Articles‎ > ‎8. Actualités d'ailleurs‎ > ‎Grèce‎ > ‎

Grèce : ce qu'il faut savoir (atlas)

publié le 29 janv. 2015 à 05:47 par Jean-Pierre Rissoan   [ mis à jour : 21 sept. 2015 à 00:20 ]
    Voici, hâtivement rassemblées, quelques cartes qui donnent un aperçu des contrastes régionaux en Grèce et de l'organisation régionale du pays. Elles permettent aussi et surtout de voir où se situe l'assise territoriale et démographique du vote SYRIZA.

    Le plan est le suivant :

- géographie physique de la Grèce
- géographie administrative
        pour le nom des nomes (ou préfectures) cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/Nomes_de_la_Gr%C3%A8ce
- dynamisme démographique des régions grecques
        en chiffres absolus
        en valeur relative (%)
- aide communautaire aux régions grecques (FEDER)
- BILAN ; centre et périphérie en Grèce
- la Grèce politique
    vote des préfectures (ou nomes) en 2012
    vote des préfectures en 2015
 
    La mise en relation des diverses cartes montrera que la plupart des régions montagnardes de la "colonne vertébrale" grecque qui va de la frontière serbe au sud du Péloponnèse vote massivement à droite, sous la coupe de l’Église orthodoxe, de la droite de Nouvelle Démocratie du clan Karamenlis. Salonique-campagne aussi, très différente, vote à droite en 2012 mais Salonique-ville place SYRIZA en tête. Le plupart des régions industrialisées et ouvertes sur l’extérieur ont voté SYRIZA dès 2012 : l'Attique avec la conurbation Athènes-Le Pirée ( de 19 à 24%), prolongée par la Béotie -19,5%- (capitale Livadia), le nome de Volos (Magnésie), celui de Patras (nome d'AchaÏe, 22%), la ville de Xanthie (région de Macédoine orientale et Thrace). Salonique votait à 18% pour SYRIZA en 2012. Résultats amplifiés en janvier 2015.
    Ce n'est pas la Grèce ultra-riche ou pauvre et soumise, quémandeuse, qui a voté SYRYZA mais la Grèce du travail.

Géographie physique de la Grèce



Carte physique des Balkans
             Carte physique des Balkans (1908). source : http://francebalade.com/   

    La Montagne  est liée à la Grèce génétiquement. Les tremblements de terre ne sont pas inconnus. la chaîne du Pinde est une colonne vertébrale qui va du nord au sud du Péloponnèse, n'était la solution de continuité provoquée par le canal de Corinthe. C'est une contrainte énorme, impliquant ponts et tunnels. D'ailleurs, la Grèce n'a pas un véritable réseau ferroviaire, en revanche on se déplace en autocars. Mais cette montagne est un château d'eau qui permet production d’hydroélectricité et, surtout, irrigation des spéculations agricoles des plaines littorales.



Géographie administrative de la Grèce


source : communauté européenne

    A elle seule, la région de l'Attique (ATTIKI sur la carte) concentre 34% de la population du pays. C'est une macrocéphalie coûteuse. Seule, la région de Salonique (Thessaloniki) -agglomération millionnaire - peut prétendre rivaliser sur certains points avec l'Attique. Elle représente 17% de la population nationale (KENTRIKI MAKEDONIA, sur la carte). .


Le dynamisme démographique des régions

    On sait qu'il est le reflet du dynamisme économique




   

    Ces deux cartes montrent bien le dynamisme de "l'axe" Athènes - Salonique et du versant égéen de la Grèce. Ce croît démographique est le support d'une variante de TGV et d'une autoroute. La ville de Patras, à l'ouest du canal de Corinthe , est la seule "grande" ville de l'ouest de la Grèce. Elle est bien reliée à Athènes-Le Pirée. La "Montagne" est l'équivalent de ce qu'on a pu appelé le désert français par rapport à Paris, ici c'est par rapport à la conurbation Athènes-Le Pirée. "Il existe bien une Grèce du vide" écrit Sivignon, "celle celle des montagnes et de certaines îles trop petites et sans équipement pour le tourisme". En vert, sont coloriées les préfectures qui PERDENT de la population. En pointillé, sont les préfectures dont la population stagne.

Aide communautaire aux régions (FEDER)


 
  
    La communauté européenne a mis au point un programme d'aides régionales valable pour toute l'Europe des 27 afin de tâcher d'équilibrer les chances face à l'ouverture des frontières qui met en concurrence tous les espaces européens. On voit que ne profite pas des aides l'espace qui va de Salonique à l'Attique -via Volos - puis qui va jusqu'à Patras via Corinthe. A part Héraklion, chef-lieu de la Crète, toutes les autres régions grecques sont aidées



Bilan : centre et périphérie(s) en Grèce



Cette carte est un bon résumé de tout ce qui précède.


la Grèce politique

    En 2012, les préfectures (ou nomes) qui votèrent SYRIZA en pionnières, se trouvent pour l'essentiel sur "l'axe de développement récent" tel qu'il figure sur la carte "centre et périphérie". en Thrace, la préfecture de Xanthi est un vieux fief communiste et résistant : il est passé à Syriza sans problème.  La Montagne - désert grec- vote à droite, ainsi que de nombreuses îles. Mais les îles ioniennes (dont Corfou) passent à SYRIZA.
    NB. Les cartes ci-dessous extraites du site de LIBÉRATION ne font pas la distinction, au sein de la préfecture de Salonique, entre Salonique-campagne et Salonique-Ville. C'est fort dommage. Optez pour la carte interactive du GUARDIAN (cf. infra) mais elle est de 2012.


élections janvier 2015
   
    Tout a basculé. Pas tout à fait cependant. Demeurent soumises les préfectures du Péloponnèse et l'Elide, l'île de Chio, les nomes montagnards et frontaliers du Nord : Kastoria et Grevena en Macédoine occidentale comme Kilkis et Pella en Macédoine centrale... mais, à part ces régions périphériques, la victoire de SYRIZA est bien d'ampleur nationale.

    élections septembre 2015


Bibliographie : excellente synthèse par Alain Sivignon (Paris-Sorbonne), un géographe spécialiste de la Grèce dans "L'Europe et ses États, une géographie" publiée par la Documentation française en 2000. 200 pages : tous les pays d'Europe, un à un. (avis aux francophones du site. (et aux autres de France)).

carte interactive des élections 2012 -2012- proposée par The GUARDIAN
http://www.theguardian.com/news/datablog/interactive/2012/may/06/greece-elections-results-map


Comments