Articles‎ > ‎8. Actualités d'ailleurs‎ > ‎Afrique‎ > ‎

Les TUNISIENS se découvrent et construisent leur REVOLUTION

publié le 28 août 2012 à 09:45 par Jean-Pierre Rissoan
10/06/2011  

Voici un nouveau message de mon ami tunisien qui signe son article, preuve on ne peut plus claire des changements révolutionnaires qui s’opèrent en Tunisie. Vive la liberté d’expression ! Acquis immortel de notre grande révolution de 1789.

JPR.

LES TUNISIENS SE DÉCOUVRENT ET CONSTRUISENT LEUR RÉVOLUTION

Témoignage de H’cin Haj-Amor

Inspecteur de l’Education nationale de Tunisie

Cinq mois sont passés et les événements se succèdent vers des élections d’une constituante. Entre temps, le gouvernement provisoire continue à gérer le pays. Des efforts sont déployés pour absorber les effets immédiats de la révolte. Résoudre, partiellement soit-il, les demandes d’emploi, les revendications salariales, les abus des "Trabelsi", des "Ben Ali"…

Les qualités d’homme d’Etat de Mr Béji Kaied Essebsi ont fait de lui l’homme providentiel. Ouvert au dialogue, diplomate, plein d’humour et de présence d’esprit et surtout décisif et ferme quand il le faut. C’est un disciple de Bourguiba : il n’arrête pas de le revendiquer. A 82 ans, sa fraîcheur et son sourire impressionnent tout le monde.

Une polémique est déclenchée à propos de la date des élections prévue pour le 24 juillet 2011. La Commission Indépendante des Elections élue par la Haute Commission de Sauvegarde de la Révolution annonce une nouvelle date du 16 octobre, considérant que techniquement et opérationnellement les conditions ne sont pas requises[1].

Le calme et les qualités de négociations de Mr Kaied Essebsi Premier Ministre, ont bien servi pour contourner les tensions et il finit par annoncer le 23 octobre 2011 comme nouvelle date.

Le nombre de Partis politiques atteint 82. Cependant une polarisation commence à se constituer. La première autour du parti d’Ennahdha, le parti politique de tendance islamiste et la seconde autour du Parti Démocrate Progressiste, d’origine marxiste mais qui se placerait au centre.

Partis assez présents sur la scène politique par leur caractère extrémiste et activiste. Celui de gauche, Le Parti Ouvrier Communiste Tunisien, qui perpétue une approche marxiste-léniniste, avec un discours qui rappelle celui des premières années des partis communistes. Déjà rien que par l’appellation "communiste" il suscite des réserves chez bon nombre de citoyens. N’empêche qu’il détient les grands syndicats d’enseignants de l’UGTT[2]. Son leader, militant qui a enduré des années de prison, Mr Hama Hammami, très présent dans les médias, a choisi plus la confrontation que le compromis ou le dialogue. Il n’arrête pas de s’attaquer à la personne même du premier ministre. Celui-ci l’ignore.

Le pays reprend son souffle, les examens de l’enseignement supérieur se déroulent bien, ceux du bac viennent de commencer et ceci "fera partie significative de la réussite de notre révolution" comme l’a annoncé le Ministre de l’Education.

Les débats, les conférences, les associations civiles poussent partout : citoyenneté, solidarité, volontariat, culture et patrimoine …. : Quelle société voulons-nous ?

La sécurité qui gagne du terrain rassure les citoyens et elle est primordiale en cette étape.

Le flux des voisins libyens est bien contenu et ne constitue pas encore un facteur de déséquilibre. Cependant, le fardeau risque de dépasser les limites.

Les Tunisiens se découvrent et construisent leur révolution.


[1] C’est la date du 23 octobre qui est finalement retenue. Voici une note parue dans L’Humanité du 9 juin 2011 : Les Élections Reportées : Le scrutin devant désigner une Assemblée constituante a été reporté au 23 octobre, a annoncé hier le premier ministre tunisien Béji Caïd Essebsi. « Le plus important c'est la transparence des élections Certains partis sont en désaccord avec nous (...), cependant notre mission consiste à organiser des élections libres et transparentes », a fait valoir le chef du gouvernement de transition. (JPR).

[2] Union générale des travailleurs tunisiens (JPR).

Comments