Articles‎ > ‎3. Analyses politiques‎ > ‎

Le MODEM va-t-il disparaître ?

publié le 22 juin 2012 à 14:32 par Jean-Pierre Rissoan

On ne peut tout de même pas faire comme si la disparition du MODEM était un fait mineur. C’est au contraire grave pour notre démocratie parlementaire. C’est la question de la présence d’un courant chrétien républicain et humaniste qui est posée. Ce courant, pour s’en tenir à l’après-deuxième guerre mondiale, est né de la résistance de chrétiens courageux, le plus souvent en opposition à une hiérarchie catholique qui diffusait la consigne d’obéir à l’obligation du STO. Bref, en 1945, est créé le Mouvement républicain populaire (MRP) qui organisa cette sensibilité politique. De fil en aiguille, le MRP s’est transformé en CDS puis en CD etc… Mais ce courant a toujours existé.

Aujourd’hui, faute d’alliés, ses candidats se retrouvent minoritaires dans le cadre du scrutin uninominal majoritaire à deux tours.

 

Qui t’as fait roi ?

Certains croiront se consoler en disant qu’il existera un groupe parlementaire du Nouveau Centre (NC). Mais le Nouveau Centre n’a de députés que parce que l’UMP le veut bien ; L’UMP ne présente pas de candidat et la droite se concentre sur ce candidat, sachant bien que si le député NC est élu, il respectera l’obligation de ne rien faire qui puisse contrecarrer les volontés de l’UMP. Le NC est un satellite de l’UMP comme EELV en est un du Parti socialiste.

Il y a deux ou trois ans, le président du Conseil général du Rhône, Michel Mercier, était trésorier du MODEM de F. Bayrou. On pensait qu’il allait rester fidèle à sa vocation. Mais la majorité centriste du Rhône devait ses sièges, dans la grande majorité des cas, soit à l’absence de concurrents UMP, soit au désistement UMP au second tour. Mr Mercier a vite fait son calcul, sans le parti majoritaire de la Droite, il n’est rien, il n’a pas de majorité. Et, finalement, il a rejoint le gouvernement de Mr Sarkozy et lâché M. Bayrou.

Coincé entre la Droite -fût-elle NC- et le PS, le MODEM n’a plus de place.

Il est clair que seul le scrutin proportionnel peut permettre la représentation d’un authentique courant centriste indépendant de l’UMP.

Je sais bien les discussions que peut susciter l’emploi du mot "centre". Mr Bayrou avec son européisme systémique et sa dévotion au thème du remboursement de la dette quel qu’en soit le coût social n’est pas un homme de gauche et il est, en réalité, de la droite modérée. Mais ici peu importe. Ne chicanons pas.

Un courant représentant les chrétiens républicains est essentiel à la France démocratique.

 

Le PS a promis une réforme électorale qui fera une place à la représentation  proportionnelle, nous l’attendrons sur ce point.

 

    

Comments