Primaires socialistes : géographie électorale (cas du Rhône)

publié le 27 févr. 2012 à 13:04 par Jean-Pierre Rissoan
publié le 10 oct. 2011 16:32 par Jean-Pierre Rissoan   [ mis à jour : 13 oct. 2011 15:39 ]     

        Dans quelle mesure les adhérents et les sympathisants d’un parti reflètent-ils la population générale de leur localité ? Quand on est « socialiste » dans les Monts d’Or lyonnais, l’est-on de la même manière qu’à Lyon ou à Vaulx-en-Velin ? Le journal LE PROGRES de Lyon publie les résultats de la primaire citoyenne dans les bureaux du département -sauf deux. Voici les premiers enseignements que je puis en tirer parce qu’ils sautent aux yeux. Mais pour cela, il faut lire l’article Riches et pauvres : comportement politique dans le Rhône. Chaque sous-région du département est présentée selon une analyse multi-critères.

    J’y écris ceci : « Le canton de Limonest représente la vieille banlieue bourgeoise. Celui d’Ecully est de la même veine. Ce sont les ghettos du Gotha. La ville de Lyon aurait mérité une analyse par arrondissement mais une analyse globale n’est pas inintéressante et avec ses arrondissements ouvriers (VIII° et IX°) ou très huppés (II°, VI°), c’est au final une ville équilibrée, pour l’instant. Meyzieu a été choisie comme canton type de l’Est lyonnais. Encore très ouvrier, la part des professions intermédiaires y est très élevée. Et le taux de bourgeoisie patronale est le même que celui du pays tout entier. Thizy est un canton du beaujolais "vert", celui des sapins. Tourné vers la Loire, il relevait des régions d’industrie diffuse, avec prolifération des PME/PMI du textile. Frappé de plein fouet par la crise qui perdure, sa démographie est déclinante. Vaugneray est le type même du canton du péri-urbain, de la rurbanisation, etc… les villas y poussent comme des champignons. Vénissieux, fief de l’industrie automobile, a une sociologie déséquilibrée ».

    Pour ce qui concerne les cantons "montagnards" du type Thizy : ce sont des départements qui votent très à droite et même maintenant à l’extrême-droite. L’électorat de la primaire socialiste a été visiblement très sensible au thème de la « démondialisation ». Le libre-échange sauvage a détruit les industries diffuses de ces montagnes. Aussi bien, Arnaud Montebourg obtient 26,4% au bureau de Cours-la-ville (qui comprend Amplepuis et Thizy) ; 29,7% au bureau de Beaujeu qui concernait tout le canton de Monsols, les communes boisées du canton, mais aussi les crus du Beaujolais. Montebourg est en tête[1] au bureau de Ranchal (canton de Lamure sur Azergues) avec 29,1%. En tête également au bureau de Montrottier concernant le canton de St-Laurent-de-Chamousset avec 29,6%. Le canton de St-Symphorien-sur-Coise appartenant à cette sous-région fait exception : il n’y obtient que 14,4%[2].   

    Pour ce qui concerne les cantons de la vieille bourgeoisie lyonnaise. Militants, sympathisants et électeurs socialistes ont été sensibles aux thèses centristes de Manuel Valls. Ce candidat droitier obtient 11,3% à Limonest, 17,4% à S-Cyr et St-Didier-au-Mont-d’Or, 14,6% à Ecully(3), 9,1 à Tassin. Dans ces quatre cantons, François Hollande obtient respectivement 36,8 , 36 , 41,2 et 34,4%.

    Pour les cantons d’industrialisation ancienne. Arnaud Montebourg obtient 24,8% à Givors, 26,2 à Villefranche-sur-Saône, et, banlieue de Lyon, 21,9% à Pierre-Bénite, 21,2 à Vénissieux, 21,4 à Oullins. Mais il n’obtient que 15,2% à Vaulx-en-Velin. Les observateurs ont souvent évoqué l’impact de Ségolène Royal dans "les banlieues". Cela se vérifie parfois comme à Vaulx-en-Velin justement, où cette candidate obtient 14,8%. Elle obtient presque 10% à Givors, 8,8 à Pierre-Bénite…

    Pour ce qui concerne la ville de Lyon. On sait que le maire était farouchement partisan de DSK, affirmant qu’il serait candidat si ce dernier ne l’était pas. Finalement il a opté pour F. Hollande. Mais au grand dam de Mr le maire, les électeurs de cette primaire citoyenne ont placé en tête Martine Aubry. Cette dernière creuse l’écart avec F. Hollande de façon décisive dans les 1er et 4° arrondissements. Elle est également première dans le 7°. Partout ailleurs, Hollande est en tête mais son avance est trop juste pour compenser ce qu’il perd par ailleurs. Dans les très bourgeois arrondissements des 2° et 6°, M. Valls obtient 8,7 et 10%. Comme pour les bureaux sis dans les communes de vieille bourgeoisie, il faut lire ici l’impact de l’idéologie de la droite sur les adhérents et électeurs socialistes. Sur l’ensemble de la ville, Montebourg obtient un pourcentage inférieur à celui qu’il obtient dans le département et qui très élevé : 20%.

    La « sous-région » du péri-urbain. Il s’agit des communes de l’ouest lyonnais où s’installent les navetteurs qui vont travailler à Lyon chaque jour. Bourgeoisie et petite bourgeoisie des villas. On sait que N. Sarkozy obtint ici de très gros scores. Il semble qu’il y a là deux strates de population : celle dont je viens de parler où le PS semble peu influent et celle qui préexistait à l’invasion actuelle : paysans, ouvriers-paysans, ouvriers d’industrie (Renault à l’Arbresle par exemple). Les résultats de la primaire donnent en effet les chiffres suivants : 24,6% pour Montebourg au bureau du Bois d’Oingt -26,7% à Hollande- 28,8% à celui de Chessy (canton du Bois d’Oingt), 21,7¨% à l’Arbresle. Dans les trois bureaux installés dans le canton de Mornant, A. Montebourg obtient 23,6%. A Vaugneray -bureau de Grézieu-la-varenne - le candidat de la gauche du PS obtient 20,7%.

Il reste les cantons de l’Est lyonnais. Les résultats cumulés de ces cantons (6016 exprimés à Décines, Meyzieu[4], St-Symphorien d’Ozon, St-Priest) indiquent une tendance proche de la tendance nationale. F. Hollande « fait » 1 point de moins ainsi que M. Aubry (à 29,1%). Arnaud Montebourg fait plus de 2% que sa moyenne nationale : 19,2%. Si comme le fait le journal Le Monde on ajoute les voix Aubry-Montebourg, on a 48,3%. C’est plus qu’au plan national. Ces électeurs de l’Est ne sont pas de la gauche "molle" pour reprendre un terme qui risque de faire fortune. Il est vrai que le score obtenu dans ces cantons par le FN montre que les habitants de l’Est lyonnais subissent la crise et la vivent plus mal qu’ailleurs. Raison de plus pour ne pas les décevoir.



[1] A égalité avec F. Hollande.

[2] Là, c’est M. Aubry qui « fait un tabac » avec 46,6%. Le canton de St-Symphorien-sur-Coise comptait un second bureau (St-Martin-en-haut) où les résultats sont identiques : 15,9% à Montebourg et 46,6% à Aubry.

(3) Ce sont ses meilleurs scores dans le Rhône (moyenne de 6,9). Le pire score de Valls est obtenu à Vaulx-en-Velin, ville la plus pauvre de la Région : 2,8%. 

(4) Il me manque 1 des 2 bureaux de Meyzieu.

Comments