Articles‎ > ‎Les inclassables‎ > ‎

Le CRIF, la censure de Stéphane Hessel et la liberté d’expression à l’ENS

publié le 8 juil. 2011 à 08:02 par Jean-Pierre Rissoan   [ mis à jour : 8 juil. 2011 à 08:06 ]
18 janvier 2011

je publie la lettre qu'un ancien élève de l'ENS particulièrement distingué -puisqu'il s'agit de André Kahane, promotion Sciences 1950- a adressé à la directrice de l'ENS..

Madame la Directrice,

J’ai eu connaissance par mail des pressions que vous avez subies pour annuler le 12 janvier un colloque débat prévu le 18 janvier dans les locaux de l’Ecole.

Pour éviter une information incomplète ou tendancieuse, j’ai imprimé et médité l’éditorial de monsieur Richard Prasquier, président du CRIF, titré : Colloque à l’Ecole Normale Supérieure. Si vous avez lu cet éditorial, je pense que vous êtes consternée de l’hommage qui vous est rendu en tête d’un texte au contenu insultant d’abord pour l’archicube très respectable qu’est Stéphane Hessel, ensuite pour vos propres élèves.

J’ai été victime de l’antisémitisme dans mon enfance et trois membres de ma famille sont morts en déportation. Je suis donc très attentif à la renaissance de l’antisémitisme que la démarche de monsieur Prasquier encourage. La confusion délibérée entre antisémitisme et critique de l’Etat d’Israël nuit, à la fois à une sereine compréhension de la politique contestable d’un Etat étranger et à la tolérance religieuse et raciale dans notre pays. L’éditorial de monsieur Prasquier ne brille ni par la sérénité, ni par la tolérance.

J’espère, Madame la Directrice, que vous prendrez les mesures nécessaires pour soustraire l’Ecole que vous dirigez à des pressions inadmissibles dont vous êtes la première victime.

Je vous prie de croire, Madame la Directrice, à mon respectueux étonnement,

André Kahane


Comments