Le FN vu derrière les lignes du Front… (J.-B. Malet)

publié le 12 janv. 2012 à 09:22 par Jean-Pierre Rissoan

Je publie une ITW de J.B. Malet qui vient de sortir un livre sur le F.N. "Derrière les lignes du Front." Je l'ai annoté - sans toucher au texte de l'ITW- quand cela m'a paru nécessaire. et de nombreux articles de ce site sont à consulter pour compléter le point de vue de Malet. J.-P. R.

*

*     *

Dans Derrière les lignes du Front (Éditions Golias), le journaliste Jean-Baptiste Malet met en perspective plusieurs mois d’enquête au cœur de la nébuleuse FN. Un travail 
de terrain minutieux qui éclaire 
les zones d’ombre 
de la trop médiatique Marine Le Pen. Entretien réalisé par Grégory Marin -L'Humanité- le 10 Janvier 2012.

 

Marine Le Pen peut-elle camoufler son appartenance réelle à l’extrême droite en la « drapant de concepts développés par la gauche » ?

Jean-Baptiste Malet. Quand elle emprunte des thèmes à la gauche, il s’agit d’une imposture. J’ai interrogé Marine Le Pen au sujet des Fralib en lutte (usine de thé et d’infusion des Bouches-du-Rhône – NDLR). Le FN colle sur les affiches de la CGT Fralib, et lorsqu’une aide de 28.000 euros a été votée par la région Paca, un seul groupe a voté contre, le Front national. Et Marine Le Pen n’est pas capable de dire pourquoi. Le ton ouvriériste de ce parti est une chimère : il n’y a aucun ouvrier dans son encadrement. (lire le chapitre XXI de mon livre, sur ce site et aussi 1. Le F.N. ? c’est d’abord les riches…) Ce n’est pas seulement un parti raciste d’un point de vue racial, c’est un parti raciste d’un point de vue social. Il y a clairement une volonté de défendre un ordre naturel, où les pauvres sont à leur place quand ils sont en bas de l’échelle.

Pourquoi dites-vous que le FN n’est «pas fasciste au sens traditionnel du terme» ?

Jean-Baptiste Malet. Le fascisme était seulement une des formes incarnées par l’extrême droite. Marine Le Pen est « hédoniste et sécuritaire ». La grande différence entre elle et son père, c’est qu’elle n’est pas là pour interdire aux gens de jouir. Marine Le Pen promet à tous ceux qui sont floués par la crise qu’ils vont pouvoir continuer à remplir leurs chariots, à consommer, à garder le peu qu’ils ont peur de perdre. Elle s’adresse à ceux qui ont peur du déclassement.

Votre livre privilégie le reportage, mais s’intéresse également à la stratégie de Marine Le Pen, qui « consiste à camoufler l’héritage culturel et idéologique étatiste de l’extrême droite »…

Jean-Baptiste Malet. L’extrême droite a toujours prôné un État fort, a toujours été productiviste, et le FN le redevient. On dit de Marine Le Pen qu’elle incarne le renouveau, mais en fait c’est Jean-Marie Le Pen, dont on dit qu’il était reaganien, qui était une parenthèse de l’extrême droite française. Marine Le Pen revient aux fondamentaux de ce qu’était l’extrême droite du début du XXe siècle : celle des anti-Lumières, qui combat les droits de l’homme.

(J-M LePen a eu une formation maurassienne, ce n’est pas une parenthèse, selon moi, JPR, chapitre XXI)

Pourtant, le FN cherche à se débarrasser du vocable «extrême droite» pour «droite nationale» ou «droite populiste européenne»…

Jean-Baptiste Malet. George Orwell a montré que le combat politique est avant tout sémantique. Ils sont sur ce champ de bataille, qui a pour enjeu l’hégémonie culturelle. 
Les cadres d’extrême droite aussi ont lu Gramsci : ils savent que pour gagner les élections, il faut une hégémonie culturelle.

Ce qui nous amène à la critique des médias. Car la dédiabolisation tient aussi à la candeur, voire à la complicité médiatique…

Jean-Baptiste Malet. Je ne suis pas hostile au fait qu’on interroge le FN, qu’on débatte avec lui. Moi-même je l’ai fait, mais pas n’importe comment, je ne me suis pas contenté de tendre le micro. En revanche, je supporte mal les gens qui me félicitent en me disant : «C’est super-dangereux, l’infiltration !» Je n’ai jamais vu personne féliciter un grutier en lui disant : «Bravo d’être monté si haut, c’est dangereux.» J’ai juste fait mon métier. Que les confrères fassent le leur : quand Marine Le Pen parle de laïcité, on décrète qu’elle est laïque, même si elle a fait baptiser ses enfants à Saint-Nicolas du Chardonnet et qu’elle est toujours entourée d’intégristes catholiques[1]. Les médias devraient être les défenses immunitaires de la démocratie, or ce sont les médias de masse qui propagent le virus. Ils sont obnubilés par la «nouveauté» et ne veulent pas voir que rien n’a changé, parce qu’inviter Marine Le Pen, c’est faire un carton d’audience. Mais si l’on gratte un peu, le vernis s’écaille.

Par exemple ?

Jean-Baptiste Malet. Il suffit de demander à Louis Aliot ce qu’il pense 
de l’OAS. Pour lui, ce sont des héros, et la torture peut être légitime. Dans 
les rassemblements de «nostalgériques» ou de pétainistes[2], qui ne sont pas que des illuminés, certains militent aussi au FN.

Finalement, quelles idées de son discours prévalent ? Celles de gauche, perverties, ou celles de droite, déguisées ?

Jean-Baptiste Malet. La vérité, c’est que les idées, le FN n’en a rien à faire. En fouillant dans les archives, on s’aperçoit que Marine Le Pen conseillère régionale d’Île-de-France est pour les OGM, alors que Le Pen Marine conseillère régionale du Nord-Pas-de-Calais est contre. Avant la catastrophe de Fukushima, elle est pour le nucléaire, après, elle est contre. C’est incroyable : aucun parti ne prend des virages à 180 degrés sur des sujets aussi importants.

Est-ce de l’opportunisme, comme quand elle débarque à Hénin-Beaumont, pour s’implanter grâce au « tous pourris » ?

Jean-Baptiste Malet. Le FN n’est fort que des faiblesses de la gauche. Ce que 
j’ai vu à Lille m’a profondément choqué : une ville riche, avec des quartiers «nettoyés» des pauvres, des restaurants bio présentant les livres d’Alain Badiou en vitrine… Bref, on sent une certaine bourgeoisie consciente politiquement. Par contraste, à vingt minutes de TER, dans le bassin minier, le militantisme de gauche est mal en point. Il y a une déconnexion totale entre la gauche mondaine, pétitionnaire, de centre-ville, et le chaos social laissé à l’abandon et au FN[3].

Vous écrivez que ce n’est pas votre rôle de donner des recettes pour lutter contre le FN. Mais les politiques en donnent…

Jean-Baptiste Malet. Oui. J’ai rencontré Jean-Luc Mélenchon, qui m’explique comment il s’est préparé à un face-à-face avec elle (sur BFMTV, le 14 février 2011 – NDLR), qui montre ce que pourrait être une gauche combative face au FN, et Jean-François Caron, maire écologiste de Loos-en-Gohelle (Pas-de-Calais). Dans sa commune, il fait de l’éducation populaire, re-légitime le rôle du politique, responsabilise ses concitoyens et ça marche : Loos-en-Gohelle fait partie des villes du bassin minier où le FN fait les scores les plus faibles.



[1] Lire mon article : Pour qui votent les intégristes ?.

[3] Lire mes différentes analyses électorales (le Cher, le Haut pays lorrain…) pour être moins pessimiste…

Comments