Articles‎ > ‎7. Histoire d'ailleurs‎ > ‎Allemagne‎ > ‎

à propos de "l'apocalypse Hitler".

publié le 12 oct. 2012 à 08:14 par Jean-Pierre Rissoan   [ mis à jour : 18 mars 2016 à 08:09 ]
  Cette émission ne manque pas d’intérêt. Il y a là une succession impressionnante d’extraits de films documentaires d’époque, la plupart inédits. Était-il nécessaire de les coloriser ? J’y vois une concession à l’exigence d’audience car on sait que beaucoup de spectateurs ne veulent plus voir du « noir et blanc », il faut de la couleur. Passons.

    Je crois comprendre que l’idée des auteurs est d’analyser autant que faire se peut la personnalité d’Hitler pour tâcher d’appréhender ce phénomène si dramatique : comment un homme a-t-il pu entraîner tout une nation, tout un peuple derrière lui pour conduire l’humanité au désastre. La présence d’un psychiatre dans le débat de conclusion n’annonçait rien de bon à mes yeux. Le danger est grand d’expliquer les faits historiques par la psychologie des personnages et de négliger dès lors le rôle des données structurelles.

    Concernant l’ascension d’Hitler, il faut bien voir que l’exigence d’un pouvoir autoritaire était exprimée dès après le déclenchement de la Crise mondiale en Allemagne par le patronat allemand. En septembre 1929, lors d’une assemblée patronale, le président des industries saxonnes avait exprimé ses desideratas :

«Pour réaliser ce qui a été exigé aujourd'hui par messieurs les rapporteurs, il faut un gouvernement fort et durable, qui soit décidé sérieusement à intervenir. Or "fort" et "durable" ne sont pas les qualités du pouvoir d'État en Allemagne parce que l'on confond chez nous démocratie avec domination des partis...[1] Si le Parlement n'est pas à la hauteur de sa tâche, s'il n'est pas capable de l'accomplir, alors il n'y a pas d'autre issue que de se placer sur le terrain des décrets-lois… ».

    Le chancelier Brüning n’y alla pas par quatre chemins :

« C'est la dernière tentative pour gouverner avec ce Reichstag. Si le gouvernement devait être l'objet d'un vote de défiance, les députés seraient renvoyés chez eux et nous gouvernerions en vertu de l'article 48 (c'est-à-dire par décrets-lois -ou ordonnances, JPR)».

    C’était en 1930 et effectivement après un vote défavorable du Reichstag, Hindenburg appliqua l’article 48 de la constitution de Weimar qui permet au président du Reich de gouverner par décrets-lois c’est-à-dire sans vote des députés. Le patronat exige, avec l’aggravation de la crise, des gouvernements de techniciens, des gouvernements stables, débarrassés des vicissitudes parlementaires. Et il obtient satisfaction.

"En 1930, le pouvoir législatif appartient encore au Parlement ; peu à peu le pouvoir exécutif se l'arroge. En 1930, le Reichstag a voté 98 lois et accepté 5 ordonnances ; en 1931, lois et décrets-lois s'équilibrent presque encore - 34 lois contre 44 ordonnances. En 1932, sous Papen et Schleicher, 5 lois seulement ont été élaborées par le Parlement ; 66 ordonnances lui ont été imposées" (Gilbert Badia).


    Quand on a étudié, fût-ce rapidement comme je l’ai fait, l’histoire allemande de cette période, on ne peut que se fondre dans l’affirmation d’Enrique LEON, spécialiste de cette période, qui écrit : "L'histoire sans Hitler n'eût pas été radicalement autre, mais résolument différente. On comprend à la lecture de l'ouvrage (d’Ian Kershaw) que sans le nazisme et son chef, l'Allemagne weimarienne se serait de toute façon sabordée pour accoucher d'une dictature d'un autre type, un régime autoritaire conservateur fondé sur le pouvoir militaire, une Allemagne aux dimensions idéologiques de la Prusse"[2]. C’est à ce niveau qu’intervient le rôle personnel d’Hitler et le rôle de ses S.A. et de son parti nazi.


    De même, pour comprendre le rôle des masses et leur soumission progressive à l’idéologie hitlérienne, toute l’épaisseur historique des siècles précédents est évacuée par les auteurs de l’émission. Joseph Dresch, recteur de l’université de Strasbourg, germaniste, écrivait en 1945 : "Voici comment le correspondant du Temps, à Rome, relate l'anniversaire de la prise du pouvoir par Hitler, célébrée par les journaux fascistes le 30 janvier 1938 : "le succès de Hitler était absolument certain et fatal, parce que le national-socialisme est virtuellement dans le sang de tous les Allemands. L'hitlérisme continue le mouvement du Sturm und drang, le romantisme allemand, Herder, Fichte, Hegel, l’école historique du dix-neuvième siècle, le pangermanisme, la pensée de Nietzsche, la pensée nationaliste de l’après-guerre. Entre toutes ces manifestations, déclare le journal Régime fascista, il n'y a aucune solution de continuité""[3].

    "Certain", "fatal", "sang de tous les Allemands" tout cela est à rejeter. Il n’y a pas de fatalité en Histoire, et des millions d’Allemands eurent le courage de voter communiste, en mars 1933, dans un État sur lequel les nazis avaient déjà fait main basse. En revanche, on ne peut nier une incontestable continuité de nombreux thèmes traditionalistes dans les esprits, continuité rendue possible par l’échec de toutes les tentatives révolutionnaires dans ce pays. Le livre d’Heinrich Mann, Le Sujet de l'Empereur (en allemand Der Untertan), écrit avant août 1914, est un extraordinaire portrait de l’Allemand moyen -Herr omnes comme disait Luther, autre grand absent de l’émission - complètement imbibé par l’idéologie impériale, militariste, traditionaliste, etc…sans aucune personnalité et esprit critique. Il ne faut pas s’étonner si, après le désastre moral de 1914-1918, ces individus suivent les vociférations hitlériennes.

    C’est le danger que je vois -avec d’autres- naître avec ce retour à l’histoire des « grands hommes ». Des facteurs conjoncturels seront mis en avant et des données tout à fait fondamentales seront éclipsées comme l’importance du prussianisme par exemple.

 lire aussi sur ce site :

LES DAMNES DE L. VISCONTI, Nazisme, communisme, révisionnisme…

et aussi : Weimar : ni révolution, ni république... (atlas)



[1] Dans l’émission, précisément, on a pu entendre Hitler lors d’un discours annoncer « nous supprimerons tous les partis »…

[2] I. KERSHAW, Hitler, t.1 : 1889-1936, Hubris ; t.2 : 1936-1945, Nemesis, Flammarion, P., 1999/2000 cité par Enrique LEON, conférence du 7 mars 2001.

[3] Cité par Joseph DRESCH, « De la révolution française à la révolution hitlérienne ». Sur ce thème de la continuité, on peut lire quelques fortes pages dans GODECHOT Les contre-révolutionnaires allemands, pp.113-131 de son livre « la Contre-révolution ». .

Comments