Articles‎ > ‎7. Histoire d'ailleurs‎ > ‎PECO‎ > ‎

Deux ou trois choses sur l’histoire de la Hongrie...

publié le 21 janv. 2013 à 06:44 par Jean-Pierre Rissoan   [ mis à jour : 18 juil. 2017 à 09:58 ]

    Quelques éléments de l’histoire de la Hongrie qui fait parler d’elle, et en mal, aujourd’hui, avec la renaissance de son extrême-droite qui lui est consubstantielle.

 

Le rôle fondateur d’ Étienne 1er de Hongrie, saint de la Sainte Église.

    Le véritable fondateur de l’État hongrois est le roi saint Étienne (996-1037). Il imposa d'abord la conversion au christianisme, malgré les réticences de certains clans. Placé au contact des chrétientés grecques et latines, il choisit le catholicisme romain qui avait pénétré par l'intermédiaire de missionnaires venus de Bohème et de Bavière. Dans un souci d'équilibre, il se déclara vassal du Saint-Siège (couronnement en l'an mille), pour ne pas laisser intégrer la Hongrie dans l'Empire romain germanique. Et jamais le roi de Hongrie ne fut le vassal de l'empereur, ni le royaume une province de l'Empire[1]. De la même façon, il organisa l'Église catholique, en la dotant de vastes domaines, mais il conserva le droit de patronat et le contrôle sur les deux archevêques (d'Esztergorn et de Kalocsa) et les quatorze évêques. La fameuse couronne elle-même est un symbole, car il semble prouvé qu'il s'agit d'un joyau composite (byzantin et occidental) [2].

 http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Crown,_Sword_and_Globus_Cruciger_of_Hungary2.jpg

    Au XIe siècle la monarchie de saint Étienne était l'une des plus solides d'Europe, car elle connaissait déjà une centralisation rudimentaire. Le territoire était partagé en unités territoriales de superficie à peu prés égale et correspondant à la moitié d'un département français. Au centre de ce comitat, il y avait un château fort, tenu par une garnison royale et confié à un comte (ispan) que nommait le roi. Cette division administrative était si rationnelle qu'elle s'est maintenue en gros jusqu'à nos jours. En outre, le roi se garda bien de distribuer les terres, sources de richesse et de pouvoir, dans une économie basée sur l'agriculture de subsistance. Les chefs de clan étaient devenus les barons, c'est-à-dire les membres du conseil et les fidèles du roi. Les hommes libres constituaient la foule des servientes, soldats qui sont à l'origine de la petite noblesse. Quant aux Hongrois plus pauvres, aux Slaves et aux esclaves, ils ont constitué peu à peu la masse paysanne d'où émergeaient les laboureurs. Cependant jamais la Hongrie n'a connu la hiérarchie féodale française, le propriétaire terrien étant le vassal direct du roi avec autorité immédiate sur ses paysans.

    A la fin du XII°siècle, l’État hongrois atteignit les limites qui devaient rester les siennes jusqu'en 1918. (lire les cartes des articles portant sur l’empire d’Autriche-Hongrie 1ère partie, coin du bachotage Autriche-Hongrie en 1914 (1ère partie) : description et construction historique).

 

Les fameuses libertés hongroises (1222).

    Néanmoins, en Hongrie comme ailleurs, on constate une mise en question fréquente de l'autorité monarchique. L'aristocratie parvint à plusieurs reprises à concentrer entre ses mains d'immenses domaines et à paralyser l'autorité du souverain. Elle réussit à imposer dès 1222 une Bulle d'or qui, fut pour plusieurs siècles la charte des libertés nobiliaires. De quoi s'agit-il ?

    André II participa à une croisade à Saint-Jean-d'Acre (1217–1218) et se heurta à son retour à une révolte de la noblesse. Il est contraint de lui accorder une Bulle d'Or : elle garantit à la noblesse une diète annuelle, des immunités d'ordre fiscal et la perception des impôts. Elle lui reconnaît par ailleurs le droit d'insurrection contre le monarque -jus resistendi- (1222). Par l'Andreanum de 1224, il accorde aux Saxons (i.e. Allemands) de Transylvanie un statut d'autonomie et d'importants privilèges fiscaux.

    Les Hongrois nous rebattent les oreilles avec cette Bulle d’or qui, selon eux, AVANT la Magna Carta anglaise de 1225 [3], crée le premier parlement de l’Histoire. En fait de parlement, il s’agit d’une réunion des magnats et en fait de libertés nationales ou hongroises, il s’agit des libertés de l’aristocratie dominante. La noblesse hongroise va toujours identifier ses intérêts à ceux de la nation. Mais elle défendra ses intérêts bec et ongles.

    Malgré des guerres civiles fréquentes, le pouvoir monarchique recouvra la plénitude de son autorité au XV° siècle. La Hongrie tenta de s'intégrer dans un vaste complexe d' États chrétiens sous l’autorité des Jagellon qui, au début du XVI° siècle, regroupèrent les couronnes de Bohème, de Pologne et de Hongrie pour mieux lutter contre les ambitions allemandes et le danger ottoman.

 

Le désastre de Mohács (1526).

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/30/Soliman_le_Magnifique.jpgLe sultan ottoman Soliman le Magnifique (ci-contre) - avec un nom pareil pouvait-il perdre ? - quitte Constantinople en avril 1526 avec son gendre, le Grand Vizir Rüstem Pacha et 55. 000 hommes. Les Ottomans s’emparent en juillet de la forteresse de Peterwardein (Petrovaradin). Louis II de Hongrie réunit difficilement 40.000 hommes des troupes de barons et des comitats qui sont placés sous le commandement de l’archevêque de Kalocsa, Pál Tomori (août). Les deux armées se rencontrent à Mohács (29 août) : l’élan des Hongrois est brisé par l’artillerie ottomane. Balayés par les janissaires, ils s’enfuient vers des marais et Louis II, âgé de vingt ans, meurt noyé avec son cheval. Les chefs de l’armée et la moitié des soldats sont mis à mort. Buda est prise (10 septembre) et la frontière ottomane est repoussée aux portes de Vienne. Quinze jours plus tard, Soliman reprend le chemin de Constantinople. Il était venu. Il avait vu. Il avait vaincu.

    Mohács est la catastrophe nationale hongroise. Pire que le traité de Trianon ? Certains vous le diront.

    Non seulement la Hongrie territoriale, si j’ose dire, disparaît (pas totalement il est vrai), mais la dynastie royale de Hongrie disparaît. Le peu qui reste du royaume est donné par la veuve du défunt Louis - c’était une Habsbourg- est donné à l’Autrichien Ferdinand qui devient Roi de Hongrie. Les Habsbourg vont désormais toujours exciper de cette qualité pour asseoir leur domination sur la Hongrie lorsqu’elle sera reprise aux Turcs.

    Le « peu qui reste » s’appelle officiellement Hongrie royale. Définition wiki : Le terme de Hongrie royale désigne la partie occidentale de la Hongrie médiévale qui reconnaît l'autorité des Habsbourg. Il est employé par opposition à la Hongrie ottomane pour la période allant de la chute du royaume de Hongrie après la bataille de Mohács le 29 août 1526 jusqu'à la réunification du royaume après la défaite des Ottomans et la signature du traité de Passarowitz le 21 juillet 1718. La lecture d’une carte est indispensable. Sur la carte ci-dessous, la Hongrie turque est en hachures verticales. Le reste est appelé "royaume de Hongrie", en blanc sur la carte).


https://7a8db140-a-62cb3a1a-s-sites.googlegroups.com/site/jeanpierrerissoan/le-coin-du-bachotage/les-relations-internationales/i-xix-siecle-1815-1914/autriche-hongrieen19141erepartiedescriptionetconstructionhistorique/Autriche%20hongrie%20recul%20Turquie.JPG?attachauth=ANoY7crnh3lQ4bZbbaKomcyUhVhEA5sNebPqTBJeYhP6YORUk40iS_xlC3sVwlIrcvk7p5C7SCg5qu9LxAuO7eTe0B5d6kJimFRlf5QvUCAdxz02jW9lK4aqIGpiOd8AdPAvrPdie5qHhb23TnXKcqLNTJbaLSXlKPO8lEtEJLTcHFL7czPVO8gMFVhGZyaN9GjyZzINGXOOMqwwZ1H4xxgRUAWJC9obGhb5whQzLQZHPMVWjPwP8UpQGq6js_Lv9_nQfm4wZ7awuwmCnJuzEHuX4EAzIjuH2NZV1TdTKPdh3sPulwpOdi-MvJEacTqk91qsDnGH-VSkJxq6-sNQJGg-KSiRXDWFZlX9v5_4QLTyAM14XzfihELvdLAPCJjJyGg4pNzYxI4hiyVLULTnrXmQt4RT-t5k6SyO-lKV867ZKqKme2JxWCdxf3bLBFALqStujOeVcYXX&attredirects=0

    sur cette carte, le Hongrie royale correspond au "Royaume de Hongrie" en blanc.  La partie hachurée est la Hongrie ottomane abandonnée après la défaite de Mohács.

La reconquête autrichienne

    Elle démarre à partir de la victoire de Kahlenberg, aux portes de Vienne assiégée, le 12 septembre 1683. C’est une date décisive -nous le savons aujourd’hui, les contemporains l’ignoraient- qui marque le reflux de la marée turque. Les Turcs ne monteront plus jamais si haut en Europe. Après plusieurs décennies de guerres presque ininterrompues, l’Autriche prend la Hongrie et la Transylvanie au Sultan : la géographie de l’Europe danubienne est chamboulée. Les Autrichiens doivent mener leur lutte sur deux fronts : contre les Turcs, d’une part, et contre les Hongrois, d’autre part. Je m’intéresse surtout au combat entre Autrichiens et Hongrois.

Deux étapes principales :

1)  Celle qui aboutit à la diète de Presbourg en 1687.

    Avec la prise de Bude (qui, avec Pest, sur l'autre rive du Danube, formera Budapest), -« bouclier de l’Islam » selon les Turcs - par les Autrichiens commandé par le remarquable Charles de Lorraine (septembre 1686), les Hongrois comprennent que les Autrichiens chassent les Turcs pour mieux s’installer eux-mêmes. Or, les Hongrois désirent un retour à la position ex ante, c’est-à-dire à la situation d’avant la défaite de Mohács en 1526.

    Leur résistance est cassée par des méthodes inqualifiables utilisées par les très catholiques autrichiens. Par exemple, la "boucherie d ’Éperies" - ou Eperjes - aujourd’hui Prešov en Slovaquie, qui débute le 5 mars 1687. Voici une narration qui en fut faite et que Jules Isaac lui-même utilisa pour écrire ses ouvrages [4].

"L’année 1687 est inscrite avec des caractères de sang dans les annales de la Hongrie. Le féroce Caraffa résidait à Éperies comme gouverneur de la Haute-Hongrie. Il prétendit, ou il découvrit peut-être, (…), une conjuration qui avait de vastes ramifications et menaçait la vie de l’empereur, le salut du royaume et la religion chrétienne. Il institua sur-le-champ un tribunal qui, composé pour la plupart de militaires, et présidé par lui-même, exerçait à la fois les fonctions de juges et d’accusateurs : semblables aux tribunaux révolutionnaires que nous avons connus en 1793, cette cour criminelle condamnait à mort tous ceux qu’ont soupçonnait d’être malintentionnés envers l’empereur, mais principalement les riches. Trente bourreaux parcouraient sans cesse la ville pour chercher des victimes que le tribunal, après une procédure sommaire, envoyait à un grand échafaud que Caraffa avait fait dresser sur la place publique et qui rappellent les guillotines permanentes. Ces exécutions sont connues dans l’histoire sous le nom de «boucherie d’Éperies». Pendant plusieurs mois on y torturait, décapitait, rouait ou écartelait les prétendus conspirateurs [5]. Enfin Caraffa fut remplacé (…) et récompensé par la charge de feld-maréchal.".

    Après ces monstruosités - qui n’ont rien à voir avec la révolution de 1793 laquelle défendait le sol de la patrie profanée alors que là nous avons affaire à des catholiques qui étripent d’autres catholiques pour leur prendre leur indépendance nationale- après ces monstruosités donc, l’empereur d’Autriche peut réunir une diète hongroise.

        31 octobre 1687 : La Diète de Presbourg reconnaît la légitimité du droit héréditaire des Habsbourg à régner sur la Hongrie, en échange de la reconnaissance des libertés de la nation hongroise (sic), notamment le droit d’assemblée qui s’exerce par la Diète, en Chambre haute et Chambre basse, siégeant toujours à Presbourg. Cette reconnaissance, et ce retour en force du principe d’hérédité dans la succession de Hongrie sont dus d'une part au prestige que la dynastie autrichienne a acquis en menant à bien la reconquête, d’autre part à un désir de stabilité de la part de la noblesse hongroise. Par ailleurs, des pouvoirs civils et militaires sont reconnus au palatin, élu par la Diète, auquel est adjoint un conseil de Lieutenance exprimant la volonté du Habsbourg. Le principe de tolérance religieuse est également adopté [6].

    Ce texte du site Clio.fr ne dit pas un mot sur la répression terroriste des Autrichiens.  Le 25 janvier 1688, un décret supprime le tribunal d Éperies. Détail (source de 1834) qui signifie qu’Antoine Caraffa a agi avec l’autorisation de Vienne.

2)       Celle qui aboutit à la paix de 1711 à Szatmâr.

    C’est - pour les Hongrois- la guerre d’indépendance (1703-1711) du prince de Transylvanie François II Rakóczi.

    Un mot sur la lutte contre les Turcs : les armées autrichiennes sont dirigées par le prince Eugène de Savoie, un des plus grands tacticiens du siècle -qui eût pu être français si cet imbécile de Louvois ne l’avait pas rabroué -, elles sont vainqueures à Zenta, ville-pont sur la Tisza, en septembre 1697. Cela aboutit au traité historique de Carlovtsi (Karlowitz) en 1699. Voir carte ci-dessus.

    C’est alors qu’émerge la figure de François II Rakóczi. Il faut savoir qu’après Mohács, les Turcs occupèrent la Grande plaine hongroise, mais laissèrent son autonomie à la Transylvanie. "La Transylvanie, peuplée de Hongrois, de Sicules, d’Allemands (« Saxons ») et de Roumains, était dominée et gouvernée par la noblesse hongroise, qui élisait un prince. Certains d’entre eux, comme (…) les Rakóczi jouèrent dans la politique européenne un rôle disproportionné avec les dimensions et la puissance de leur petit État" (E.U.). État, rappelons-le, non indépendant mais autonome et vassal du Sultan. Après le traité de 1699, les Hongrois se soulevèrent à nouveau pour recouvrer leur entière indépendance - qui passait par une dynastie distincte de celle des Habsbourg-. François II Rakóczi, prince de Transylvanie, se pose en prétendant pour toute la Hongrie de saint Étienne (1703) en prenant le titre de régent. Les nobles hongrois poussèrent l’audace jusqu’à déclarer déchue le Habsbourg à la diète d’Onod en 1707 et à proclamer François roi de Hongrie. Rakóczi pouvait compter sur le soutien de Louis XIV, toujours à la recherche d’alliances de revers contre le Habsbourg, surtout que nous sommes alors en pleine guerre de succession d’Espagne. Mais le roi de France est à cours d’argent, les armées hongroises sont bien maigres. Elles sont d’ailleurs battues (1708) et d’autres nobles (comme Sándor Károlyi) préfèrent opter pour le Habsbourg si celui-ci leur garantit les fameuses libertés. C’est ce que comprend le nouvel empereur Joseph 1er qui signe les accords de Zattmar (ou Szatmâr) en 1711 (pluralisme confessionnel, autonomie de la diète, mais suppression du jus resistendi…).

NB. Ces guerres et persécutions - ce ne sont pas les dernières ! - qui restent dans les mémoires hongroises permettent de porter un jugement sur le scénario -ridicule mais manipulateur- de Sissi impératrice. Lien. Sissi impératrice (1956) et les autres 

 

La période 1711-1848

    Jean Bérenger (Sorbonne), spécialiste des PECO, auteur de l’article de l’ E.U. sur la Hongrie, écrit que "cette période fut beaucoup plus calme". Au sein de cette période on peut distinguer deux temps forts.

        1) D’abord, la guerre de succession d’Autriche.

    Il y a des moments comme ça : lorsqu’un souverain meurt, soit il n’a pas d’héritier, soit il n’a que des filles pour lui succéder et le droit de succession ne prévoit pas ce cas de figure. Comme les rois et empereurs sont tous des cousins, ils ont tous des droits à faire valoir. C’est le cas à la mort de Charles VI (1711-1740) qui ne laisse que des filles dont l’ainée Marie-Thérèse est contestée par ses cousines germaines, filles de l’empereur précédent, Joseph 1er, dont l’une est mariée à Auguste III de Saxe. Bref, à la mort de Charles VI, c’est la curée, tout le monde s’attend au dépeçage de l’empire autrichien. "L’étoffe sera ample, et chacun y pourra trouver de quoi se tailler un justaucorps" avait dit le roi de Prusse sans vergogne et, effectivement, le premier à se jeter sur la proie est son fils, Frédéric II, qui, loup aux aguets, s’empare dès 1740 de la Silésie, sans autre forme de procès.

    Je m’attache ici à l’histoire de la Hongrie. Il est évident que les Hongrois avaient ici une occasion rare de proclamer un roi d’une dynastie de sang hongrois. D’autant que la situation militaire et diplomatique - Marie-Thérèse n’avait que le soutien de l’Angleterre - était catastrophique. Mais lorsque l’impératrice [7] se présenta devant la diète hongroise, magnats et nobles, dans un élan chevaleresque, tirant leurs sabres, s’écrièrent : « Moriamur pro rege nostro Maria-Theresa ! » : nous mourrons pour notre roi (sic) Marie-Thérèse. Enfin, ça c’est la version de Voltaire [8]. La levée de 100.000 hommes quémandée par Marie-Thérèse fut obtenue après trois mois de négociations et non sans avoir obtenu auparavant - bis repetita placent - la garantie de tous les privilèges de l’aristocratie hongroise (1741).

        2) L’autre temps fort à distinguer se place durant la Révolution française.

    "En mars 1790, la Hongrie était, une fois de plus, au bord de la révolte" écrit J. Bérenger [9]. La politique du précédent empereur Joseph II avait beaucoup irrité les Hongrois. En faisant, ramener la couronne de saint-Étienne à Vienne, surtout en voulant imposer la langue allemande à tous ses sujets sur tous ses territoires, Joseph II avait mis la Hongrie au bord de l’insurrection. A sa mort, l’occasion est bonne pour réclamer un retour à la monarchie hongroise élective : les nobles élisent leur roi au lieu d’avoir l’hérédité du Habsbourg.

    A ce niveau, Bérenger avance une analyse matérialiste -rare chez lui- intéressante. La nouvelle révolte fut menée par la noblesse moyenne qui fut approuvée dans les assemblées de comitat par la petite noblesse. "En réaction, les prélats et les grands aristocrates (les magnats, JPR) firent bloc derrière la dynastie (des Habsbourg, JPR)". Mais on a déjà vu à l’œuvre cette aristocratie collaborationniste, finalement assez peu patriote pourvu que Vienne lui garantisse ses fameux privilèges et sa domination sur les pouvoirs administratifs locaux et sa paysannerie serve. Le parti de la noblesse moyenne mit au point une constitution qui eût été une vraie révolution nationale à défaut d’être libérale. Mais l’empereur usa de la menace de la force. Un nouveau compromis fut signé. "Ce sont finalement les paysans qui firent les frais du compromis". Léopold II les avait matés militairement, ils demeurèrent serfs et sans protection légale face à l’arbitraire des seigneurs et des prélats.

    En 1794, un soi-disant complot jacobin fut éliminé brutalement. "Les exécutions du 20 mai 1795 frappèrent les imaginations". Un fait nouveau : l’émergence d’un mouvement démocrate dont l’idéal est la révolution sociale et la réforme agraire.

 

La révolution de 1848 en Hongrie

    1848 fut, en Hongrie, une révolution nationale : on se battit pour l’indépendance du pays. Je n’entre pas dans les détails lisibles dans n’importe quel manuel. Il y avait le feu à Vienne, à Prague et ailleurs. Grâce au dynamisme de plusieurs militants d’envergure, dont Kossuth -issu de la petite noblesse et membre de la chambre basse de la Diète- la révolution aboutit à la déchéance des Habsbourg et l’indépendance de la Hongrie, proclamées par le diète en avril 1849. La Hongrie avait des atouts : tradition de lutte, sentiment national aigu, armée nationale mais elle portait une contradiction essentielle.

    Quant on parle des Hongrois, il faut préciser de qui on parle. Il y a les Magyars, Hongrois stricto sensu, magyarophones, et il y a les autres peuples qui appartiennent au "Royaume de saint Étienne" mais qui sont Croates, Slovaques, Roumains, Serbes, etc… Ils sont de citoyenneté hongroise aux yeux des Magyars et il ne saurait être question de leur laisser l’indépendance lorsque la Hongrie sera indépendante des Autrichiens. L’origine de ce comportement remonte au règne fondateur de saint Étienne et J. Bérenger présente les choses à sa façon (article E.U.) :

"Comme saint Étienne jugeait le pays insuffisamment peuplé, il favorisa l'implantation de colons allemands et les mouvements d’immigration ne cessèrent pratiquement pas jusqu'au XIXe siècle. Après chaque catastrophe démographique (invasion tatare au XIII° siècle, grande peste du XIV°siècle, guerres turques des XVI° et XVII°siècles), le pouvoir royal essayait d'attirer des étrangers pour mettre en valeur des terres dévastées. Cependant saint Étienne imposa à cette colonisation de fâcheuses traditions : sous prétexte qu'un royaume où l'on parlait plusieurs langues était plus fort, il laissa aux nouveaux venus langues et coutumes d'origine ; à la fin du XVIII°siècle, la Hongrie, faute d'avoir naturellement assimilé des éléments allogènes, prit l'aspect d'une mosaïque de groupes ethnolinguistiques et l’État hongrois se trouva dans une situation de faiblesse au moment où s'éveillaient des nationalités".

    Le nationalisme magyar se transforme en impérialisme à l’égard des peuples périphériques. Et c’est une des causes de l’échec final : les peuples qui se voyaient soumis à Budapest en cas de victoire de Kossuth et de ses amis préférèrent adopter la solution fédéraliste qui leur était proposée et rejoignirent le camp autrichien [10].

    Mais l’armée hongroise résiste. L’empereur d’Autriche fait appel à l’empereur de Russie pour l’aider. Le tsar est un hystérique de la contre-révolution. Il redoute que l’exemple hongrois se propage en Pologne proche. Il envoie le feld-maréchal Paskevitch avec 200.000 hommes et près de 600 canons. Pris en tenaille entre l’armée autrichienne et l’armée russe, les Hongrois ne pouvaient que subir.  

    

    Sur ce tableau, au ciel noir dans lequel percent quelques rayons lumineux, tout le monde pleure. L'auteur est Hongrois et rappelle le martyr des treize d'Arad. Le prêtre qui brandit le crucifix se voile le visage, un autre est genoux à terre : l’Église catholique hongroise est derrière ses martyrs mais le devoir d'obéissance à l'Empereur autrichien doit l'emporter et l'emporte.

    La répression est confiée à la Hyène de Brescia, le feld-maréchal Von Haynau Printemps des peuples : 1848, 2011 ?. Ce dernier fait fouetter toute femme ayant montré quelques sympathies à l'égard des révolutionnaires. Il met en place des cours martiales jugeant officiers et fonctionnaires révolutionnaires (cela n’est pas sans rappeler la boucherie d’ Éperies au lecteur attentif). Treize généraux hongrois sont ainsi fusillés à Arad. Ils deviennent dans l’histoire nationale hongroise les « 13 martyrs d’Arad. » Il faut toutefois signaler que Haynau agit en plein accord avec le cabinet militaire de l’empereur François-Joseph. Depuis, Arad est réputée comme le "Golgotha hongrois". NB. Dans le film "Colonel Redl" dont j'ai fait la présentation sur ce site, et qui n'a rien à voir avec la série des Sissi, un personnage - l'ami d'enfance hongrois de Redl - se fait remarquer dans les soirées en évoquant la figure détestée de Haynau.

    Il y a malgré tout un résultat positif de 1848, c’est la suppression du servage paysan. Pour tout le reste, l’hiver s’installe pour longtemps. La noblesse hongroise perd un de ses privilèges séculaires : l’administration locale est donnée à des fonctionnaires autrichiens qui parlent allemand. La diète n’est plus réunie. La Hongrie magyare n’est plus qu’une province autrichienne quelconque.

    Le passif est lourd entre les deux pays. Sommes loin de Sissi impératrice. Sissi impératrice (1956) et les autres



[1] Il s’agit du saint empire romain germanique. Ne pas confondre avec le futur empire d’Autriche.

[2] Amusant de voir que certains peuvent écrire des livres intitulés : Saint Étienne de Hongrie ou l'ancrage des Magyars à l'Ouest. C’est la Guerre froide qui perdure.

[3] « Le document connu habituellement aujourd'hui comme Grande Charte n'est pas celle de 1215, mais une charte plus tardive de 1225 et généralement on la présente sous la forme de la Charte de 1297 quand elle a été confirmée par Édouard 1er »  extrait de l’article Magna Carta (Wiki).

[4] "Cours d'histoire des états européens depuis le bouleversement de l'Empire romain d’Occident jusqu’en 1789", par Maximilian Samson & Friedrich Schöll, tome 44°, histoire du XVIII° siècle, tome huitième, Paris-Berlin, 1834.

[5] Il y eut effectivement des conspirations menées, entre autres, par Tékéli, voir l’article « Imre comte Thököly de Késmárk, anciennement traduit en français sous la forme Éméric Tékéli, (1656-1705) ».

[6] Source : Clio.fr/chronologie 

[7] Marie-Thérèse porte le titre d’impératrice parce qu’elle est mariée à François de Lorraine qui est l’empereur François 1er. Il y a, en réalité, changement de dynastie : on passe aux Lorraine-Habsbourg. Mais on dit Habsbourg-Lorraine. Concrètement, c’est Marie-Thérèse qui gouverne. Au sein de l’empire, son époux n’est guère considéré que comme un prince consort.

[8] Le siècle de Louis XV.

[9] Histoire de l’empire des Habsbourg, Fayard, 1990.

[10] Sur ce point lire l’article wiki « Révolution hongroise de 1848 ».

Comments