Articles‎ > ‎9.Vie éco & sociale‎ > ‎France‎ > ‎

France : métropolisation et désertification (suite)

publié le 7 juil. 2016 à 07:55 par Jean-Pierre Rissoan   [ mis à jour : 7 juil. 2016 à 08:32 ]
    
    Cet article est la reproduction de la note d'analyse Dynamiques et inégalités territoriales ; La dynamique des territoires est au cœur des défis de la croissance inclusive, de l’emploi et du développement durable auxquels la France fait face paru dans France stratégie et publiée le 7 juillet 2016.
    http://www.strategie.gouv.fr/publications/20172027-dynamiques-inegalites-territoriales

    Ceci est un complément d'informations à Aux sources du vote FN : Les métropoles et le désert français, par G. Marin, le point de vue de G. Larcher, président du sénat
    On retrouve sous le plume des experts cette dichotomie métropoles vs territoires ruraux sauf qu'ici cette divergence d'évolution est parfaitement assumée puisqu'on peut lire "Il s’agit donc de s’appuyer sur les métropoles pour constituer des moteurs de croissance profitant à l’ensemble des territoires". La désertification a encore de beaux jours devant elle. Et le vote FN aussi.

   

    Comme dans la plupart des économies développées, la décennie passée a été marquée en France par un dynamisme important des métropoles, qui concentrent l’activité à haute valeur ajoutée et les populations qualifiées. Ce dynamisme est un atout pour le pays.

    Mais les inégalités entre territoires se sont accentuées à différents niveaux :

– contrecoup de la désindustrialisation, la moitié nord-est du pays connaît une évolution défavorable ;

– les ressorts de croissance font défaut dans beaucoup de villes moyennes et de territoires ruraux ;

– le développement des métropoles s’accompagne de fortes inégalités en leur sein.

    Les politiques publiques ont permis jusqu’ici d’atténuer les inégalités de revenus grâce à la protection sociale et à un surcroît de dépenses vers certains territoires (zones rurales, DOM). Toutefois, elles n’ont pas réussi à améliorer durablement la capacité des régions en crise à profiter de la croissance et à créer des emplois. Les écarts de chômage sont très persistants. Sur le plan de l’égalité des chances et de l’accès aux services, les écarts ne se résorbent plus.

    Les récentes réformes territoriales (loi MAPTAM et loi NOTRe notamment) induisent des changements majeurs dans l’organisation des territoires. Ces changements auront des effets positifs s’ils s’accompagnent d’une clarification des objectifs de la politique territoriale, d’une définition plus précise des compétences des acteurs et d’un renforcement des politiques sectorielles de l’État dans les territoires en difficulté.

    Il s’agit donc de s’appuyer sur les métropoles pour constituer des moteurs de croissance profitant à l’ensemble des territoires. Fin de citation

    Depuis que je suis géographe, j'ai toujours lu des phrases comme celle-ci. S'appuyer sur les régions riches pour aider les régions pauvres. En réalité, ça ne marche jamais. L'écart s'accroit toujours. D'autant que, obligatoirement, l'aide aux régions pauvres s'appuie sur une nécessaire réglementation, un certain interventionnisme. Or, tout ce que nous chante Bruxelles l'interdit. et le grand patronat approuve.


La note Enjeux de la thématique « Dynamiques et inégalités territoriales«



Comments