Le Pays Haut lorrain rouge en bas...

publié le 17 juin 2012 à 06:03 par Jean-Pierre Rissoan   [ mis à jour : 28 déc. 2014 à 14:50 ]


    J’avais en leur temps donné les résultats des élections cantonales convoquées en 2011 pour les cantons renouvelables du Haut Pays lorrain. Lien : PCF ET OUVRIERS : VIVE LE PAYS HAUT ! Ces élections furent excellentes pour le PCF, très bien implanté dans cette partie de la Lorraine sidérurgique. Cela s’est-il traduit, un an après, lors de l’échéance 2012 ?

    Dans le tableau qui suit, la colonne 5 indique la couleur politique du conseiller général (CG) du canton de la colonne 1. La Troisième circonscription législative du département de Meurthe&Moselle est constituée de sept cantons : sur les sept, cinq ont élu un conseiller général PCF-Front de Gauche soit en 2008 soit en 2011. Cette circonscription, en juin 2012, n’aurait pas dû échapper au PCF-FG ! Mais cela est une réflexion désuète : aujourd’hui, c’est le chaos électoral comme dit le SEVIPOF et les électeurs votent capricieusement selon les élections.

    En 2008 et 2011, sur les sept cantons, le PCF n’a pas présenté de candidat à Longwy et à Longuyon. Le PS était présent en tant que tel à Longwy en 2008.

    Dans 5 cantons, il y eut compétition entre le PC et le PS et il est donc possible d’évaluer, grosso modo, les influences respectives de ces deux partis aux cantonales. Je préfère écrire "influence" plutôt que "total" car j’ajoute des voix obtenues en 2008 et en 2011 alors que, forcément, le contexte n’est pas tout à fait le même. Quoiqu’il en soit, les colonnes 3 et 4 indiquent les voix obtenues par les candidats PC et PS et l’on constate que le PCF a une influence deux fois plus élevée que celle du PS (13226 vs 6498). En 2008, le candidat communiste à Briey fut élu dès le 1er tour. En 2011, toujours au 1er tour, le candidat communiste à Herserange obtient plus de 62% des suffrages exprimés mais il n’est pas élu immédiatement : il n’a pas obtenu les suffrages du quart des électeurs inscrits. Titre du RÉPUBLICAIN LORRAIN, en "une", le 21 mars 2011 : «Les bastions rouges résistent».

    Mais il s’agit d’une influence locale. La preuve : le PCF obtient plus de voix sur les 5 cantons (2008 et 2011) où il présentait un candidat (col.3) que dans la circonscription (colonne 6) où il était évidemment présent partout : 13226 au lieu de 11588 ! Illustration en est donnée par le résultat du canton de Mont-Saint-Martin. Le candidat PC-FG aux législatives est Serge de Carli, maire et conseiller général de Mt-St-Martin : il obtint 3390 voix au 1er tour de la cantonale en 2008 mais n’en obtient que 1662 lors de la législative en 2012. Effet "vote utile" : on vote pour le candidat du président, devenu candidat officiel avec ce système désastreux de la V° république qui aggrave la "servitude volontaire".

 

 

1

2

3

4

5

6

7

8

9

 

Insc.*

PC/CG

PS/CG

CG

P/FG

P/PS

L/PC

L/PS

Audun 11

15280

1754

1677

PCF

2235

3304

 

 

Briey 08

12095

4055

1055

PCF

1675

2707

 

 

Herserange 11

11911

2206

779

PCF

2043

2684

 

 

Longuyon 08

10525

-

-

Dvd

933

1873

 

 

Longwy 08

8268

Dvg

227

Dvg

966

1964

524

1742

Mt-St-Martin 08

13841

3390

1477

PCF

1662

3104

 

 

Villerupt 11

11074

1821

1283

PCF

2074

2344

 

 

Influence

82994

13226

6498

 

11588

17980

7555

16255

% exp.

 

 

 

 

18,31%

28,41%

18,37%

39,52%

* en 2012, 1er t. de la présidentielle ; PC/CG =  voix au 1er tour cantonale (2008 ou 2011 selon les cas)

Sources : Ministère de l’intérieur, Est républicain, Républicain lorrain.

Longuyon : divers gauche contre DVD ; DVD élu au 1er tour. Sarkozy en tête du 1er tour en 2012.

Longwy : DVG élu contre UMP au 2ème tour (2008).

 

Les élections de 2012

    Lors de l’élection présidentielle, Le Front de Gauche (Jean-Luc Mélenchon) obtient un score, somme toute, très honorable. Sur les sept cantons, 11588 voix soit 18,3% des suffrages exprimés se concentrent sur son nom. C’est beaucoup plus que la moyenne départementale : 12,06% et nationale : 11,6%. Soit presque 14% des électeurs inscrits.

    C’est beaucoup plus, également, que le score cumulé de M.-G. Buffet (PCF) et Bové (Altermondialiste) en 2007, comme l’indique le tableau suivant :

 

 

2007

2012

 

Buffet

Bové

Mélenchon

Audun 11

662

131

2235

Briey 08

454

119

1675

Herserange 11

705

105

2043

Longuyon 08

149

83

933

Longwy 08

236

82

966

Mt-St-Martin 08

278

113

1662

Villerupt 11

806

120

2074

Influence

4043

11588

 

    C’est cependant insuffisant et J.-L. Mélenchon se trouve assez loin derrière Hollande qui frôle son score national avec 28,4% (colonne 7 du 1er tableau). Par rapport à ses forces cantonales (col.4), le PS les multiplie par trois (2,8 exactement) lors de la présidentielle. D’où viennent-elles ? D’abord de la participation électorale, sans commune mesure entre les cantonales et la présidentielle. 30% de participation supplémentaire apportent 25.000 voix. Ensuite de la fonte des scores Sarkozy et Bayrou.

 

 

Sarkozy

Bayrou

 

07

12

07

12

Audun 11

2689

2000

1713

683

Briey 08

2194

1719

1490

614

Herserange 11

2334

1570

1270

464

Longuyon 08

2723

2218

1342

632

Longwy 08

1808

1202

1010

364

Mt-St-Martin 08

3073

2372

1701

792

Villerupt 11

2083

1571

1297

518

Totaux

16904

12652

9823

4067

Fonte électorale

- 4252

- 5756

 Sources : établi à partir des chiffres fournis par le Républicain lorrain.

 

    Beaucoup de ces voix sont allées sur le vote FN - surtout celles de 2007 concernant Sarkozy - lequel FN gagne 5500 voix environ dans cette 3° circonscription du Pays Haut. Les voix Bayrou de 2007 abondent le score du PS.

    Au total, les électeurs votent bel et bien "national". J.-L. Mélenchon a superbement redressé la tendance qui inclinait à ne plus voter pour la gauche radicale lors de la présidentielle. Malgré tout, dans ces fiefs du parti communiste on ne croit pas, on ne croit plus (?) que le candidat de la gauche révolutionnaire puisse être présent au second tour de la présidentielle. Les électeurs en votant "utile" pour Hollande et en votant LePen -qui arrive 2ème dans cette circonscription[1]- montrent qu’ils espèrent de nouveaux choix nationaux. C’est encore plus vrai aux élections législatives mais, alors, on tient compte du résultat du second tour présidentiel.

 Dans cette 3ème circonscription, le PCF-FG présente un "notable" : Serge de Carli, maire et conseiller général de Mt-St-Martin. A 165 voix près, il pouvait arriver second devant l’UMP. Il conserve l’influence constatée à la présidentielle : 18,37% des suffrages exprimés mais il perd beaucoup de voix (col. 8 du premier tableau[1]). En revanche, le candidat du PS conserve, grosso modo, le même nombre de voix ce qui, l’abstention étant très élevée (presque 50% !), lui fait faire un bond en pourcentage : 39,5 soit +11 points par rapport à la présidentielle (col. 9). Est-ce que les électeurs se sont habitués à voir élire le candidat du président fraichement élu et juge non nécessaire de remplir leur devoir électoral ?Dans ces conditions, Serge de Carli peut difficilement espérer être en tête de la gauche.

    Ce vote utile affecte également le FN qui perd 7300 voix entre le 27 avril et ce 1er tour des législatives 2012 et 10%... Par rapport à la circonscription de 2007 -ce n’est pas tout à fait la même car il y eut re-découpage- l’UMP s’effondre de 43,4% à 18,8. Opportunisme électoral.

    Prenons le canton de Longuyon. C’est un canton conservateur qui a un conseiller général Divers Droite, qui a voté Sarkozy à hauteur de 53% le 6 mai après avoir donné 25% à LePen le 27 avril. Au 1er tour de la législative, il place le candidat socialiste devant l’UMP (2045 v. contre 1586).

    Cela me rappelle aussi, un mot célèbre d’un élu corrézien, Henri Queuille je crois, : « la Corrèze est trop pauvre pour rester éternellement dans l’opposition ». Soyons donc du bon côté du manche. 

    Ce système de la V° république ne favorise pas l’expression au parlement des voix "d’en-bas" puisque le candidat quasi officiel s’engage publiquement à appliquer le programme du président. La présidentialisation outrée du régime n’est pas bonne pour la démocratie.



 




[1] Avec 13653 voix.

[2] Mes sources ne donnent pas les résultats par canton sauf pour Briey qui est une ville-canton, on peut y lire le même phénomène qu’à l’échelle de la circonscription : une baisse en voix beaucoup plus importante pour le PC que pour le PS. Or, dans cette ville-canton, on l’a vu, le candidat communiste fut élu au 1er tour lors de la cantonale 2008. 

Comments