La Russie est entrée en guerre en Syrie (1er octobre 2015)

publié le 6 oct. 2015 à 07:36 par Jean-Pierre Rissoan   [ mis à jour : 8 oct. 2015 à 07:33 ]

    Voici un article de Hassane Zerrouky qui tente de mettre un peu d’ordre dans le fatras de nouvelles qui arrive de Syrie et du Moyen-Orient. J’ai mis en couleur les noms des groupes armés qui constitue l’armée de la conquête, nébuleuse opaque qui a pris la succession de l’armée démocratique dont nous avions, en son temps, salué le courage (lien Pour la Syrie). Cette armée démocratique n’avait rien à voir avec celle qui lui a succédé dans les dépêches d’agence et qui, avec le soutien des Saoudiens, Qatariens et Turcs, veut substituer au régime d’Assad un Etat théocratique. Le tout avec le soutien discret des Américains qui sont depuis des décennies les amis de l’Arabie, parangon de ces États théocratiques du Golfe persique qui non seulement mettent en avant leur doctrine radicale (le wahhabisme) mais soutiennent par des moyens divers et variés les autres sectes islamistes (afin d’éloigner la menace terroriste de leur territoire).

    J’ai joint une carte qui indique les sites géographiques fondamentaux et pourra aider à la lecture de l’article. J’ai risqué l’élaboration d’un tableau pour faciliter l’accès à la compréhension.Mais d'abord, hommage à l'épaisseur culturelle de cette région du monde que les nouveaux barbares sont en train de détruire (Source : Le Progrès de Lyon). .

    J.-P. R.



La Russie est entrée en guerre en Syrie

    Moscou a lancé des frappes aériennes, mercredi et jeudi, contre les bases de l’"État islamique" et de l’Armée de la conquête, une coalition de groupes djihadistes mais aussi de rebelles entraînés par la CIA. Une opération au sol menée par les Iraniens et le Hezbollah serait imminente.

Des avions russes ont frappé hier pour la deuxième fois des positions "rebelles" dans la province d’ Idlib (nord-ouest, mentionnée sur la carte, ou Idleb) et de Hama (centre). Dans le Nord-Ouest, "quatre avions de combat russes ont visé des bases de Jaish al-Fatah (l’Armée de la conquête) à Jisr al-Choughour", localité conquise par ce groupe en avril dernier, "et à Jabal al-Zawiya", a indiqué une source sécuritaire syrienne. La veille, mercredi, les frappes avaient visé, dans la province de Homs, des centres de commandement du Front al-Nosra (branche syrienne d’Al-Qaïda) et de son allié djihadiste Ahrar al-Sham. L’armée russe affirme également avoir effectué des frappes nocturnes sur quatre positions de l’"EI" (Daech), détruisant "un quartier général" de ce groupe et un stock de munitions (Idlib), un atelier de fabrication de voitures (nord de Homs) et un groupe de combattants formés et entraînés par la CIA près de Hama (mentionnée sur la carte). Ces raids aériens prépareraient, selon toute vraisemblance, une offensive terrestre des forces iraniennes et de celles du Hezbollah libanais, visant à récupérer les territoires perdus par l’armée d’Assad.

Combattre "exclusivement l’“EI” et les autres groupes terroristes"

Réagissant aux doutes exprimés par Washington et ses alliés concernant les cibles visées, Sergei Lavrov, le chef de la diplomatie russe, qui les a qualifiés d’infondés, a déclaré que la Russie intervenait à la demande de Damas pour combattre "exclusivement l’“État islamique” et les autres groupes terroristes", entendre les organisations regroupées au sein de Jaish al-Fatah (Armée de la conquête). Mais qu’en est-il de cette organisation ?

Cette Armée de la conquête, coalition militaire fondée en mars dernier, est soutenue financièrement et militairement par l’Arabie saoudite, la Turquie et le Qatar, avec bien entendu l’aval des États-Unis, lesquels ont dépêché des instructeurs et conseillers pour assister ces "modérés" syriens, présentés comme une alternative sunnite à l’organisation de l’"État islamique" (Daech) ! Outre le Front al-Nosra et Ahrar al-Sham (les Combattants libres syriens), qui en sont les deux principales composantes, elle regroupe d’autres groupes islamo-salafistes comme Jaish al-Islam (Armée de l’islam). Quant à son appellation – Armée de la conquête, par opposition sans doute à Armée de libération –, c’est en référence aux armées musulmanes parties à la conquête du Moyen-Orient, du nord de l’Afrique, de l’Asie centrale et du continent indien, entre le VIIe et le VIIIe siècle ! Présente dans le Nord-Ouest syrien, à Alep et Deraa (frontière syro-jordanienne), sur une partie de la frontière libanaise et dans l’arrière-pays damascène, l’Armée de la conquête applique la charia sans état d’âme dans les territoires sous son contrôle. Et, afin d’être acceptables par Washington, Ahrar al-Sham et le Front al-Nosra ont cessé de médiatiser les exécutions de militaires syriens faits prisonniers, d’agents du régime et autres "taghouts" (hypocrites) : aux yeux de leurs mentors turcs, saoudiens et qataris, ces derniers assurant la promotion médiatique de l’Armée de la conquête, Idlib, fief de l’Armée de la conquête, doit, contrairement à Raqqa (fief de l’"EI"), servir de modèle !

Reste que, aux yeux de Moscou, qui défend ses intérêts stratégiques dans la région, le djihadisme ne saurait se réduire au seul Daech ("EI") d’Al Baghdadi (calife de l’ Etat islamique, JPR) : ce dernier ne serait que la face cachée de l’iceberg djihadiste. Qui plus est, tous ces groupes visent le même but – l’établissement d’un État théocratique –, que ce qui les oppose est une question de prééminence islamiste et qu’il y a des djihadistes étrangers, dont de nombreux Français, aussi bien dans les rangs du Front al-Nosra et d’Ahrar al-Sham qu’au sein de l’"EI".


Syrie et alliés

« rebelles »

EI (Daech)

 

Armée de la conquête : Jaish al-Fatah (djihadistes)

dont : Front al-Nosra (Al-Quaïda syrien), et

Ahrar al-Sham (salafistes syriens) et Jaish al-Islam (salafistes)

Calife Al Baghdadi

 

 

 

 

Damas

Idlib, Hama, Alep, Deraa

Raqqa, Palmyre

Russie

Arabie saoudite

Qui assure la logistique de ses exportations pétrolières ? Où se trouve l’argent de ce pétrole ?

Iran

Qatar

Liban (Hezbollah)

Turquie

 

CIA

 

Égypte (approuve l’intervention

russe)

 

 





                        CHERCHER L'INTRUS.....

Où EST LE PROBLÈME ?


    Le problème est celui de la qualification des forces rebelles, d'une part, et -c'est lié - le reproche fait à la Russie par les Occidentaux de ne pas bombarder uniquement les sites de DAESH mis aussi ceux des soi-disant forces démocratiques rebelles, d'autre part. Les organisations armées citées dans le tableaux n'ont plus rien à voir avec les Forces démocratiques syriennes. Ce n'est pas le soutien de l'Arabie et du Qatar qui donne le brevet de démocrates ! Bien au contraire.
    Il est vrai, hélas, que les Etats-Unis combattent côte à côte avec les Saoudiens, depuis des lustres, depuis l'installation de la dynastie saoudienne. Alliance scellée par Roosevelt sur le porte-avions qui le conduisait en Crimée et au bord duquel monta le roi d'Arabie. Mais je vous renvoie à l'autre article de Hassane Zerrouky L’Arabie réprime ses opposants et soutient les djihadistes par Hassane ZERROUKY


Comments