Articles‎ > ‎1. Analyses électorales‎ > ‎Bourgogne‎ > ‎

L’YONNE, sens SUD-EST : le réflexe républicain

publié le 25 juin 2011 à 00:00 par Jean-Pierre Rissoan   [ mis à jour : 23 janv. 2017 à 09:05 ]
  28/03/2011  

    La bataille électorale dans le canton icaunais de Sens-sud-est a été stupéfiante. Les résultats du premier tour se présentèrent de la manière suivante :

Inscrits

ANBl.

PCF

EELV

DVD

UMP

FN

11331

65,2%

8,66

3,18

7,84

6,42

8,66

Source : ministère de l’intérieur.

 

    Le candidat communiste et le candidat FN obtiennent exactement le même nombre de voix : 982 ! Ils seront donc présents face à  face au second tour. La gauche (PC + EELV), avec 11,84 des inscrits ne pèse pas lourd face à l’ensemble des voix de droite et extrême-droite : 22,92%. Un rapport de forces de 1 à 2.

    Certes, le candidat communiste, A. Ladrange, est conseiller général sortant. C’est sans doute pour cette raison que le PS n’a pas présenté de candidat contre lui. Certes aussi, la gauche fut majoritaire dans ce canton, l’an dernier, aux élections régionales. Mais ce fut avec une majorité relative : 45%, la droite obtenant 40% et le FN, 15%. Ajoutons que Ladrange fut élu en 2004 grâce à une triangulaire. Il obtint 40,5% contre 37,8 au candidat UMP et 21,8 au FN.

    Bref, les choses se présentent fort mal pour Alain Ladrange. Ce canton est un canton de salariat modeste : 58% au recensement INSEE de 2006. On peut dire toutefois que sa part relative baisse -elle était de 60% au recensement de 1999-. De même, la part des professions intermédiaires -très sensibles aux thèses du FN- et celle de la Bourgeoisie patronale augmentent. Cela n’est pas bon non plus pour le candidat communiste. Mais la politique n’est pas une mécanique prévisible.

    L’Yonne va-t-elle élire un conseiller général FN ?

Le second tour.

    Ce face à face inattendu mobilise un peu plus les électeurs et le pourcentage de votants passe de 35,77 à 38,63 soit 325 voix supplémentaires.

    Les voix disponibles[1] pour les deux candidats se montent à 361 v. de gauche, 1617 v. à droite et 325 votants supplémentaires ; soit 2302 voix. Comment se sont-elles réparties ?

    Le candidat communiste en obtient 1174, le FN 747 et le nombre de bulletins nuls et blancs s’accroit de 381.

    Au final, le candidat communiste est réélu avec 2156 voix (55,5% des exprimés), le FN est battu avec 1729 voix soit 427 d’écart au lieu de zéro au soir du premier tour.

    Compte tenu de cette analyse il est évident que Ladrange doit son élection au FRONT RÉPUBLICAIN qui a bien fonctionné. De nombreux électeurs de droite ont rejeté le FN et ont voté communiste.

    L’Yonne mérite le titre de son journal : c’est l’Yonne républicaine !  


[1] Voir l’article n°2 sur le CHER. 

Commentaires


Comments