Pour une Renaissance de « L’Esprit canut »… par Lucien Bergery

publié le 15 mai 2012 à 06:00 par Jean-Pierre Rissoan

C’est moi qui donne ce titre à cet éditorial que Lucien Bergery signe dans le nouveau numéro de la revue L’Esprit canut dont j’ai déjà publié quelques bonnes feuilles sur ce site. C’est comme un appel à la participation citoyenne !

Je lui laisse immédiatement la parole. J.-P. R. 

 

        Amies lectrices, amis lecteurs,

 

    A l'occasion de la parution de son 20ème numéro, votre gazette, qui essaie depuis 2004 de se faire une petite place parmi les périodiques gratuits distribués sur le quartier, ressent le besoin d'un moment de réflexion ... Réflexion sur la ligne éditoriale, réflexion sur les rubriques et leur contenu, réflexion aussi sur le fonctionnement de la commission qui l'a prise en charge ... Votre journal se permet donc une sorte de revue générale avant un nouveau départ avec vous, lecteurs fidèles ou occasionnels, qui devez, si vous le voulez bien, dessiner de nouvelles perspectives à «L'Esprit Canut» en étant à la fois les architectes et la clé de voûte de cette construction.

    Cette gazette est née dans l'urgence, en 2004, en même temps que l'association « l'Esprit Canut » dont elle est l'expression. II s'agissait à l'époque de sauver «La Maison des Canuts» d'une disparition pure et simple, et de créer, à la Croix-rousse, un lieu de mémoire à la hauteur de l'aventure extraordinaire des tisseurs de soie de Louis XI à nos jours. Ce projet fondateur s'est construit progressivement en se précisant et en s'affinant au fil du temps. Il a pris une nouvelle dimension cette année 2012 autour de deux tables rondes (janvier et juin) avec des échanges tout à fait passionnants.

    La raison d'être de notre association, en même temps que la ligne éditoriale de notre gazette est donc bien de concevoir un lieu muséal original qui tisserait du sens en plaçant sur le métier chaque fil du patrimoine canut : du plus technique au plus humain, du plus ludique au plus tragique, du plus local au plus universel. Une trame qui essaierait de restituer au mieux l'histoire des canuts dans tous ses aspects. Mais aussi un laboratoire ouvert à la réflexion sur le monde du travail, dans ses évolutions contradictoires, aujourd'hui et demain. Un lieu incontournable qui ne remettrait pas en cause les structures existantes autour des tisseurs, mais qui serait un lien sémantique, un catalyseur d'intérêt et de curiosité pour un parcours plus complet et une exploration plus approfondie du patrimoine canut. Amis lectrices, amis lecteurs, notre gazette n° 19 avait commencé son éditorial par cette belle phrase d'André Malraux: « L'héritage ne se transmet pas, il se conquiert ». Cet engagement, le partagez-vous ?

    Dans notre conception de la gazette, ce fil rouge (le lieu muséal à venir), pouvait se trouver renforcé dans une mise en chaîne où d'autres fils, multiples et complémentaires, participent à la cohérence de l'entreprise. Ce sont les rubriques que nous avons tenté, avec plus ou moins de réussite et de régularité, de tenir tout au long de ces numéros. On peut citer en vrac :

    - La question du patrimoine (croix-roussien, mais aussi lyonnais, régional ...) que nous avons élargie à des réflexions plus générales sur les notions de patrimoine matériel et immatériel ;

    - La question du travail aujourd'hui, ses organisations, ses mutations ;

    - La rubrique «une vie» qui présente un parcours humain intéressant (autour des métiers du tissage par exemple, mais pas exclusivement) ;

    - La rubrique «savoir-faire» décrit des techniques professionnelles, des démarches qu'il semble intéressant de faire connaître.

    - Et puis diverses rubriques autour de l'histoire (locale surtout), de la lecture (auteurs lyonnais ou thématiques intéressantes pour «L'Esprit Canut»), de la poésie, de la gastronomie.

    Cette liste bien sûr n'est ni exhaustive ni figée. On pourrait proposer des ajouts, ou, au contraire, préférer un recentrage du contenu autour de thèmes mieux ciblés. N'hésitez pas à donner votre avis. En franchissant le cap de son 20ème numéro, «L'Esprit Canut» revendique son nouveau statut d'adulte : il se veut en harmonie avec les valeurs qu'il défend: échange, coopération, engagement.

    Le fonctionnement de la commission gazette ne nous semble pas, actuellement, répondre à ces valeurs car ses membres assurent très souvent l'ensemble des tâches nécessaires à la réalisation du journal : choix des sujets, rédaction des articles, corrections - C'est le cas par exemple pour cinq articles sur huit dans le n° 19- .

    Amis lectrices, amis lecteurs, cette gazette est la vôtre. L'esprit canut qui l'anime doit se traduire dans la réalité de son fonctionnement et de son contenu qui peuvent se démocratiser au sens premier du terme, c'est-à-dire concerner chacune et chacun d'entre vous. Transmettez-nous vos suggestions et propositions d'articles. Faites connaître ce journal autour de vous. Sollicitez des personnes de votre connaissance susceptibles d'apporter leur contribution. Des dizaines, des centaines de lectrices et lecteurs ont des choses à dire, des expériences à transmettre. Il ne faudrait pas que la difficulté d'écrire apparaisse comme une barrière infranchissable à la contribution de chacune et chacun. Il sera toujours possible de trouver des solutions pour donner vie à vos idées :

-     recueil des informations sous forme d'interview,

    - enregistrement oraux puis réécriture par la commission,

    - aide à la rédaction par un membre de la commission

 

    Parodiant Malraux, on pourrait dire que la parole ne se transmet pas, elle se conquiert... Sinon, ne risque-t-elle pas de vous être confisquée ?

 

    Parlez, criez, écrivez ... L'esprit canut c'est le vôtre.

 

                    Lucien Bergery, 14 mai 2012.

Comments