Articles‎ > ‎5. Le Front de gauche‎ > ‎

Le Front de Gauche : le quatrième état qui se lève… le vrai rapport de force à gauche au premier tour des départementales

publié le 1 avr. 2015 à 08:34 par Jean-Pierre Rissoan   [ mis à jour : 2 avr. 2015 à 00:32 ]

    A la suite du journal Le Monde dont l’influence est grande dans les rédactions, les journaux ont parlé du nouveau tripartisme qui caractériserait la vie politique française aujourd’hui : la droite, la gauche -sous entendu le PS- et le Front National. Le front de Gauche ? le PCF ? les 11,5% de 2012 ? aux oubliettes. Il est vrai que M. Valls avait donné le la : la gauche est divisée et c’est là les raisons de son échec. Le Monde lui-même donne les résultats électoraux en distinguant les binômes investis par le FDG (PCF + PG), les binômes PCF, les Binômes PG, les binômes PS-UDG (union de la gauche) investis par le PS et au moins un autre parti de gauche (EELV, PRG, PCF, PG) sans oublier les binômes PS, bien sûr, ni les binômes extrême-gauche, ou les binômes divers-gauche : ceux notamment investis par "plusieurs partis de gauche mais pas par le PS" -sic-.

    On a pu voir dans ces conditions et sur ordre du ministère de l’Intérieur, des résultats en bâtonnets où le PS et autres font bonne figure face à la droite et au FN alors que le FDG n’avait que de misérables 5 ou 6%, le PC avec 1,5% etc… Quantité négligeable donc, d’où la fable du tripartisme.

    Le Parti Communiste avait prévenu, dès avant le premier tour, que ce tour de passe-passe de Valls pouvait défigurer la lecture des résultats au soir du 1er tour. Il a effectué ses propres calculs et arrive à un pourcentage de 9,4%.

Le Front de gauche réalise un score de 9,4 % au niveau national. [1] "Dans un communiqué, le PCF annonce un résultat en progrès du Front de gauche aux élections départementales à 9,4% des suffrages exprimés. La totalisation des résultats publiés ce matin par le ministère de l'Intérieur rend volontairement illisibles les scores des candidates et candidats présenté-e-s et soutenu-e-s par le PCF et le Front de gauche, avec dans de nombreux cantons un large rassemblement de forces de gauche et écologistes. La réalité de ces totalisations est la suivante : les listes soutenues par notre rassemblement réalisent un score de 9,4 % au niveau national. Le PCF avec le Front de gauche fait plus que résister, il progresse par rapport aux élections départementales de 2008 et 2011. Ces résultats sont un encouragement à poursuivre le travail de rassemblement et d'espoir pour une autre politique à gauche. (...)".

Mais dira-t-on, c’est de la propagande communiste as usual. Heureusement, l’honnêteté est un bien partagé, pas par tous mais partagé tout de même. Ainsi le quotidien virtuel MEDIAPART publie un dossier intitulé Départementales : le vrai rapport de force à gauche au premier tour où il est dit :

"Un groupe de chercheurs a "recodé" les résultats des départementales pour donner une vision plus détaillée du premier tour. Notamment à gauche, où ce recomptage fait apparaître que les candidats soutenus par le PS ont obtenu 24,7 % des suffrages exprimés, et la "gauche autonome" 10,1 %.Quel est l'état réel des rapports de force à gauche après le premier tour des départementales ? Les résultats officiels communiqués par le ministère de l'intérieur n'ont permis de répondre qu'en partie à la question".

 

Voici la teneur de la substantifique moelle du dossier :

 

    "En cause, la non-mention du nombre de cantons où tel ou tel parti était candidat – les écologistes sont ainsi crédités d'un très modeste 2 % au niveau national, alors qu'ils n'étaient candidats que dans 377 cantons sur 2 000, où ils ont réalisé en moyenne près de 10 % des suffrages exprimés.

    Mais c'est surtout l'étiquetage des binômes candidats choisi par le ministère de l'intérieur pour ces élections, qui est remis en doute. Le PS a ainsi choisi d'additionner à son score (13% des suffrages exprimés) les 8 % d'"union de la gauche", fourre-tout regroupant des binômes soutenus par lui. Le soir du premier tour, le premier secrétaire du PS parlait ainsi de "25 %" pour le PS. Le lendemain, le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, invité de BFM-TV, évoquait même « 28,8 % » pour le "PS et ses alliés" – un résultat très flatteur, qui englobe aussi les "divers gauche". Un bloc crédité de 6,79% qui regroupe en réalité toutes sortes d'alliances, à commencer par les binômes EELV-Front de gauche qui ont réalisé de gros scores dans certains centres urbains. Autant de résultats invisibles dans la nomenclature choisie par le ministère. À Grenoble par exemple, le binôme PS-PRG sans le PCF a été codé "union de la gauche" par le ministère de l'intérieur, tandis que l'alliance EELV-PG-Nouvelle Donne a été estampillée "divers gauche".

    Ces scores ont permis au PS d'affirmer qu'il résistait bien et qu'il n'y avait pas de dynamique sur sa gauche : cumulés, les scores des binômes "Front de gauche" (4,72 %), "Parti de gauche" (0,06 %) et "PCF" (1,32 %) ont à peine dépassé les 6 %. Le Front de gauche a dénoncé un "tripatouillage des étiquettes" destiné à " réduire son score" et à "effacer les rassemblements opérés notamment avec EELV et/ou des citoyens".

    À droite, les problèmes d'étiquetage se posent peu. Pour l'essentiel, l'UMP et l'UDI sont parties unies. Quant au FN, il n'avait pas d'alliés et s'est présenté partout sur son propre nom. À gauche, en revanche, ils masquent les rapports de force réels. Selon plusieurs spécialistes des élections et chercheurs réunis au sein du réseau Futur des études électorales (FEEL) de l’Association française de science politique, le "nuancier" du ministère de l'intérieur, qui "repose sur un ensemble de choix discutables", est "insatisfaisant pour avoir une vision précise des rapports de force électoraux nationaux car il ne permet pas de rendre compte de l’ensemble des stratégies d’alliances entre les partis. Et ce d’autant que l’instauration d’un scrutin binominal offre des possibilités importantes d’alliances"[2]. "Pour ces élections départementales", poursuivent-ils dans une note publiée sur le blog slowpolitix, "la problématique principale concerne la gauche, compte tenu de la forte fragmentation de ses candidats et les logiques différenciées d’alliances entre ses diverses composantes. Or c’est à gauche qu’il existe un enjeu à comparer les résultats des forces politiques puisque de nombreuses organisations (PCF, PG, EELV, etc.) cherchent à concurrencer la position nationale dominante du PS". Sur la base du fichier officiel des résultats, la vingtaine de membres du réseau ont mis leurs efforts en commun pour "recoder" l'ensemble des binômes.

    Leurs conclusions ne bouleversent pas la lecture que l'on peut faire du scrutin. Ainsi, le total toutes gauches-toutes droites reste égal, et le score du FN est le même. Mais ce calcul, qui est accompagné d'une mention de l'offre "réelle" (le nombre de cantons où chacune des différentes combinaisons politiques était proposée), a le mérite de donner une meilleure idée de la dynamique des deux grands blocs de gauche. Il est ainsi possible de mesurer plus objectivement le score de ce que Simon Labouret, un des chercheurs qui a participé à ce travail, nomme le "bloc gouvernemental" [3] : les binômes PS ou d'alliances avec le PS (PS-PRG, PS-PCF, PS-EELV, PS-PCF-EELV). Au total, ce bloc est crédité de 24,7 % des suffrages exprimés, dont 4,6 % pour les binômes constitués par le PS avec EELV et le PCF, deux partis qui ne sont pas au gouvernement. C'est bien moins que les estimations avancées par Stéphane Le Foll. Et moins que le Front national.

    "Le score du PS est meilleur qu'aux européennes et il a résisté à certains endroits, là où les notabilités locales étaient fortes, explique Simon Labouret, membre du FEEL et assistant de recherche au Centre d'études européennes de Sciences Po. On peut penser par ailleurs que la stratégie de la peur du FN adoptée par Manuel Valls a eu pour effet de polariser les voix sur le candidat socialiste, plus que sur d'autres offres". Une tactique payante au premier tour, donc, mais qui risque de l'être beaucoup moins au second. "On peut s'attendre à des reports très mauvais de la droite sur le PS. D'autant que les électeurs du Front national ont été très stigmatisés par le PS et auront du mal à voter pour lui".

    La "gauche autonome" du PS (Front de gauche, Front de gauche-EELV, EELV), elle, peut être évaluée à 10,2% : 5,5% pour les binômes Front de gauche (investis par le PCF ou le PG), présents dans la moitié des cantons ; 2,8% pour l'alliance écologiste-Front de gauche, présente dans moins d'un quart des cantons ; et 1,9% pour EELV, présent dans 32 cantons. Le "recodage" permet de donner d'autres clés de lectures. Ainsi, les binômes soutenus par le PCF, présents dans trois cantons sur quatre, obtiennent 9,4 % des suffrages exprimés. Les binômes soutenus par EELV ne sont présents que dans la moitié des cantons mais réalisent un score presque équivalent, 8 %.

    Pour Simon Labouret, la classification du ministère de l'intérieur a "sa logique" : "produire des résultats rapidement", qui n'est pas celle des commentateurs ou des politologues. Mais le chercheur décèle quand même aussi dans cet étiquetage contesté "un problème de routine administrative". "Il a fallu un ou deux ans au ministère pour prendre en compte la réalité électorale du Front de gauche, c'est la même chose qui se passe aujourd'hui avec les alliances entre, par exemple, le parti de Gauche et EELV" », dit Simon Labouret. Les chercheurs du groupe FEEL "regrettent" aussi certains "choix" opérés. "Par exemple, considérer que l'union de la gauche, c'est le PS et le PRG, cela relève d'une vision assez embuée", poursuit-il. "Nous aimerions qu'il y ait plus de réactivité dans l'évolution de l'offre électorale, parfois moins de conservatisme dans certains choix, et proposons d'intensifier les liens entre les chercheurs et le ministère".

    Fin de citation.  

    Vous pouvez donc vous fier à cette carte électorale du Front-de-gauche qui se présente ainsi - en regrettant que l’unité de base soit le département et non le canton, ce qui eût donné une configuration plus proche du réel -.

 

et les élus :

source : cartes élaborées par l'Humanité.

[2] En effet, chaque membre du binôme ayant droit à un suppléant, pas moins de quatre noms figurent sur le bulletin de vote. Quatre partis peuvent donc être représentés.

[3] Je rejette totalement cette qualification de bloc gouvernemental pour un binôme PS-PCF mis en place exclusivement parce que la menace FN était immédiate. Le candidat PCF n’approuvait en rien la politique de Valls-Hollande en constituant ce bloc républicain avec son voisin socialiste.

Comments