Articles‎ > ‎8. Actualités d'ailleurs‎ > ‎Grèce‎ > ‎

"M. Cohn-Bendit, quel gâchis!" par Rena Dourou, députée de SYRIZA

publié le 6 janv. 2015 à 07:51 par Jean-Pierre Rissoan
    
Je publie une lettre de la députée grecque Rena DOUROU qui répond à Cohn-Bendit, qui a perdu une nouvelle occasion de sa taire, ou plutôt qui a sauté sur l'occasion pour combattre à nouveau les propositions de la gauche, gauche qu'il a abandonnée depuis bien longtemps.

    J.-P. R.
 


    Monsieur Daniel Cohn-Bendit,


    On pourrait très bien comprendre votre envie de soutenir les Verts grecs, défendre leur projet en Grèce, surtout pendant cette période si difficile pour le pays. Ce que l’on n’a pas compris, c’est pourquoi vous avez jugé bon de le faire en accablant, avec votre fougue bien connue, SYRIZA, le parti de la Gauche radicale. Le parti qui actuellement en Grèce est en train de bouleverser la donne politique fondée sur le bipartisme pendant presque quarante ans.

    Vous, une icône de la révolte de mai 68, vous avez choisi comme cible, au cours de votre conférence de presse aux côtés du représentant des Verts grecs, M. Chrysogelos, la gauche, SYRIZA, et non pas les socialistes ou les conservateurs qui, pourtant, sont responsables de la faillite actuelle de notre pays! Pour des raisons électoralistes, c’est-à-dire rejeter une coalition des Verts avec la gauche, vous avez choisi de vous tourner contre SYRIZA, en ridiculisant et en déformant son programme et ses propositions.

    Juste trois remarques.

    Primo : dans le programme de SYRIZA il n’y a nulle part de proposition concernant « un salaire minimum à 1.300 euros ». Sur ce point vous êtes mal informé.

    Secundo : vous avez posé la question suivante, dans le cas de choc social en raison de la frustration des gens si la gauche au pouvoir allait trahir leurs espoirs : «  et qui va remettre de l’ordre? Il y a une tradition en Grèce ». Quelle est alors cette... tradition grecque ? La dictature militaire? Est-ce bien ça ?  Et si c’est bien ça, ne s’agit-il pas d’une offense au peuple grec, à la démocratie grecque qui, selon ce que vous insinuez, a une propension incurable aux solutions anticonstitutionnelles et antidémocratiques ?  C’est triste de votre part, car ça témoigne du peu de respect pour le peuple grec et ses institutions démocratiques.

    Tertio : vos propos très durs contre SYRIZA ont été repris en boucle par tous les médias, surtout ceux qui soutiennent les deux partis au pouvoir depuis 38 ans. Ce sont les mêmes médias qui ont passé sous silence vos positions sur le coût de l’armement militaire sur les finances publiques de la Grèce... Un détail certes révélateur qu’aurait dû vous inquiéter...

    Amicalement,


    Rena Dourou, Députée de SYRIZA

25 mai 2012

Comments