Floride : une élection, un jour....

publié le 15 nov. 2016 à 05:23 par Jean-Pierre Rissoan   [ mis à jour : 3 févr. 2017 à 08:44 ]

    Voici un article qui exploite un autre article publié dans LE PROGRÈS du 10 novembre après la catastrophe que vous savez. C’est un point sur la carte des immenses États-Unis mais il apporte des informations utiles. Après quoi je donnerai les résultats globaux de la Floride comparés à ceux de 2012. Je saute sur l’occasion pour vous inviter à lire l’article que j’avais écrit après cette réélection d’Obama,Quelques réflexions sur la présidentielle américaine de 2012... il n’y a rien à ajouter quant aux tendances fondamentales du scrutin. Sauf que cette fois c’est l’extrême-droite américaine qui a gagné. Je donne une citation prophétique (encore une...) d’André Siegfried qui écrit en 1928 : "On n'exagérera pas en disant que (...) deux civilisations s'affrontent pour la conquête du gouvernement : la nouvelle civilisation, industrielle et cosmopolite, des grandes cités de l'Est, et celle, plus ancienne, plus traditionnellement américaine, des campagnes et des villes moyennes".  Trump est l'élu de cette Amérique-là, alors que les États baignés par les océans ont largement voté pour le parti démocrate (81% pour l'ensemble de la Californie qui donne 19% à Trump...). J.-P. R.

Les "Villageois" de Floride qui ont choisi Donald

    Ce sont des immigrés intérieurs. Ils modifient la démographie d'un État : la Floride. Blancs et aisés pour la plupart, âgés de plus de 60 ans, ce sont les "Villageois" version 2016, ils ont élu domicile ces dernières années à The Villages (sic), 15 km2 aux hameaux bien gardés, 49 golfs et leurs centaines de voiturettes entre les palmiers, des commerces, des médecins, un Centre contre la perte de la mémoire et même... un McDonald's.

  

 "The place to be", le matin. Après les résultats de la nuit un seul sujet de discussion pour ces retraités encore actifs : la victoire de Trump. "On a besoin d'un vrai changement", dit Skip, entouré de trois amis aux cheveux gris sous les casquettes de base-ball, "je ne faisais plus du tout confiance à Hillary, même si j'ai déjà voté démocrate". Sur quels thèmes le discours de Trump l'a convaincu ? "il va nous ramener la stabilité, il est fort, il va soutenir les militaires !" Même sentiment chez Nancy, originaire du Kansas. "Le gouvernement est trop corrompu, il fallait le battre", soutient-elle fermement, "je suis très contente de ce qui s'est passé cette nuit, le peuple a parlé". Elle a voté Trump "Pour le business dont nous avons besoin pour remettre les gens au travail. Pas vraiment pour l'homme, qui manque vraiment de classe... ".

    6O% (69% en réalité, JPR) de voix pour Trump

    The Villages, né d’un projet fou à la fin des années 60, accueille 157 000 personnes. C'est l'endroit des États-Unis qui connaît la croissance démographique la plus folle, et ce n'est pas fini si l'on en juge les chantiers en cours. Les règles communautaires sont strictes : un membre de la famille à plus de 55 ans, et pas de familles avec des enfants de moins de 19 ans. Le comté de Sumter est ainsi devenu en très peu de temps le plus vieux (et l'un des plus riches) des États-Unis. Il a voté à 60 % pour Trump (69% selon le NYTimes). Shirley fait partie des exceptions démocrates. "J'ai peur pour mon pays, on est la risée du monde", regrette-t-elle. Steve, lui, originaire de l'Indiana, valide les départs du golf. "Politiquement, je suis un indépendant, c'est un peu une exception ici, au milieu des Républicains", glisse-t-il. Ce passionné de photo se dit inquiet "en partie à cause de Trump".

    La Floride, État-clé dans le résultat de mardi, balance entre deux âges, entre deux options démographiques, ce qui en fait un "swing state" : les jeunes, souvent hispaniques, qui viennent travailler dans le cadre de l'explosion des loisirs, les retraités qui choisissent l'État du soleil pour leurs vieux jours.

    "Réveiller le peuple américain"

    Ce golfeur, Ron Howard, vêtu d'un vert chic, assume : "Avec Trump, c'est un appel au réveil du peuple américain, je suis très heureux", souligne ce robuste vétéran de l'Air Force (l’armée de l’air des USA, JPR). "On ne peut plus intervenir dans le monde avec une armée faible" (sic, jpr), poursuit-il "on ne gagne plus les conflits dans lesquels on s'engage... ". L'ancien officier adhère aussi aux projets de Trump concernant les frontières : "Il faut qu'on soit plus ferme pour faire entrer des bons citoyens, et pas de terroristes".

Envoyé spécial en Floride, Xavier Frère

FIN DE L’ARTICLE DU PROGRÈS.

    L’auteur de l’article mêle trois niveaux d’analyse : le niveau de l’État fédéré de Floride, le niveau du comté de Sumter, et le niveau tout à fait local de The Villages. Pour ce qui concerne ce dernier, il s’agit selon toute vraisemblance d’un ghetto de riches, Wiki en donne la définition suivante :

Une résidence fermée ou un quartier fermé est un type de copropriété sécurisée ; on trouve également le terme de "gated community", désignant plus spécifiquement les résidences nord-américaines, disposant d'un statut spécifique. Elle se présente sous la forme d'un regroupement de demeures, entouré par un mur ou un grillage et disposant d'équipements de protection — vidéosurveillance, gardiennage — qui l'isolent du tissu urbain ou rural environnant. Son accès est réservé aux seules personnes autorisées, à savoir ses résidents, leurs invités et les services publics. Le fonctionnement des installations de sécurisation est financé par les redevances réglées par les copropriétaires.

    Ces copropriétés sont vendues à des retraités du nord des États-Unis –le journaliste cite seulement le Kansas et l’Indiana-. Des conditions sont posées pour y avoir accès : d’abord une pension de retraite élevée (condition non écrite mais implicite). Le prix de trois villas dépasse le million de dollars, l’échelon intermédiaire est placé à hauteur de 200.000/250.000 dollars. L’article de l’encyclopédie wiki – entrée "The Villages"[1] – nous donne plein d’informations, je vous y renvoie. Le revenu médian par famille est de $45.000. Il est de $57.000 per capita pour les hommes et de $26.000 pour les femmes. Ensuite il y a des conditions d’âge : pas de moins de 18 ans, au moins une personne de 55 ans dans la famille. Au total l’âge médian est de 66 ans. Plus de 80% des résidents sont des "couples mariés vivant ensemble"[2]. Tous ces éléments combinés font que 98,4% des habitants de The Villages sont des Blancs. 0,5% seulement sont des Noirs.

    Tout cela vote massivement républicain : en moyenne 2/3 vs 1/3 pour les Démocrates (alors qu’au niveau fédéral on est dans le 50/50...).  Il est fort dommage que le journaliste ne nous donne pas les résultats de The Villages intra-muros.

    Concernant les arguments avancés, on aura remarqué la place donnée au militaire. Il y a une demande de recours à la force, de renforcer l’interventionnisme américain. L’accusation de corruption est un peu surprenante, Obama n’a pas créé de scandales sur ce plan, alors que le républicain Bush-jr n’est pas très propre. Nancy demande une politique favorable au business censée créer des emplois. Cette politique, en France par exemple, ne donne aucun résultat si ce n’est l’enrichissement du grand patronat. L’ancien officier de l’Air force semble oublier que les massacres du type Colombine sont le fait d’Américains bien de chez eux et sont les symptômes d’une société bien malade. Nancy admet que Trump manque de classe mais vote quand même pour lui, signe que c’est la politique qu’il annonce qui l’a faite se décider et pas ses cheveux javellisés.  

        Voici maintenant les résultats pour la Floride et le comté de Sumter, comparés à ceux de 2012. Le parti Éléphant (R.) a la couleur ROUGE ; l'Âne (D.) a la couleur BLEUE. (sources : tableau établi à partir des statistiques du New-York times).

 

Année

Partis

État de FLORIDE

Comté de SUMTER

Exprimés

%

+/_

Exprimés

%

+/-

2012

D.

4.235.270

50

 

19519

32,3

 

R.

4.162.081

49,1

 

40644

67,2

 

2016

D.

4.485.745

47,8

 

22631

29,5

 

R.

4.605.515

49,1

 

52722

68,8

 

D.

+250.000

 

-2,2%

+ 3112

 

-2,8%

R.

+444.000

 

0

+12078

 

+1,6%

    Éléments d'analyse :    
-         
La Floride est un État de la "Sun belt", ceinture du soleil. Ses atouts lui permettent une florissante industrie touristique, la réception de nombreuses PME/PMI hors sol, c’est-à-dire indifférentes à la présence de matières premières ou de source d’énergie mais sensibles à l’environnement pour ses cadres et dirigeants), enfin l’accueil de nombreux retraités de tous les États-Unis. C’est donc un État en perpétuel accroissement démographique.
-         
Les statistiques américaines ne donnent pas le nombre d’électeurs inscrits et c’est fort regrettable mais ce croît démographique explique que les deux principaux candidats peuvent voir, chacun, le chiffre de leurs électeurs augmenter. Mais si l’âne gagne 250.000 voix, l’éléphant en gagne 444.000 ! Il faut donc réfléchir en termes de suffrages exprimés. (NB. Il y avait de petits candidats qui ont obtenu le pourcentage qui permet d’arriver à 100% des exprimés).
-         
Le parti Républicain garde le même pourcentage qu’en 2012. On ne peut en aucun cas parler de raz-de-marée trumpiste. Mais Clinton perd 2,2% par rapport à Obama-2012 et cela suffit pour passer en seconde place. C’est un recul de Clinton et de la machine démocrate qui explique le succès de Trump.
-         
Le comté de Sumter qui possède en son sein The Villages est un comté de riches retraités qui vote pour le parti du Business (même si Trump a su se rallier ailleurs  des voix d’électeurs plus pauvres) : avec presque 70%, il domine de façon éclatante la vie politique de ce coin de la Floride. Les nouveaux arrivants ont voté massivement PR (+12.000 v. par rapport à 2012) alors que peu ont rallié le parti Démocrate (+3.000 v. seulement). Le PD perd 2,8% et le PR gagne 1,6% par rapport à la présidentielle 2012. Ici est justifiée la vieille opposition entre l’éléphant, parti des Affaires et de ceux qui en profitent, et l’âne, parti des minorités : noirs, femmes, latinos, natives (descendants des Indiens), LGBT… On ne pourrait pas être aussi affirmatif dans d’autres États. 




[1] Voir le site http://www.thevillages.com/ ; édifiant.

[2] Si bien que, si les mots ont un sens et si j’ai bien compris, ces familles ont un revenu médian de (57.000 + 26.000 = ) $83.000 soit €77.000.






Comments