenus à l’occasion des crises du vieux régime économique [2]– sont en principe, par nature, des faits structurels. (…). Puisque nous parlons de vocabulaire et de définition, que nos positions soient bien claires à cet égard. Dans une large mesure, la Peste Noire et les évènements démographiques analogues sont des évènements conjoncturels liés à une certaine structure »[3].

J.-P. Rissoan

 



IL Y A 94 ANS, LA GRIPPE "ESPAGNOLE" DÉCIMAIT LES JEUNES ADULTES.

 


    par Patrick ZYLBERMAN,

    professeur d’histoire de la santé à l’école des hautes études en santé publique

    EHESP, Rennes, Paris-Sorbonne.

 

    La grippe espagnole a débarqué en France en avril 1918, avec l'arrivée des soldats américains baptisés les "sammies". Venait-elle des camps d’entrainement du Kansas ? C'est l'hypothèse la plus souvent retenue par les historiens. Après une vague dite «"de printemps" très infectieuse mais peu létale, une deuxième vague bien plus meurtrière explose fin août, fauchant indifféremment soldats, ouvriers, généraux, femmes enceintes. Une troisième vague moins virulente frappera une dernière fois au cours de l'hiver 1918-1919. Le taux de mortalité -entre 2,5% et 6%- représente cinq à dix fois celui de la dernière pandémie du siècle précédent, la grippe "russe" de 1889-1890.

    La grippe de 1918-1919 s'est singularisée par son extraordinaire virulence mais aussi par l'âge de ses victimes. Agneaux du sacrifice, personnes âgées et jeunes enfants ont été cette fois-là relativement épargnés, et ce sont les personnes de quinze à trente-cinq ans qui ont supporté le principal de la mortalité. Le phénomène ne s’est reproduit qu'en 2009 (avec la grippe A- NDLR). C’est pourquoi les autorités se sont inquiétées. Aussi la grippe "espagnole" s'est-elle présentée d’abord comme un problème militaire. "La maladie attaquait parfois un bataillon entier en une seule journée" rapporte un médecin américain. L’épidémie a pesé sur la tactique : intervenant lors des dernières offensives de l’Entente, elle a éclairci les rangs, compliqué la mobilisation des renforts. Les gazés lui ont offert des cibles de choix.  

    Avec une mortalité de près de 4%, la France a moins souffert que l’Europe dans son ensemble. Les complications sont responsables d'une proportion anormalement élevée des décès. A Toulon, pleuropneumonies et pneumococcémies ont été fatales dans 10% des cas. Une estimation récente de la mortalité s'arrête à 240.000 décès civils et militaires pour l’automne de 1918 (la Grande-Bretagne a enregistré 225000 décès, la Prusse 223.000).

     Extrême sera la désorganisation de la défense sanitaire. L’armée a renvoyé les malades dans leurs foyers, contribuant à répandre la contagion. Avec 80% des médecins issus de la réserve, un grand désert médical s'est installé parmi les civils. Le Havre comptait 90 praticiens en 1914 : il n'en restait que 18 en 1917. Un médecin pour 7500 habitants (1 pour 2300 en Grande Bretagne, 1 pour 5700 en Allemagne). Idem pour les 200.000 infirmières et infirmiers, happés par la machine de guerre au moment où les équipes soignantes, surmenées, étaient décimées par la maladie. Au plus fort de l'épidémie, les hôpitaux ont manqué de tout : lits, personnels, ambulances, médicaments. Le conseil d’hygiène de la Seine a demandé la fermeture des lieux publics : en vain, le préfet refusant d’appliquer ces mesures par crainte de mécontenter la population. Pompes funèbres, service des eaux, enlèvement des ordures, la grippe a mis en panne les services municipaux, ce qui n’a pu que compliquer un peu plus la défense sanitaire.

    Les contemporains ont accusé la guerre. Mais, neutres ou belligérants, Copenhague ou Paris, tous ont été frappés. Les historiens jettent aujourd’hui un œil de blâme sur la croissance des liaisons par rail ou par mer, croissance encore accélérée par les hostilités. Favorisant d'énormes rassemblements au front, à l'arrière, dans les trains bondés de permissionnaires, celle-ci a provoqué une sorte d’égalisation bactérienne entre catégorie sociales, zones urbaines et zones rurales, multipliant échanges et promiscuité, et donc contagion. On dit la grippe "démocratique" car elle choisit ses victimes sans prêter attention à leur origine sociale ou ethnique. Oui mais comment comprendre qu'à Paris le riche 7° arrondissement ait été plus atteint que le 13° miséreux ? Le mystère s'éclaircit si l’on se rend compte que 25 % des femmes décédées dans la capitale durant l'épidémie étaient des bonnes à tout faire, sous- alimentées et vivant dans des chambres exiguës et mal chauffées[4]. Autres proies désignées, les cordonniers, tailleurs, ébénistes, couturières ou blanchisseuses travaillant dans de minuscules ateliers insalubres. Comment expliquer encore que des populations aient été proprement décimées, tels ces villages d'Afrique subsaharienne, d'Amérique (Inuits et Indiens de l’Alaska) ou d'Océanie (Samoa occidentales) où la mortalité a atteint des hauteurs effroyables (27 % et même 80%), sinon en raison de leur situation biogéographique (populations isolées) ?

    Faut-il craindre un retour de 1918 ? En aucun cas. En 1918, le virus était encore inconnu (il sera isolé chez l'homme en 1933), et l’on ne disposait ni d’antibiotiques (pour lutter contre les surinfections bactériennes), ni de vaccins, ni de services de réanimation (pour récupérer les cas graves).

fin de l’article de P. Zylberman


pour prolonger : http://www.tv5.org/TV5Site/webtv/video-5905-La_grippe_espagnole_histoire_d_un_meurtre_de_masse.htm



 



[1] Numéro des vendredi-samedi-dimanche 28-29-30 octobre 2011.

[2] Par « vieux régime économique » il faut entendre la structure économique d’un pays avant la révolution industrielle. Alors, ce sont les crises agricoles qui provoquent la crise de l’industrie (les paysans cessent leurs achats de produits textiles, ou de matériels agricoles, etc.…). Avec la révolution industrielle, ce sont les faillites et le chômage conséquent, dans l’industrie, qui provoqueront les réactions en chaîne.

[3] Intervention au colloque de Toulouse, CNRS, vol. II, page 509.

[4] Et les bonnes travaillaient dans le 7° pas dans le 13° (JPR).

1-10 of 13