Articles‎ > ‎3. Analyses politiques‎ > ‎

Pour quoi votent les écolos ?

publié le 5 mai 2012 à 01:37 par Jean-Pierre Rissoan
publié le 23 juin 2011 19:41 par Jean-Pierre Rissoan   [ mis à jour : 1 juil. 2011 14:41 ]
  23/03/2011  

Les candidats Europe-Ecologie-Les Verts (EELV) font parler d’eux parce qu’ils contreviennent allègrement à la loi républicaine - non écrite- qui exige moralement de se retirer devant le candidat républicain arrivé en tête au premier tour. Si deux candidats de gauche arrivés en tête se retrouvent qualifiés pour le second tour, celui qui est arrivé second se retire et, en effet, cela s’est souvent produit, il ne reste plus qu’un candidat de gauche qui obtient 100% des exprimés au second tour[1].

« S’il n’y a pas de risque à droite, c’est aux électeurs de décider » dit Duflot. Il y a là, au mieux, une naïveté burlesque. Les électeurs de droite et d’extrême-droite resteront-ils sagement chez eux, laissant le peuple de Gauche -comme disait Mitterrand- laver son linge sale en famille ? C’est en réalité, laisser les électeurs de droite choisir leur candidat de gauche. Le PCF était bien placé pour saisir cette manœuvre. Entre le PS et le PC, la droite choisissait toujours le PS. C’était le cas en Haute-Vienne, dans le Cher, etc…ne parlons pas du Pas-de-Calais…ou des Bouches-du-Rhône. Sous ce discours libertaire "c’est aux électeurs de décider" se dissimule l’acceptation d’une manœuvre-manipulation. La dernière en date a eu lieu à Montreuil, municipalité communiste depuis des lustres, prise par la liste Voynet (EELV) seule face à la liste d’union de la Gauche conduite par J.-M. Brard et élue grâce aux voix de droite et d’extrême-droite, trop heureuses de se débarrasser d’une municipalité communiste.

« Nous n’avons pas la culture du désistement républicain » déclare un certain J.-M. Brulé des EELV.. Disons plus directement qu’ils n’ont pas de culture politique du tout (dans le meilleur des cas).

Un autre EELV, Mickaël Marie, proclame tout aussi légèrement : « Ce sont des voix qu’on a obtenues à la loyale. Il n’y a pas de raison de dire "on ne joue plus au second tour" et de laisser élire un PS à 100% des voix ». Que les voix aient été obtenues loyalement au premier tour, sans doute, mais pas au second ! Les voix de second tour viendront pour partie de la droite. C’est évident.

D’ailleurs, les écolos n’ignorent pas d’où vient leur électorat.

Voici mon échantillon de communes classées comme "les plus riches de France" par le journal L’Express après une enquête que j’ai évoquée dans un autre article[2]. J’ai enlevé les communes qui n’étaient pas concernées par les cantonales de ce mois de mars 2011. J’ai rappelé, dans les dernières colonnes du tableau, les scores obtenus par EELV -toujours par rapport aux inscrits - lors des régionales 2010 où les votants furent bien plus nombreux ainsi que le rang gagné par ces listes.

Je complète mon texte avec ces mots glanés sur le Progrès de Lyon, ce matin-même. C’est l’excellent Stéphane Rozès (CAP conseil), souvent présent lors des soirées électorales, qui parle : socialistes et communistes "redoutent que le vote écologique deviennent l’objet d’un vote stratégique d’une partie de la droite, pour faire vaciller les bastions de gauche". Au sujet du vote stratégique, lire mon récent article "le F.N. et le vote stratégique des riches". Le politologue conclut en disant que les écologistes "veulent le beurre et l’argent du beurre".

 

Tableau

Vote des communes du Gotha aux cantonales et régionales.

(par rapport aux inscrits)

 

Sociologie

1999

2011 en % des inscrits

2010 %ins.

communes

BP

SM

€/hab.

Vot.

UMP

EEV

cl.

EEV

cl.

Lyon VI°

45,2

27,4

X

37,5

ns

4,0

ns

 7,1

Marnes-la-Coquette

57,7

24,6

38579

55,0

41,1

2,9

4

 7,3

Neuilly-sur-Seine

62,3

21,6

36924

41,1

ns

1,7

5

 3,9

Fourqueux (78)

56,5

20,3

33886

42,1

21,9

5,5

2

 8,6

Le Vésinet

55,8

22,2

34196

36,6

18,1

5,0

2

 6,7

Vaucresson 92

53,1

24,9

33808

36,1

18,1

4,3

4

 6,7

Ville d'Avray

57,3

23,9

32859

42,0

18,9

6,2

3

 9,2

Les Loges-en-Josas

55,1

18,1

32587

41,6

10,9

6,8

2

12,8

Veyrier-du-Lac

51,8

29,1

30205

37,5

21,4

4,8

3

 5,9

St Clément de R. 34

54,5

20,1

27946

47,0

18,4

12,2

2

 6,1

St Martin-du-V. 76

45,1

25,3

27874

42,2

ns

4,5

ns

 5,5

Charbonnières 69

48,9

25,9

27571

39,7

20,2

4,8

3

 6,7

Gruson 59

47,1

27,9

27481

53,1

26,8

5,8

4

 6,6

Daix 21

41,6

25,3

27310

41,4

19,3

2,0*

3

 5,7

Auzeville-Tolosane

52,4

22,2

27309

50,3

13,9

10,4

3

11,8

Menthon St B. 74

48,6

23,8

27272

47,3

30,4

6,2

2

 9,2

Lompret 59

46,1

26,9

26357

65,1

43,8

abs

-

 8,6

France

19,7

54,4

15849

45,5

08,3

3,6

5

 5,4

Vaulx-en-Velin

09,9

73,6

09714

27,4

01,9

01,8

6

 3,1

Sources : L’Express, ministère de l’Intérieur, recensement INSEE.

BP = bourgeoise patronale ; SM = salariat modeste (appellation INSEE, employés + ouvriers)

*Daix = il y avait un autre candidat écologiste.  Ns = non significatif (plusieurs listes du même camp).

 

On aura évidemment jeté un œil sur le comportement électoral du salariat modeste de Vaulx-en-Velin, signalée par L’Express comme la commune la plus pauvre de Rhône-Alpes. Les électeurs -bien peu nombreux- vaudois ont placé la liste EELV en dernière position avec, aux cantonales, un score inférieur de moitié à la moyenne nationale. Le vote des communes huppées est considérablement plus élevé. L’écologie ça doit faire chic pour ces gens-là, ça donne un genre, ça fait "branché"... 

Les écologistes authentiquement de gauche ont rejoint les rangs de Martine Billard (PG) ou bien les Rouges&Verts de la FASE.

Laisser la droite arbitrer un duel gauche-écologiste, cela n’a rien à voir avec une attitude responsable, avec la tradition républicaine. Cela introduit un ferment de discorde face à un FN que l’on déclare menaçant par ailleurs, face à une UMP moribonde à qui cela redonne du souffle.

C’est lamentable.

N.B. dans un autre ordre d’idée, on a observé le score élevé obtenu par l’UMP dans ces communes, score qu’il faut comparer à la moyenne nationale de 8,3% des inscrits. Pour l’instant, la BP ne lâche pas le « président des riches » (Pinçon-Charlot). C’est pour ce dernier, le dernier carré.



[1] La droite pratique de la même façon.

[2] Voir l’article « qui vote écolo ? » d’avril 2010 (archives). 

Commentaires

Comments