1959-1962, La Chine : l’illusion du "Grand bond en avant"…

publié le 12 oct. 2012 à 09:56 par Jean-Pierre Rissoan

par Dominique BARI

sinophone et sinologue.

 

 

"Fin 1959, j'ai parcouru une très longue distance en bus, partant de Xinyang jusqu’à Luoshan et Gushi (dans la province du Henan). A travers la fenêtre, je voyais des cadavres dans les fossés. Dans le bus, personne n'osait parler de la mort. Dans le comté de Guangshan, une personne sur trois était décédée... Les gens disaient que la vérité avait été cachée. Ai-je osé l'écrire ? ". Ce témoignage, un parmi tant d'autres, est rapporté par le journaliste Lu Baoguo, à l'époque correspondant de l'agence Xinhua dans la ville de Xinyang, à son confrère Yang Jisheng, qui le consigne dans son livre, Mubei (« Pierre tombale »), consacré aux quatre années tragiques engendrées par le Grand Bond en avant[1]. Les "années noires", du printemps 1959 à l'automne 1962, comme les appellent les Chinois, au cours desquelles la plus grande famine de l'histoire d'un pays, souvent qualifié depuis le XIXe siècle de "terre de la faim", frappe la Chine. La cause ? Les ambitions de Mao Zedong qui entraine son peuple dans un défi catastrophique pour avoir voulu mettre la République populaire en position de rattraper son retard sur l'Occident et sur l'URSS, en brûlant les étapes d'une révolution dans le socialisme.

 

Le premier plan quinquennal, de 1953 à 1957, adopté sur le modèle soviétique a été un succès relatif, estime Mao. Si la Chine se développe pendant ces 5 ans, à pas de géant dans l'industrie, subventionnée par les campagnes, l'agriculture n'est pas, elle, favorisée dans les investissements. Or c'est dans les campagnes que vivent la majorité des Chinois. Pour Mao, il faut faire venir l'industrie à la campagne et le développement national doit se faire sur "deux jambes" : une jambe moderne qui utilise beaucoup de capitaux, mais la Chine n'en a pas, et une jambe traditionnelle où on utilise la main-d’œuvre, dont la Chine regorge. Derrière cette stratégie qui colle effectivement aux réalités d'un pays qui compte déjà plus de 500 millions d'habitants, réapparaît le concept maoïste de la "voie chinoise" vers le socialisme qui fait des paysans la véritable force du mouvement révolutionnaire. Il veut réaliser le rêve des progressistes modernistes du début du siècle : rattraper le retard de la Chine. Mais alors que ses prédécesseurs souhaitaient accélérer le progrès économique par une large ouverture du pays, Mao considère qu'il ne doit "compter que sur ses propres forces" à commencer par celle de ses bras, seule vraie richesse d’une nation. Il compare cette dernière à une "page blanche" sur laquelle il se fait fort d'écrire "les plus beaux caractères".

 

Dès 1955, Mao bouleverse la stratégie de développement industriel prioritaire et de collectivisation graduelle mise au point par le premier plan quinquennal : ce sera le "petit bond", A cette époque 13% des foyers paysans appartiennent à des coopératives. Dès juillet, le mouvement de collectivisation s’accélère et se couple aux effets du plan dans les villes où industrie et commerce sont nationalisés en 1956. Sans renoncer au développement industriel planifié, Mao cherche à créer des ressources complémentaires en faisant appel à la mobilisation politique de la main-d’œuvre. Mais ce "petit bond" est déjà générateur de conflits et de tensions, au sein de l'appareil dirigeant, parmi les responsables de l'économie et du gouvernement. L'annonce de la déstalinisation en URSS, en février 1956, trois ans après la mort de Staline, précipite la crise. Officiellement, la Chine se démarque de Moscou sur la déstalinisation : mais au 8° congrès du PC Chinois à l'automne 1956, Mao est contesté : sa «pensée» n'est plus égalée au marxisme-léninisme et l'exercice solitaire du pouvoir qu'impliquent les initiatives du Grand Timonier remet à l'ordre du jour le principe de collégialité de la direction communiste. Mis au défi, Mao cherche une échappée dans l'activisme et lance quelques mois plus tard les intellectuels à l'assaut du Parti avec la campagne des Cent Fleurs, au printemps 1957, contre l'avis de ses pairs. Sollicitant la critique venue de l'extérieur du Parti, il vise les bureaucrates qui, selon lui, prolifèrent dans le cadre du modèle soviétique de développement. Sous l'ampleur de la contestation. Mao comprend vite qu'il a "peut-être joué à l’apprenti sorcier". écrit Alain Roux[2] . Au terme de quelques semaines, plusieurs centaines de milliers d’intellectuels et de cadres qui se sont exprimés condamnés comme droitiers et envoyés en camp de rééducation. Ces quelques mois constituent "une période charnière pour la République populaire" estime le même Alain Roux[3]. Le coût politique est très élevé. Les intellectuels ont l’impression d’avoir été piégés et ont perdu toute confiance en Mao. Quant aux cadres (du parti, JPR), ils pensent désormais qu’il vaut mieux commettre une erreur de gauche qu’une erreur de droite. "La machine à faire déraper 1e pays vers les catastrophes fonctionne" souligne le sinologue.

 

Mao contesté au 8° congrès, revient en force et lance sa grande utopie du Grand Bond. la généralisation des communes populaires dans toutes les campagnes chinoises est une première étape en direction du communisme, un objectif que les Chinois veulent atteindre avant les Soviétiques. Mao Zedong affirme qu'il sera réalisé en 1963. Moins de 15 ans après la fondation de la République populaire alors qu'en URSS on n’aperçoit pas encore l’étape de passage du socialisme au communisme ! II décrète aussi une accélération effrénée de la production de l’acier afin de dépasser en quinze ans l’économie de la Grande-Bretagne (alors troisième puissance économique mondiale). La Chine se couvre de forges improvisées avec des petits hauts-fourneaux ruraux dévoreurs d’énergie et fournisseurs d’acier inutilisables. Les communes populaires, première étape selon Mao vers le communisme, bouleversent l’organisation de la société rurale : familles, lopins privés et maisons sont abandonnés par une population regroupée par milliers ou par dizaines de milliers dans des dortoirs collectifs, nourrie en réfectoires, rémunérée intégralement et égalitairement en points-travail (dont la valeur dépend des résultats de la commune). Equipes et brigades distribuent les tâches, les rations et les points-travail. Elles organisent une rotation entre les travaux des champs, les chantiers collectifs, la formation politique et militaire. Les communes lèvent des milices avec lesquelles Mao compte tenir tête au "tigre de papier" américain puis, de plus en plus, aux révisionnistes de Moscou. Car il existe un rapport étroit entre le développement des communes et la tension qui prévaut dans les relations sino-américaines durant tout l'été 1958 autour de Taïwan. D'autre part, il devient de plus en plus évident que l’affirmation d'une "voie chinoise" va de pair avec l’éclatement du conflit larvé avec l’URSS. En 1959, la rencontre entre Mao et Khrouchtchev est un échec qui prépare la rupture trois ans plus tard.

 

Exceptionnellement bonne, la récolte de 1958 renforce l'intoxication collective. Mais dès l'automne une autre réalité se fait jour. Les paysans épuisés n'ont ni le temps ni la force d’engranger les moissons. Elles pourrissent sur place. Mao, qui perçoit la fuite en avant et la manipulation des chiffres par les cadres locaux (l’évaluation de 45O millions de tonnes de récolte céréalière atteint dans les faits à peine la moitié), recommande alors la prudence : des rapports font remonter que la situation alimentaire dans certains villages est déjà dangereuse. Tacticien, le Grand Timonier quitte ses fonctions de président de la République au profit de Liu Shaoqi en avril 1959, Mais son pouvoir reste intact, il sera pourtant ébranlé en juillet, lorsqu’à la conférence de Lushan dans la province du Jiangxi. Le maréchal Peng Dehuai[4] ministre de la Défense, récuse la ligne maoïste et dénonce le pouvoir personnel. La riposte ne se fait pas attendre. Peng est destitué à l'automne et remplacé par Lin Piao. La Chine, qui subit encore la campagne antidroitière déclenchée à l'issue de la campagne des Cent fleurs, est sous le traumatisme de la répression (80% des cadres du Sichuan ont été sanctionnés) : aucune voix critique ne s'élèvera dans la prochaine période pour dénoncer l’insoutenable obstination de Mao. Le recentrage qui eût peut-être évité le pire envisagé avant Lushan ne résiste pas à l'humiliation de la critique portée par Peng.

 

Les surenchères, l'impréparation, le désordre et le fiasco statistique ont voué le Grand Bond à l'échec. Pourtant, souligne le sinologue Lucien Bianco, spécialiste de la paysannerie chinoise, il comportait des éléments pragmatiques (recours aux techniques intermédiaires, développement des petites industries rurales, utilisation d'une main-d’œuvre sous-employée durant la morte-saison) qui s'étaient révélés fructueux dans d’autres pays asiatiques. (paragraphe important, JPR)

 

La grande famine de Chine qui sévit à partir de 1959 jusqu'en 1962 en conséquence de cette politique était si inattendue que les spécialistes ont douté de son existence même. Ce n’est que dans le milieu des années 1980 que les premières estimations ont été révélées. Selon des statistiques officielles chinoises publiées en 1984, la population était d'environ 659 590 000 en 1961, soit environ 13 millions de personnes de moins qu'en 1959. Le taux de natalité est passé de 2,922 % en 1958 à 2,086% en 1960, tandis que le taux de mortalité est passé de 1,198% à 2,543 % entre ces mêmes dates. A titre de comparaison, entre 1962 et 1965, ces taux étaient respectivement de 4% et 1 % environ, Les chiffres du Bureau national des statistiques de Chine publiés en 1998 font état d'environ 22 millions de victimes. Aujourd'hui la surmortalité provoquée en trois ans est évaluée entre 20 et 40 millions.

 

Ces changements radicaux dans l'organisation de l'agriculture ont coïncidé avec des conditions météorologiques dramatiques. En juillet 1959, le Fleuve Jaune déborda et inonda la Chine orientale. Selon le Disaster Center (centre des catastrophes), cette catastrophe a fait 2 millions de morts directs, soit par l'inondation des récoltes ayant entraîné la famine, soit par noyades. Cette catastrophe est classée comme étant la 7e plus meurtrière du XX°siècle. En 1960, la sécheresse a affecté 55% des récoltes tandis qu'environ 60 % des récoltes n'ont pas reçu d'eau de pluie du tout. Le résultat du cumul de ces facteurs est que la production de céréales en Chine diminua de 15% en 1959. En 1960, elle était à 70% de son niveau de 1958. Mais il faudra attendre deux ans pour que des réajustements interviennent (à l'initiative de Liu Shishi et de Deng Xiaoping, entre autres ...), comme l'autorisation donnée aux paysans d'avoir un petit commerce local, de cultiver autre chose que du grain, d'avoir un lopin de terre privé. Tout ce qui avait été interdit pendant la collectivisation de 1958 commence à être de nouveau autorisé. L’heure revient au pragmatisme, comme l'illustre bien une citation de Deng Xiaoping en 1962 : "Si elle augmente la production, l'agriculture privée est tolérable. Peu importe que le chat soit noir ou blanc pourvu qu'il attrape des souris".

Il a fallu plus de cinq ans pour réparer les dégâts causés alors que se profile la seconde grande tragédie du maoïsme: la Révolution culturelle. Jusqu'à la moitié des années 1960, un consensus à la direction du Parti admet la rationalité de l'économie sur la lutte des classes et le volontarisme. Mais Mao fourbit ses armes contre ces "révisionnistes" qui seront les prochaines cibles des gardes rouges.

 

HUMANITE Dimanche n°326, du 30 août au 5 septembre 2012.

 

 



[1] L’ouvrage, publié fin 2008 à Hongkong, n'est pas autorisé en Chine continentale, mais circule sous le manteau.

[2] « Le Singe et le Tigre. Mao un destin chinois», d'Alain Roux. Larousse, 2009.

[3] Idem.

[4] Il le paiera vraiment pendant la révolution culturelle (1966-1976).

Comments