Articles‎ > ‎5. Le Front de gauche‎ > ‎

Des orthodoxes du PCF sont aussi pour le Front de Gauche !

publié le 27 juin 2011 à 03:36 par Jean-Pierre Rissoan   [ mis à jour : 2 juil. 2011 à 01:39 ]
  28/01/2011  

L’Humanité du 26 janvier, publié le 28.

Le Monde par la plume de sa journaliste spécialisée qui « suit » le PCF et le Front de Gauche, nous dit que les « Orthodoxes du PC ne veulent pas soutenir une candidature Mélenchon ». Voici un appel qui, sans appeler à voter nommément pour Mélenchon, soutient résolument la stratégie Front de Gauche. On trouvera parmi les signataires des « poids lourds » bien connus et des compagnons de route célèbres aux côtés de personnalités qui ne sont « encartés » nulle part.

Texte de l’appel :

Au-delà du soutien, être partie prenante

 « Il faut chasser la droite du pouvoir en 2012. Massivement présente dans les mobilisations contre la réforme des retraites, cette exigence lance à la gauche un défi auquel elle ne peut se dérober : elle doit se rassembler pour lutter contre les effets de la crise dans laquelle nous plonge un capitalisme dépassé par sa propre cupidité et son aveuglement, et ouvrir une véritable alternative politique.

Ce ne sera pas facile. La désespérance et la colère ont creusé un fossé profond entre les couches populaires et la gauche, nourrissant l'abstention et la protestation sans perspectives politiques. Impossible de surmonter cet obstacle sans s'engager sur des mesures qui s'attaquent énergiquement à l'accumulation des richesses et des pouvoirs entre les mains de quelques-uns et restaurent concrètement les valeurs de liberté, d'égalité de solidarité et de justice sociale. La création du Front de gauche a fait naître un espoir qui s'est manifesté aux élections européennes et régionales. Que cet espoir grandisse, et il marquera le paysage politique.

Il remettra les attentes populaires au centre d'une véritable alternative de gauche dont la construction dépasse sa forme actuelle pour mobiliser des millions de femmes et d’hommes dans la perspective d'un véritable Front citoyen et populaire.

C'est pourquoi, membres ou non de partis ou d’autres organisations démocratiques, nous souhaitons aller au-delà d'un soutien au Front de gauche[1] pour en devenir pleinement partie prenante. Nous avons des idées, de l’énergie, des liens avec des milliers de femmes et d’hommes dans notre pays. Rassemblons nos forces avec pour projet de construire et de gagner ensemble. En nous engageant personnellement, nous pouvons donner naissance à une véritable dynamique politique et citoyenne.

Les responsabilités des partis constitutifs du Front de gauche sont essentielles. L'une d’elles, à notre sens, est de faire en sorte que soit créé le cadre qui nous permettra de nous lancer dans la bataille. Un cadre auquel il sera possible d'adhérer directement sans autre condition que de partager les objectifs fondamentaux du Front de gauche. Un cadre dans lequel nous pourrons faire valoir nos idées et démultiplier sur tout le territoire des milliers d' initiatives citoyennes de rassemblement pour faire vivre un nouvel espoir à gauche et l'enraciner ».

Les signataires :

Gérard Alezard (syndicaliste), Nils Anderson (militant associatif), Ariane Ascaride (comédienne), François Asensi (député-maire de Tremblay-en-France), Gérard Aschiéri (syndicaliste), Jacques Blin (militant associatif), Bernard Bloch (comédien, metteur en scène), Gérard Boulanger (Avocat), Magyd Cherfi (artiste), Patrice Cohen-Séat (président d’Espaces-Marx), Pierre Concialdi (économiste), Jacques Cossart (économiste), Claude Debons (syndicaliste), Bernard Defaix (militant pour les services publics), Sophie de La Rochefoucauld (comédienne), Valérie de Saint Do (journaliste), Christian Digne (journaliste), Jean-Michel Drevon (syndicaliste), Jean-Michel Ducomte (avocat), Helène Franco (magistrate), Robert Guédiguian (cinéaste), Jeannette Habel (Universitaire), Alain Hayot (sociologue, conseiller régional PACA), André Jaeglé (scientifique), Madeleine Jaeglé (cadre de soins), Gisèle Jean (syndicaliste), François Labroille (conseiller régional IdF), Richard Lagache (éditeur), Frédéric Lebaron (sociologue), Didier Le Reste (Syndicaliste), Philippe Maingault (militant associatif), Roger Martelli (historien), Anne Mesliand (syndicaliste universitaire, conseillère régionale PACA), Claude Michel (syndicaliste), Gérard Mordillat (écrivain), Dominique Noguères (militante associative), Jacques Lerichomme (syndicaliste, Conseiller régional PACA), Claude Mazauric (historien, professeur émérite), Simone Mazauric (philosophe et historienne des sciences, professeure émérite), Alain Obadia (membre du Conseil économique, social et environnemental), Laurence Paché (Conseillère régionale du Limousin), Michel Pinçon (sociologue), Monique Pinçon-Charlot (sociologue), Sophie Ponthieux (économiste), Jacques Ralite (sénateur), Jacques Rigaudiat (économiste), Michel Rousseau (militant associatif), Jean-Louis Sagot-Duvauroux (philosophe, homme de théâtre), Marie-Jean Sauret (psychanaliste), Georges Séguy (syndicaliste), Jean-Christophe Sellin Conseiller municipal de Toulouse), Evelyne Sire-Marin (magistrat, militante associative), Francis Sitel (responsable de revue), Juliette Tricot (juriste), Marcel Trillat (journaliste, réalisateur), Louis Viannet (syndicaliste), Marie-Christine Vergiat (députée européenne), Marie-Pierre Vieu (éditrice), Louis Weber (syndicaliste), Serge Wolikow (historien), Francis Wurtz (député européen honoraire), Malika Zédiri (militante associative)

 

dynamique-frontdegauche.fr


[1] C’est moi qui souligne, JPR.

Commentaires


Comments