Articles‎ > ‎9.Vie éco & sociale‎ > ‎Mondialisation‎ > ‎

MAIS QUI SONT LES AGENTS DES MARCHES FINANCIERS ?

publié le 22 févr. 2013 à 01:18 par Jean-Pierre Rissoan   [ mis à jour : 22 févr. 2013 à 01:48 ]
publié le 15 nov. 2011 18:30 par Jean-Pierre Rissoan   [ mis à jour : 21 nov. 2011 12:01 ]

Cet article est un daille-geste -un digest, si vous préférez- d’un dossier sur "Les 50 maîtres du Monde" et présenté de la sorte : "Qui sont ces marchés que Sarkozy et ses compères du G20 veulent rassurer à tout prix ? Derrière la fameuse « main invisible » se cachent 50 mastodontes financiers qui contrôlent l’essentiel de l’économie mondiale"[1].

Il y a peu, trois économistes[2] de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich se sont penchés sur ce que pouvaient être la place et le rôle des grosses entreprises, les firmes multinationales, FMN, sur l’économie mondiale. Il en est sorti une somme : "The Network of Global Corporate Control". Leur étude a exploité des données de 2008 de l’OCDE soit un échantillon de 43060 FMN. A l’issue de calculs mathématiques aussi complexes que la réalité étudiée, ces chercheurs sont arrivés à la conclusion que, parmi ces 43060 firmes, certaines étaient "plus égales" que d’autres. Par le jeu -mot détestable qui dissimule la réalité humaine- par le jeu des participations au capital des FMN, des majors ont plus de pouvoir que d’autres : en fait, elles les dirigent. 737 FMN sont des « détenteurs prépondérants » et cumulent 80% du contrôle de la valeur de toutes les FMN prises en compte. Au sein de ces 737 sociétés, les trois chercheurs ont découvert 147 FMN qui s’interpénètrent par des investissements croisés (je possède 2% de tes actions et toi tu possèdes 3% des miennes, etc…) et qui, tout en se contrôlant elles-mêmes entre elles, possèdent 40% de la valeur économique et financière de toutes les FMN du MONDE. Encore plus "happy few", 50 sociétés parmi ces 147 sont des "super-entités". Ce sont des banques, des compagnies d’assurances et des fonds d’investissement ou de pensions. Les voici par ordre d’importance :

1. BARCLAYS PLC (Grande-Bretagne)

2. THE CAPITAL GROUP COMPANIES INC (États-Unis)

3. FMR CORP (États-Unis)

4. AXA (France)

5. STATE STREET CORPORATION (États-Unis)

6. JPMORGAN CHASE & CO (États-Unis) (États-Unis)

7. LEGAL & GENERAL GROUP PLC (Grande-Bretagne)

8. THE VANGUARD GROUP, INC. (États-Unis)

9. UBS AG (Suisse)

10. MERRILL LYNCH & CO., INC. (États-Unis)

11. WELLINGTON MANAGEMENT CO. L.L.P. (États-Unis)

12. DEUTSCHE BANK AG (Allemagne)

13. FRANKLIN RESOURCES, INC. (États-Unis)

14. CRÉDIT SUISSE GROUP (Suisse)

15. WALTON ENTERPRISES LLC (États-Unis)

16. BANK OF NEW YORK MELLON CORP. (États-Unis)

17. NATIXIS (France)

18. GOLDMAN SACHS GROUP, INC., (États-Unis)

19. T. ROWE PRICE GROUP, INC. (États-Unis)

20. LEGG MASON, INC. (États-Unis)

21. MORGAN STANLEY (États-Unis)

22. MITSUBISHI UFJ FINANCIAL GROUP, INC. (Japon)

23. NORTHERN TRUST CORPORATION (États-Unis)

24. SOCIÉTÉ GÉNÉRALE (France)

25. BANK OF AMERICA CORPORATION (États-Unis)

26. LLOYDS TSB GROUP PLC (Grande-Bretagne)

27. INVESCO PLC (Grande-Bretagne)

28. ALLIANZ SE (Allemagne)

29. TIAA (États-Unis)

30. OLD MUTUAL PUBLIC LIMITED COMPANY (Grande-Bretagne)

31. AVIVA PLC (Grande-Bretagne)

32. SCHRODERS PLC (Grande-Bretagne)

33. DODGE & COX (États-Unis)

34. LEHMAN BROTHERS[3] HOLDINGS, INC. (États-Unis) données de 2008.

35. SUN LIFE FINANCIAL, INC. (Canada)

36. STANDARD LIFE PLC (Grande-Bretagne)

37. CNCE (France)

38. NOMURA HOLDINGS, INC. (Japon)

39. THE DEPOSITORY TRUST COMPANY (États-Unis)

40. MASSACHUSETTS MUTUAL LIFE INSUR. (États-Unis)

41. ING GROEP N.V. (Pays-Bas)

42. BRANDES INVESTMENT PARTNERS, L.P. (États-Unis)

43. UNICREDITO ITALIANO SPA (Italie)

44. DEPOSIT INSURANCE CORPORATION OF JP (Japon)

45. VERENIGING AEGON (Pays-Bas)

46. BNP PARIBAS (France)

47. AFFILIATED MANAGERS GROUP, INC. (États-Unis)

48. RESONA HOLDINGS, INC. (Japon)

49. CAPITAL GROUP INTERNATIONAL, INC. (États-Unis)

50. CHINA PETROCHEMICAL GROUP CO. (Chine)

 

Au total, on a là 33 entreprises anglo-saxonnes (24 américaines, 8 britanniques et 1 canadienne) soit 66%. Sur les 10 plus importantes, 8 sont anglo-saxonnes (80%) et sur les 20 premières, on en trouve 15 soit  75%, Et encore ne s’agit-il que d’une comptabilité de places dans le classement, il faudrait pouvoir cumuler le capital de ces entités WASP pour mieux montrer l’emprise du capital anglo-saxon sur le monde.


Cas concret : ExxonMobil

Voici les principaux actionnaires du plus gros pétrolier au monde : EXXONMOBIL :

Vanguard Group et fonds associés (8e dans la liste des 50) : 7,20%

State Street Corporation (5°) : 4%

Bank of New York Mellon Corporation (16e) : l,58%

FMR Corp. (31) : 1,51 %

Wellington Management Company (11°) : 1,39%

Northern Trust (23e) : 1,33%

JPMorgan Chase & Co (6e) : 1,09%

Bank of America Corp. (25°) : 0,96 %

Compte tenu de la capitalisation financière d’ExxonMobil, ces pourcentages -en apparence modestes- représentent des sommes énormes.


Barclays : primus inter pares

Barclays a son siège à la City de Londres où se côtoient 550 banques et la moitié des plus gros assureurs de la planète. Elle est dirigée par un Américain : on reste entre amis, les WASP. Cette banque possède plus de 300 filiales dans les paradis fiscaux : 181 aux îles Caïmans, 38 à Jersey, 30 à Man, etc... Soit le plus gros potentiel d’évasion fiscale de la City écrit Marc de Miramon. Mais chez Barclays on ne parle pas avec de gros mots, on dit "optimisation fiscale". Les Iles Caïmans sont un T.O.M. (territoire d’outre-mer) du Royaume-Uni. L’île de Man a également un statut spécial. Elle dépend directement de la Couronne britannique et non pas du parlement de Westminster. Il en va de même de l’île de Jersey.


Capital Group Companies inc.

C’est un fonds de pensions.

Les ramifications de cette firme fondée en 1931, en pleine dépression mondiale, sont surprenantes, en particulier dans les sociétés du CAC 40: 10% du capital d'Air France (4400 suppressions de postes prévus d’ici à 2013), 5% de la Société générale, 5% de Schneider Electric (1000 emplois supprimés en 2009 et 1000 intérimaires menacés aujourd’hui en France), 10% de Suez Environnement, 5 % de Rhodia ... Même omniprésence au sein des sociétés allemandes : Bayer (10%) ou Continental (5%) (1100 salariés licenciés suite à la fermeture de l’usine de Clairoix dans l’Oise) ; sans oublier la Grèce. CGC inc. a des participations significatives au sein de l'OPAP, la principale société de loterie numérique et de paris sportifs en Europe, le géant du BTP Ellaktor, ou du ciment Titan.


FMR corporation

Les activités du fonds de pension FMR Corp., 3e firme du classement, proposent, à travers ses filiales, tous les services financiers aux quatre coins du globe : l'investissement dans les secteurs publics (Fidelity Tax Exempt Services Company), les retraites japonaises (Fidelity Group Pensions Japan), les investissements dans les entreprises canadiennes (Fidelity Investments Canada Ltd) et même une branche dédiée à "l’optimisation fiscale" (sic, déjà vu) avec Fidelity Investments Tax exempt Services company. "Tax exempt" : inutile de traduire.

 

Tout cela présente des visages, des hommes en chair et en os : "voilà l’intronisation de Mario Monti, économiste, conseiller international de Goldman Sachs (18° rang mondial, cf. le tableau, JPR) depuis 2005, et désormais président du Conseil à la tête de l’Italie". Lien : http://www.placeaupeuple2012.fr/les-marches-font-la-loi/

 

Si l’on ajoute aux 33 mastodontes anglo-saxons, les 5 français, les 2 allemands, les 2 néerlandais et le groupe italien, nous avons là 43 des 50 plus grands financiers de la planète. Le projet existe de créer entre l’Europe des 27 et l’Amérique du Nord une vaste zone de libre-échange nord-atlantique. Les 43 y seront comme poissons dans l’eau et tout cela sera protégé in fine par l’OTAN.

L’ordre mondial se met en place.

Les peuples ont-ils dit leur dernier mot ? ainsi que l'écrit le programme du Front de Gauche (p.10) : "pour abolir les privilèges de notre temps, il nous faudra assumer puis remporter le confrontation avec la finance". La tâche sera rude. Mais le vent se lève...



[1] Humanité-Dimanche, n°20779 du 27 octobre 2011. Dossier établi par Dominique Sicot et Marc de Miramon incluant un entretien avec Tristan Auvray, Doctorant à Toulouse-I .

[2] Stefania Vitali, James B. Glattfelder et  Stefano Battiston.

[3] L’étude a été effectuée à partir de données de 2008. Lehmann Brothers a été mis en faillite en septembre. Ses activités ont été reprises par Barclays et par Nomura. (note de l’Humanité-Dimanche).

Comments